Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAHorace Andy › Dance Hall Style

Horace Andy › Dance Hall Style

cd • 6 titres • 41:01 min

  • 1Money Money6:17
  • 2Lonely Woman6:25
  • 3Cuss Cuss7:06
  • 4Stop the Fuss7:16
  • 5Spying Glass5:12
  • 6Let's Live in Love8:45

enregistrement

Enregistré et produit à la fin des années soixant-dix par Lloyd ‘Bullwackie’ BARNES au studio Bullwackie’s, Bronx, New York.

line up

Horace Andy (voix, basse, guitare), Jah T (basse, guitare), Myrie Dread (basse, piano, orgue), Henry ‘Snowhite’ Seth (batterie), Junior Delahaye (batterie, ingénieur du son), Toney Allen (guitare), Ras Menelik (percussion), Owen Stewart (piano, orgue)

remarques

chronique

Styles
black music
reggae
dub
Styles personnels
sleepy inna bronx version

À l’ouverture, un grondement vous aspire. Lointain comme un vide qui soudain se dilate. Pas moins anxiogène. L’écho vrillé d’on ne sait trop quoi, d’abord. Et puis la pompe, la rythmique hydraulique. Accords plaqués en remontant sur le deux et le quatre. Écho partout, cymbales crissantes, mix sans fond. Le son déjà classique du dub ? L’Inchangée Profondeur du genre, formules appliquées au quart de gradation près sur les potentiomètres, depuis le temps des Fondateurs ? Pas vraiment. Non. Tout de suite, il se passe autre chose. Ces trémolos de guitare, par exemple, avec leur groove en sourdine, presque asphyxié. Et puis comme un détail dans le son, un éclairage qui évoquerait l’Île aux Trésors comme un souvenir voilé, une absence, une gêne vaguement douloureuse. De fait on est ailleurs. En plein Bronx, à vrai dire. Chez Bullwackie, précisément. En bon producteur jamaïcain (certes bien délocalisé), ledit Lloyd Barnes importe ici ses manières et méthodes de parfait contrebandier. Pas un simple pirate, non. Un passeur en alerte, un commerçant habile. Un brouilleur de pistes. En l’occurrence il taille entre ses murs d’accueil (une affaire, sans doute, de rares mètres carrés) une enclave de Sound System. Comme au pays ? Non, bien sûr, pas tout à fait. Comme nombre de ses compatriotes, il adapte et se fond, hybride et maquille. Implante ses réseaux, les ramifie ; jauge les Locaux pour en faire des auxiliaires ; répartie les cargaisons ; pèse et redistribue, les mêlant à ses fonds de cale, les marchandises du cru ; substitue les denrées, affine les échanges et les permutations. Plus que d'autres, il colle à ses racines. Pas de hip-hop embryonnaire, ici, pas de souches trop manifestement mutantes. Il n’empêche. Dans cet espace inouï que creuse le dub, partout où il s’implante, s’engouffre un air différent. Plus sec, plus vicié. La tension des rues alentours, avec leur misère plus sale, plus poussiéreuse, plus suie. Ici point de mangrove où s'isoler, se cacher. Aucune langueur tropicale. Et ce parti pris d’allonger les morceaux en d’interminables ‘discomixes’ (ces versions destinées aux dancehalls -tiens donc- et qui alternent sans coupures passages purement dubs, aux voix effacées ou triturées, et couplets ou refrains maintenus dans leur entière intelligibilité) qui, curieusement, amplifient et distordent le malaise, la hantise, la nervosité du flux sans jamais les diluer. Et puis bien sûr, il y a cet impossible organe. Unique, toujours étranger, autre. Haut perché, chevrotant par phases mais exempt du falsetto très soul qui ailleurs illumine, érotise l’anomalie (chez Junior Murvin, chez Cedric Myton des Congos, chez Desmond Dekker bien avant ceux-là…). Délicate, oui. Mais on ne peut la nommer douceur, pas tout à fait, cette qualité toute spéciale de l'interprétation. Ensommeillée souvent, parfois jusqu’à la torpeur. Mais jamais totalement apaisée. Conscient du gemme singulier qui lui tombe entre les mains, ‘Wackie décide d’en magnifier l’étrangeté. Ce timbre étonnant, il ne cherche pas à le polir. D’une piste sur l’autre il le multiplie, superpose les lignes, trace des parallèles et lie des entrelacs. Le chanteur harmonise avec lui-même, en duos, en trios. En mineur, souvent. Les effets prolongent encore son phrasé traînant, ondulé. Et ses histoires, ses mises en garde, ses appels ou ses suppliques, rayonnent d’une aura d'inquiétude à nulle autre semblable. Du spleen en sillons que rien ne vient abréger. Sans remède envisagé. Clairement, le très secret Horace n’est pas ici en ses lieux familiers. Trop de bruit dans cette ville. Toute latitude, pourtant, lui est laissée. Il choisit son répertoire, couche les favorites d'entre ses chanson telles que lui les entends. Des instruments, même, lui passent entre les mains, afin qu’il leur insuffle lui-même la couleur. Mais sans doute, ses rues lui manquent, et le refuge des collines proches. La promesse même du bonheur, des caresses, se teinte d’un mélancolie à vif. Les incitations à l’Unité ont quelque chose de noué, d’insidieusement retenu, comme l’espoir ou la menace d’une émeute ou d’un esclandre. Non, ce dub-là, proche cousin de l'originel mais à la musculature plus lourde, tendue d’un plus puissant voltage, bourdonnant d'un stress jusqu'alors inconnu, n’enrobe rien. Le luxe tout relatif des moyens, la modernité des équipements (par rapports aux studios des pionniers) n’amortit pas le choc. Il expose au plus nu cette bizarre beauté, souple dans sa marche, chaloupée, mais rêche sur la peau, au tympan ; âpre sous la langue et pourtant veloutée. Fragile et assurée. Ce son-là ne noie pas l’énigme. Il nous la livre, telle quelle, opaque et sans excuse. Ainsi se coule en nous l’ambiguë séduction.

note       Publiée le mercredi 25 mars 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dance Hall Style".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dance Hall Style".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dance Hall Style".

Dioneo › vendredi 22 août 2014 - 21:22  message privé !
avatar

Ah par contre perso le grunge "en général" passe toujours pas mal - pas eu cette phase de ras-le-bol, quoi. J'ai rarement envie d'écouter Nevermind, c'est sûr, mais même le reste de Nirvana, peut y avoir moyen. (Et j'avais un peu "raté" certains trucs à l'époque, ou pas creusé - Soundgarden - et toujorus pas sûr que ce soit pour moi ou Alice Enchaîne... Et là par contre si, j'ai été content de m'y risquer plus, plus tard).

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › vendredi 22 août 2014 - 21:18  message privé !

Ah ca fait du bien d'etre arrive trop tard, parfois, a quelques annes pres. Je n'ai pas ce degout du grunge et du triphop comme vous pouvez l'avoir apres indigestion. La seule fois que j'ai ete un peu bombarde par MA, c'est avec Dr House. Et encore, ils ont vite remplace Teardrop par un ersazt assez bien fait pour un ersatz

Dioneo › vendredi 22 août 2014 - 20:57  message privé !
avatar

(Je m'en doute, pour le shoegaze... C'est que tu uses "parfois" du mot, un peu, quoi... Au bout de quelques champs, quoi, eh eh...). Après ouep, comme toujours question de goût. Moi j'aime beaucoup cette atmosphère particulière donc... Je le réécoute encore régulièrement, avec grand plaisir.

Et Mezzanine, faudra quand-même que je retente mais c'est vrai que pour le coup c'est moi qui direct n'avait pas tant que ça accroché dès sa sortie, faut dire (alors que j'avais bloqué sur les deux premiers, qui maintenant ne sont plus forcément "ceux pour quoi on les connaît", le plus).

Note donnée au disque :       
Seijitsu › vendredi 22 août 2014 - 20:46  message privé !

Même si c'était du shoegaze, je n'aimerais pas ce disque parce que les compos/climats m'emmerdent pas mal. Mais je comprends l'argument du matraquage, cela m'a dégoûté de certains trucs (comme Nirvana cité plus bas). Mais je dois toucher du bois, car Massive Attack ne m'agace pas et pourtant, Mezzanine a été sur-diffusé à l'époque et même par la suite.

Note donnée au disque :       
Dioneo › vendredi 22 août 2014 - 20:35  message privé !
avatar

Ben oui, c'est pas SHOEGAZE ?

(Oui, bon).

Et ceci dit pour Massive c'est vraiment un trop plein, principalement, qui a fait que j'ai du mal maintenant, hein, pas une allergie native... Et pour le morceau en question particulièrement - ils nous l'ont vraiment collé PARTOUT à l'époque, hein, dont les B.O. de quelques films peu mémorables, il me semble. Et disons aussi que le supposé génie automatique de TOUT ce que sortait le groupe m'a assez vite pas sauté au yeux/oreilles, pour le coup. Toujours eu des trucs chez eux que j'aimais et d'autres qui me semblaient, hum, indolore. Encore une fois : aussi sans doute parce que ça, Tricky et Portishead à la même époque, Shadow et tout le supposé trip-hop, on s'en est vraiment bouffé des tonnes, "en direct". Perso ce n'est que récemment qu'à réécouter certains trucs je me suis rappelé pourquoi je pouvais encore en aimer beaucoup certains - Lamb par exemple - et pourquoi d'autres qui sur le coup avaient pu "faire illusion" m'étaient aujourd'hui inaudibles. (Enfin... Ou que plutôt dans ces cas là, je trouvais ça abominablement chiant, ennuyeux, plat... Souvent prévisible, aussi. Genre un paquet de trucs sortis chez Moax par exemple. 'Fin bon... Eux déjà sur le moment je me suis souvent demandé en quoi c'était sensé être trop l'éclate, remarque - genre leurs compiles Headz, là, euh... Pas retestées depuis un moment mais probablement que les mêmes rares - et piqués à d'autres labels en général - surnageraient dans le bouillon à +/- 90bpm...).

Note donnée au disque :