Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTalk Talk › Laughing Stock

Talk Talk › Laughing Stock

cd • 6 titres • 43:28 min

  • 1Myrrhman5:33
  • 2Ascension day6:00
  • 3After the flood9:38
  • 4Taphead7:39
  • 5New grass9:40
  • 6Runeii4:58

enregistrement

Enregistré aux Wessex Studios, Londres, de septembre 1990 à avril 1991 par Phill Brown. Produit par Tim-Friese-Greene.

line up

Simon Edwards, Wilf Gibson (alto), Mark Hollis (voix, guitare, piano, orgue), Paul Kegg (violoncelle), Henry Lowther (trompette, cor), Ernest Mothle (basse acoustique), George Robertson (violoncelle), Dave White (contrebasse, clarinette), Lee Harris (batterie); Mark Feltham (harmonica); Martin Ditcham (percussions); Tim Friese-Greene (orgue, harmonium, piano); Levine Andrade, Stephen Tees, Gavin Wright, Jack Glickman, Garfiled Jackson, Roger Smith (violoncelle)

remarques

chronique

Styles
ambient
rock
post rock
Styles personnels
chhht... post silence ...

Une émulsion d'air pur et de fumées. Un état d'équilibre miracle, en perpétuelle variation. On y voit plus loin que l'horizon et pourtant on est dans le brouillard, dans le flou indistinct comme une lande dans la brume. Aérée à outrance, distillée à l'extrême, la pop a fini par disparaître dans le silence, désagrégée à force d'étirement dans l'éther immobile; la douceur harmonique et ses lueurs bienveillantes laissent désormais la place aux mélodies biaisées, aux dessins arides; une beauté plus obscure, fuyante et difficile; l'esprit du paradis laissent désormais la place aux tensions étouffées; une route plus sinueuse, un pas plus incertain. Le silence est partout, et partout déchiré. Le ciel est nuageux. L'impact soudain d'un accord de dobro qui éclate dans la nuit sonore, et l'orgue, qui tremble au loin. Puis c'est un éveil douloureux de trompettes, venues du vide, et dont les notes étirées s'amplifient et s'accumulent en tendant l'atmosphère à sa limite élastique... jusqu'à la rupture. Ce sont de longues minutes entre le vide et l'infini, où l'espace gigantesque qui sépare chaque bouton de guitare laisse entendre la silhouette, l'ombre, l'écho loin et somnolent d'une harmonie cachée. La batterie est de retour. Lointaine, fantôme, jazz et ternaire, diffusant ses cymbales comme un nuage de fumée, syncopant sa caisse claire perdue dans la franchise acoustique. C'est trois notes de piano, qu'éloignent plusieurs secondes, posées avec lenteur en une mélodie sourde qui semble involontaire, avant que peu à peu, sous le liant du temps qui passe, par l'assise d'harmonies délicates des voiles d'orgue qui s'installent, à la lueur des nuances et des détours étranges, la pièce ne la révèle d'une beauté aveuglante, intime et étrangère. Talk Talk a pourtant bel et bien pris le risque invraisemblable de rompre l'équilibre, et la nature constante du premier chapitre : il va clore son travail au fin fond du sommeil par un album mobile, contrasté et changeant; une ultime et terminale exploration du silence et du temps harmonique où la voix toujours étrange de Mark Hollis se promène et s'égare comme n'importe quel autre instrument, et où les tranquillités les plus belles côtoient les violences faites au calme; une musique aussi profondément curative que singulièrement blessante. "Myrrhman", ou l'attente... dans le ciel atonal d'un accord de guitare et d'une trompette endormie, dans la tension latente du cuivre et d'un alto dont les deux notes tirées confrontent leur différence... l'attente, immobilisée dans la disparition totale du rythme, le temps dissout. "Ascension day" ou l'inconfort, sans cesse interrogé par son rythme, privé de paix par ses angles dissonants, sa mélodie oblique et sa guitare tranchante, ses irruptions soudaines et la marche prédatrice d'une contrebasse secrète. "After the flood" ou la contemplation; la toute beauté des nuages, la langueur nostalgique; un orgue rose crépuscule et dont la vibration nous transporte et nous berce comme un tapis volant durant les dix minutes d'un voyage en plein ciel. La beauté retenue des effets harmoniques déclenchés en plein vol d'un accord de guitare, la douceur dynamique et sa constance paisible, tenue par une batterie tranquille et bienveillante; la profondeur sérieuse que la mélancolie dicte au jeu des accords. "Taphead" ou la tristesse, logée dans le silence; dévoilant son visage dans le souffle sans espoir d'une trompette fatiguée, surgissant sans prévenir; la tristesse simple et calme qui dépose trop lentement ses notes sur la guitare. Puis vient l'élévation, le plaisir du sublime, le bonheur des belles choses, "New grass" le merveilleux, l'astral, l'Edenien. Plus pleines et colorées, les harmonies s'y épanouissent dans les textures multiples des orgues et harmonium, constituant un tapis d'humeurs rassérénées, profondes et émouvantes, sous l'impulsion diaphane d'un guitare vagabonde et heureuse. Et peu à peu, l'air va se raréfier, le piano commencer de tomber en gouttelettes attendues, la batterie va s'asseoir, la guitare se suspendre sur deux notes... puis tout va s'éteindre... Puis "Runeii"... "Runeii", ou le départ... ou l'attente, à nouveau...

note       Publiée le dimanche 5 avril 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Laughing Stock".

notes

Note moyenne        26 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Laughing Stock".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Laughing Stock".

ricccco › lundi 11 mars 2019 - 22:40  message privé !

superbe album, il a fallu attendre le décès de Mark Hollis pour que cet album soit dispos sur les plateformes de streming. précurseur de du groupe Orang, a quand une critique de "herd of instinct"

sebcircus › mardi 26 février 2019 - 20:13  message privé !

R.I.P. Mark Hollis.

Rastignac › lundi 21 janvier 2019 - 19:57  message privé !
avatar

C'est comme des gouttes de pluie qui tombent sur la tonnelle. Plic, ploc. Raaah.

Aladdin_Sane › dimanche 12 novembre 2017 - 19:56  message privé !

Je suis tombé la semaine dernière sur un petit coffret de 3 singles issues de cet album. Bien évidemment, je me suis rué dessus. Outre l'artwork qui est magnifique, il y a quelques inédits (qui sont sortis sur des compil' apparemment), bref, joie !

Note donnée au disque :       
Dun23 › dimanche 26 janvier 2014 - 14:52  message privé !

Pourquoi je l'écoute pas plus souvent, celui là?