Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTherapy? › Never Apologize Never Explain

Therapy? › Never Apologize Never Explain

13 titres - 39:45 min

  • 1/ Rise Up (Make Yourself Well)
  • 2/ Die Like A Mother Fucker
  • 3/ Perish The Thought
  • 4/ Here Be Monsters
  • 5/ So-Called Life
  • 6/ Panic
  • 7/ Polar Bear
  • 8/ Rock You Monkeys
  • 9/ Dead
  • 10/ Long Distance
  • 11/ This Ship Is Sinking
  • 12/ Save The Sermon
  • 13/ Last One To Heaven's A Loser

enregistrement

Pete Bartlett

line up

Andy Cairns (chant, guitare), Neil Cooper (batterie), Michael Mckeegan (basse)

remarques

chronique

Après un High Anxiety tout caca, Andy et ses boys reviennent sous la forme d’un trio. Et qui dit trio dit quatuor moins un (noooon tu déconnes?). C'était ptêtre pas une si mauvaise idée de virer McCarrick, qui fût sans doute pour beaucoup dans le charme de Infernal Love, mais qui a aussi prouvé son manque de savoir-faire en composant les trois quarts de leur pire album Semi-Detached. Never Apologize Never Explain est plus sincère et plus basique en même temps... Un Therapy ? hargneux et puissant, avec un style costaud. On se croirait revenu à la bonne époque, mine de rien… leur disque le plus roots depuis Nurse, sans aucun doute – même si c’est un peu impersonnel pour du Therapy? Cet album est bien foutu et la qualité est tout autre que sur le précédent, indéniablement, les jeux de grattes flamboyants, la patate quoi. Exit le hard FM et le pop punk de pucelles, Never Apologize se veut nostalgique de l’âge d’or du métal alternatif et du post hardcore – on oscille donc assez logiquement entre les pistes à la Fugazi/Black Flag/Helmet/Quicksand, les titres plus dissonants ou noise rock façon Big Black ("Die Like A Motherfucker") les morceaux plus "fusionnels" comme seuls Therapy ? sait en faire, et même un peu de feeling plus emocore sous le pied ("Polar Bear", ou "The Ship Is Sinking", ma préférée), un seul titre qui fasse plus groovy et décontracté ("Rock You Monkeys", qui irait mieux sur Shameless), mais pour le reste il s’agit probablement de leur disque le plus sobre et le plus tendu, peut être le plus hardcore de tous, tout bien réfléchi... la formule est brute de décoffrage et les lascars s’éparpillent moins, ça fout la pêche à coups de latte, et c’est un peu le seul but fixé. Energie, précision et fougue, élégance. Andy a fait tomber le chant à mèche pour se remettre à gueuler avec classe, la basse est bien mise en avant, et le nouveau batteur (depuis un ou deux albums déjà, me semble-t-il) est parfaitement capable de remplacer le grand Fyfe Ewing, miam miam, cette section rythmique old school ! Un album très bien foutu, indéniablement, avec des riffs extra dry, et un son bien plus cru et authentique que sur les deux précédents… un bon disque, auquel j’ai pourtant bien du mal à m’attacher, sans trop savoir pourquoi, à cause de quelques titres brouillons peut être, ou du manque de variété. M’enfin, ça fait quand même plaisir de voir qu’ils n’ont pas perdu la main, contrairement à ce que beaucoup peuvent dire (en vérité, ceux qui n’ont pas écouté plus d’une ou deux fois, ou pas du tout). Et puis "Rise Up" est un tube tout à fait respectable. Le seul, en fait, de cet album âpre et virulent. Un Therapy? moyen mais respectable, tout en nerfs. (Notez le dégradé de couleurs très classe dans les pochettes de recommandation ci-dessous, eheeeh oui je l'avoue, j'en suis fier)

note       Publiée le lundi 16 février 2009

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Never Apologize Never Explain".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Never Apologize Never Explain".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Never Apologize Never Explain".

torquemada › mardi 17 février 2009 - 00:19  message privé !

je l'aime beaucoup celui-ci, surtout "So Called Life".

Note donnée au disque :       
empreznor › lundi 16 février 2009 - 20:58  message privé !

Le superbe titre de cet album devrait etre le slogan de chaque chroniqueur ici-bas. Pour la petite histoire j'ai decouvert therapy? avec rise up (depuis j'ai meme le single 1 titre pour 3 euros acheté chez un fameux disquaire d'occase du vieux lyon whaou!) decouvert dans "Guerilla Radio" quand c'etait deja de la daube mais pas trop. Mais pour emjamber le fossé entre rise up et Infernal love j'ai dû fait le grand ecart.

Raven › lundi 16 février 2009 - 14:17  message privé !
avatar

j'aime bien le dégradé des recommandations, très élégant... chro assez chiante à lire par contre, attention au syndrome David Pujadas, mon ptit Raven.

Note donnée au disque :