Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRajna › Otherwise

Rajna › Otherwise

cd • 14 titres • 50:27 min

  • 1Porcelain sky
  • 2Shall I go?
  • 3Angel
  • 4Just my life
  • 5Colours of love
  • 6Prima ballerina
  • 7Abyss
  • 8Radio Island
  • 9Secret place
  • 10Lost memories
  • 11Black humanity
  • 12When i was a child...
  • 13Antalya
  • 14Porcelain sky (guitar edit)

enregistrement

Composé, arrangé et enregistré par Jeanne et Fabrice Lefevbre entre septembre 2005 et mai 2006 au studio Out of The World.

line up

Jeanne Lefebvre; Fabrice Lefevbre - Théotime Lefebvre; Romain Castre; Hervé Castre; Brice Omas; Hugo Deparis; Amine Medoui

remarques

chronique

Plus de doute, la mutation est consommée. Débarrassé de Chambellant et de ses prétentions mystiques, Rajna développe depuis "Door of serenity" une musique plus honnête, plus humble sans doute, assumant avec tact une démarche qui aura été finalement, depuis les premiers jours, purement esthétique. Une musique de plaisir, de détente, où la méditation n'est que facultative et dont l'objectif premier demeure la séduction. C'est donc en toute logique, mais aussi avec un certain courage, que le duo affirme aujourd'hui la véritable disparition de la dominante "ethnique" de son heavenly, appuyant l'évanouissement du spirituel, vers des voies plus pop. Logique, courageux... mais pas encore convaincant. Les trois principaux symptômes de ce glissement sont l'utilisation systématique de l'electronique dans les percussions, la mise en forme de lignes de chant plus construites en lieu et place des vocalises, textes à l'appui, et enfin l'introduction d'éléments de vocabulaire purement pop et rock : guitares, basses, mais aussi des esquisses de couplet/refrain et de rythmes rock. Et c'est précisement sur ces trois terrains que Rajna ne fait encore que se chercher. Les percussions tout d'abord, les rythmes : on ne peut que constater le manque de charme des sons choisis; privés de la profondeur organique, de la richesse acoustique, les programmations de Fabrice Lefebvre s'affichent comme nettement trop purement décoratives, les pulsations sont moins sensibles, le groove est sec, et la texture même des sons a bien du mal à s'intégrer aux pastels alentours; l'approche est malheureusement trop souvent simpliste, voire datée. Les lignes de chant, elles, malgré certaines réussites sur lesquelles nous reviendrons, maintiennent la voix de Jeanne dans un spectre bien plus réduit qu'elle ne le mérite : car c'est bien dans les vocalises, la liberté volatile, que la française exprime son excellence et sa facilité, obligée aujourd'hui à simplement "chanter", en muselant littéralement son registre. Quant aux dites mélodies, elles sont souvent décevantes. "Hidden temple" avait confirmé le talent de Fabrice Lefebvre pour les notes; il semblerait que confronté aux balises nécessaires à la constitution de phrases, Rajna n'arrive plus à trouver les angles de liberté par lesquels il lui arrivait d'atteindre la grâce. Symptôme rock, la guitare, enfin, dont l'apparition se limite à quelques leads ou soli, peut sans doute mériter ses quelques compliments, (joli son, toucher souple et organique...) mais de manière un peu expéditive, on pourra surtout lui reprocher la même chose qu'aux percussions : simpliste, datée, rajoutée, beaucoup trop proche de l'ornement totalement factice pour pénétrer la musique de Rajna. Avec "Otherwise", le groupe pratique des juxtapositions qui ne mènent malheureusement que rarement à de véritables rencontres, les sons ne se mêlent pas, les mélodies passent sans réussir à s'attarder... sur ce point de la cohérence, et de la richesse de l'acoustique globale de l'album, "Otherwise" constitue par rapport à son prédécesseur une véritable chute. Mais bon, moi j'aime bien les époux Lefevbre, j'ai un grand respect pour leur simplicité, le talent de beauté dont ils ont fait preuve dans leurs deux albums précédents, et ce royaume extraordinaire que demeure la "trilogie tibétaine". "Otherwise" n'est donc qu'un premier faux-pas, et puisque l'échec relatif de l'album dans sa globalité a été exposé, il convient aussi de pointer les réussites ponctuelles qu'il contient. Dans sa quête pop/heavenly, Rajna trouve ici de jolies pièces. "Angel", pluie fine et lumineuse, où, sur la crête d'un piano en gouttelettes, Jeanne se situe entre la complainte, la louange, la mélancolie et la lumière : c'est simple, subtil et raffiné. Le piano, justement, dont les éclats floconneux illuminent le très joli "colours of love", qui dans son aspect "Rajna's playing U2" incarne le plus pleinement, me semble-t'il, la nouvelle démarche pop du duo. "Prima Ballerina", joliment texturé de violoncelle, développe une mélodie d'une nostalgie lumineuse très proche de que Brendan Perry a pu livrer à travers notamment des pièces comme "Carnival is over", mais qui aurait gagné à ne pas se parer dans sa deuxième partie d'un démarrage de programmations rythmiques qui ne fait que plus cruellement ressentir le manque d'aptitude du groupe à flirter avec quelque élément que ce soit du trip-hop. "Secret place", "Lost memories" plus typique du passé du groupe et qui montre que ce dernier n'a rien perdu, et qu'il est juste, sur le reste de cet album en demi-teinte, en train d'évoluer encore. "Lost memories", soudain profonde, émotionnelle, passionnelle, et dans laquelle Jeanne, ici pertinemment secondé d'un chant masculin, peut retrouver sa grandeur. Encourageant : la pièce qui tranche le plus radicalement avec l'habitude heavenly du duo, "Black humanity" et surtout sa conclusion dark rock saturé, est plutôt une réussite. Il y a bien d'autres choses, au hasard du travail de Fabrice arrangeur, producteur, qui contentent l'oreille... des havres synthétiques aux textures plus subtiles, des pointes d'émotions palpables... le candide "when i was a child..." ... mais "Otherwise" est trop bancal, et même raté sur de nombreux points, pour convaincre.

note       Publiée le dimanche 8 mars 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Otherwise".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Otherwise".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Otherwise".