Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMalaise Rouge › La Pensée, 2000-2008

Malaise Rouge › La Pensée, 2000-2008

cd • 18 titres

  • 1Des pas sur la neige
  • 2Le jardin maudit
  • 3Malaise
  • 4Isabelle
  • 5Angoisse d'automne
  • 6La fin d'un cycle
  • 7Tombeurs
  • 8La mort de Cyrielle
  • 9Aux nuits solitaires I
  • 10Aux nuits solitaires II
  • 11Le souffle du vent
  • 12It doesn't change
  • 13Before the fly
  • 14Le piano fantôme
  • 15Interpol
  • 16Electronic comupter game
  • 17Romance
  • 18La pensée

line up

Julien Ferragut (chant, claviers), Mickael Hernandez (basse)

remarques

http://www.myspace.com/malaiserouge

chronique

Styles
pop
Styles personnels
new wave

C'est toujours le même principe, si tu tombes de cheval, remonte tout de suite en selle; parfois je me dis qu'avec un groupe, on devrait éviter de rester sur une déception. C'est ce qui m'était arrivé avec les Français de Malaise Rouge (cf ma chronique), une formation que je trouvais bien sympathique mais un peu légère et mièvre. Son géniteur, Julien, a eu la gentillesse de me faire parvenir une compilation (trois albums déjà !), histoire que j'en apprenne plus et il a eu raison car Malaise Rouge a évolué au cours de ses neuf ans de carrière. On reconnaît aisément des influences new wave 80's, les Cure mais aussi probablement des combos de l'Hexagone (Little Nemo, Neutral Project, Asylum Party...); mélancolie synthétique et automnale que l'on vénérait, le trait de khôl aux yeux, quand nous avions 18 ans et dont il reste difficile de se défaire totalement une fois adulte. Voilà mon ressenti pour les cinq premières compositions extraites de 'Des pas sur la neige'; ce n'est pas désagréable mais un brin kitsch et léger quand même (notamment 'Isabelle' et son piano qui m'évoquent de par trop les Allemands de Illuminate); quant aux chansons de 'La fin d'un cycle, ce ne sont de loin pas les meilleures d'un disque déjà pas terrible. S'il y a assurément de la bonne volonté, c'est quand même du romantisme adolescent qui confond tristesse et Richard Clayderman...Encore que...Tiens, 'It doesn't change' change de ton, notamment les vocaux plus décadents et batcave...Oui, oui, c'est bien ça, 'Before the fly' confirme; les orchestrations sonnent moins naïves, le feeling est plus grave et louche davantage du côté de la cold wave que de la new wave, le chant est plus adulte, moins larmoyant. Après le 'Piano fantôme' , instrumental au piano assez dispensable, arrive ma pièce favorite, 'Interpol'; programmation roulante, synthés très 80's mais assurés, pas forcément novateur mais efficace. D'ailleurs, 'Electronic computer game' avec sa touche minimal wave poursuit dans la lignée. Visiblement Malaise Rouge a pris de la bouteille et ces morceaux-là, issus de 'Le souffle du vent', me plaisent bien. 'Romance' a été écrit comme B.O. d'un film et c'est 'La Pensée' qui clôt cette rétrospective sur des atmosphères plus proches des débuts: spoken word sur fond de nappes mélancoliques...Ca ne me convainc guère, du romantisme adolescent vis-à-vis duquel je me montre plus dur encore maintenant que la groupe m'a laissé apercevoir son réel potentiel dans un genre plus décadent. En conclusion, je serais enclin à recommander 'Le souffle du vent', si les pièces choisies sont révélatrices, voilà un disque qui doit valoir le coup d'oreille. Pour le reste, chacun jugera selon sa sensibilité, surtout qu'il parait que Malaise Rouge en concert, ça vaut la peine.

note       Publiée le jeudi 26 février 2009

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "La Pensée, 2000-2008" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "La Pensée, 2000-2008".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Connectez-vous ajouter une note sur "La Pensée, 2000-2008".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "La Pensée, 2000-2008".