Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPangée › Hymnemonde

Pangée › Hymnemonde

cd • 3 titres • 47:11 min

  • 1Quartus frénésis 19:38
  • 2Cataracte 11:15
  • 3Le sanctuaire d'Euterpe 16:18

enregistrement

Québec, Canada, 1995

line up

Thierry B. Gateau (basse, clarinette, guitare), Jean-Francois Bergeron (claviers), Julien Bilodeau (guitare), Jean-Vincent Roy (percussions), Pierre-Olivier Nadeau (violon)

remarques

chronique

Le Canada a été de tout temps une terre de légende. Cela est vrai aussi pour la musique progressive. Acteur discret mais toujours bien présent, il nous a apporté des formations telles que les excellents Maneige, Harmonium et Sloche, en provenance du Québec, ou, et dans un tout autre genre, Rush, dont on oublie trop souvent les origines (et quelque part, c'est bon signe). Si la production de la scène actuelle n'est pas des plus brillantes, c'est aussi un peu le reflet de l'environnement immédiat dans lequel nous baignons tous. Opposé aux insipides Nathan Mahl, Visible Wind fût un temps considéré comme une alternative intéressante et originale. Mais le devenir de cette scène s'écrit désormais en points de suspensions. Pendant un bref instant cependant, Pangée aura su nous redonner espoir. Un espoir que l'on sait désormais déçu puisque les québécois n'ont jamais donné suite à cet "Hymnemonde" paru en 1995. Pangée n'avait sûrement pas la prétention de changer la face du monde en enregistrant cet album, bien que le concept même du disque s'articule justement autour de sa possible origine mythologique. "Hymnemonde" est constitué de trois longues suites qui nous resservent comme à l'accoutumée ce même amalgame d'influences que sont Genesis, pour son lyrisme, Yes, pour son exubérance et King Crimson, pour sa complexité. Pour bien des raisons, il est tentant de comparer cet essai à ce que réalisèrent les suédois de Anglagärd à la même époque. Au niveau des climats. Au niveau du travail rythmique aussi (et en particulier tout ce qui touche aux percussions). À la différence près tout de même que les transitions sont ici bien plus hasardeuses. Il y a de très bons passages au milieu d'autres peu convaincants, mais comme toujours, ce genre de disque ne pourra révéler ses qualités intrinsèques qu'après un nombre conséquent d'écoutes. À moins qu'il soit parvenu à vous en dissuader avant même d'arriver jusque là...

note       Publiée le dimanche 15 mars 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Hymnemonde".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hymnemonde".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hymnemonde".

dariev stands › jeudi 2 décembre 2010 - 14:11 Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

From Lyon with love : "... sloche, sloche, sloche..." - " aaaaaah mes orteils !!"

Wotzenknecht › lundi 12 octobre 2009 - 08:44 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

Ya vraiment un groupe qui s'appelle Sloche ? Excellent ; pour les incultes c'est du jargon québecois qui veut dire neige fondue avec de l'eau, genre les mares grises dégueu des trottoirs de Montréal en hiver qui font 'sloche, sloche' quand on marche dedans, mais on me signale dans mon oreillette que tout le monde s'en cogne