Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThavius Beck › Decomposition

Thavius Beck › Decomposition

  • 2004 • Mush MH-223 • 1 CD

cd • 13 titres • 65:23 min

  • 1Miasma
  • 2Open Your Fucking Eyes
  • 3What Lurks In The Darkness...
  • 4To Make Manifest
  • 5In Memoriam
  • 6The Inevitable.. Is
  • 7June Gloom
  • 8Exercise Caution
  • 9(Music Will Be) The Death Of Us All
  • 10Amongst The Shadows
  • 11On The Axis Of Misunderstanding
  • 12Demons Of Destruction
  • 13Some Call It The End

line up

Adlib (production)

Musiciens additionnels : Nyah Beck (chant), I Am That I Am, Subtitle, Longevity (MC's), Cedric Bixler-Zavala (chant)

remarques

chronique

Styles
electronica
hip-hop
trip hop
Styles personnels
abstract

Bwirk... ce skeud de Thavius "Adlib" Beck (ancien du collectif G.P.A.C.) a vraiment vieilli de traviole... Je me souviens pourtant avoir bien trippé dessus quand je l'avais découvert (il y a bientôt dix ans tout de même...) Mais ai-je bien fait de le garder dans mes rayons de rap indie depuis tout ce temps ? Acheté en même temps que le suivant (Thru) à l'époque où je diggais Hip-hop-core.net comme La Bible, et comme d'autres trucs de chez Mush et Anticon, c'est resté en poussières pixellisées dans mes peinates. Gadget un peu malsain. Qui passé les quelques montées un peu grisantes lasse très vite. Il faut dire que, peut-être plus encore que hip-hop/downtempo malgré les deux-trois titrres à flow (les meilleurs même si rien de renversant, de l'abstract nocturne), c'est très typé 'electro dark de cadre moyen'...ou 'electronica du pauvre'. On sait pas trop, mais ce qui est sûr, c'est que le son est rachitique et logiciel, totalement castré de basses genre coca zero, et si ça pouvait apparaître léché à la sortie, ça fait pas mal amateur aujourd'hui, ce qui n'empêche pas quelques morceaux de venir coller un peu aux parois ("The Inevitable... Is") Amateur et froid, genre programme informatique. Thavius Beck, c'est le rap mushien versant froid, oui. Adlib table sur les beats synthétiques avec feeling mélancolico-SF très typé 'fin des années 90'. Quelques loops et semblant de trip-hop boréal plus loin, et un peu gavé par les samples-zapping de programmes télévisés, on réalise en fait que Decomposition c'est un peu le disque post-Entroducing typique : vaguement crossover, tarabiscoté du beat et de la console, mais confidentiel à juste titre. J'avais jamais capté, mais y a même un morceau avec Cedric Bixler-Zalvana... et Cedric Blixler-Zalvana, c'est caca (oui : ceci est un argument ; surtout quand il se prend pour Björk comme c'est le cas ici). Decomposition s'insinuera peut-être comme une aiguille pour ceux qui sauront rester inertes, j'imagine, et ne zapperont pas... le cas échéant la peau des tympans et du cerveau fera corne. Façon un peu poétique de ma part de signifier que c'est une curiosité chiante... Comme je le dis en préambule de ma chro : ça a vraiment pas bien vieilli... comme les FX de R2D2 tiens, qui est d'ailleurs en featuring sur l'une des pistes les moins folichonnes, et qui comme tout le monde le sait servait de sybian sur roulettes pour cette nympho frustrée de Leïa. Démo de nerd.

note       Publiée le jeudi 27 mars 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Decomposition".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Decomposition".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Decomposition".

MachO))) › jeudi 8 avril 2010 - 14:06  message privé !

Tu vois une chronique toi?

Damodafoca › mercredi 7 avril 2010 - 09:32  message privé !

J'avais jamais vu qu'il y'avait une chronique de ce disque!! Les chros hip hop sont cachés ici.

saïmone › lundi 5 avril 2010 - 23:59  message privé !
avatar

La chro de proggy a disparue !!