Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHThe Hafler Trio › Kill The King

The Hafler Trio › Kill The King

cd | 7 titres

  • 1 Maps Of Sand Dunes
  • 2 The Threat That Cannot Be Obeyed
  • 3 The Ames Room
  • 4 Hallowing
  • 5 Fact (Plural)
  • 6 Obelus
  • 7 Sweat On Paper

line up

Zbigniew Karkowski (1c), Andrew Mckenzie. Participation de A. Newton sur 1a, Annie Sprinkle & Zbigniew Karkowski sur 1c, John Duncan sur 1e

remarques

Packaging A5 + livret
Certaines copies originales de 1991 souffrent du fameux 'disc rot' qui concernent une frange de CDs pressés par PDO au début des années 90. Procurez-vous plutôt la réédition chez Korm Plastics.

chronique

Chaque aspirant au journalisme musical devrait fournir une chronique du Hafler Trio en guise de concours d’entrée. C’est si suicidaire que la personne sera bien obligée de porter un jugement critique, du moins subjectif qui n’engagera qu’elle. Si le fait que ‘Kill The King’ soit mon disque préféré de la formation n’engage donc que moi, je me ferai toutefois un plaisir de vous décrire l’opus. Présenté dans un dépliant A5, le livret fourni dont les chapitres sont en ordre décroissant semblent vaguement apporter quelques clefs de compréhension puisqu’ils se réfèrent aux sept parties de l’œuvre. Parlons-en de l’œuvre ; une longue fresque électroacoustique résonnantes aux sonorités multiples, comme un tunnel mental vers un univers inconnu, vierge de toute présence humaine. C’est un voyage qui s’entreprend clairement seul, le casque sur les oreilles, dans le noir absolu – voyez alors votre corps qui s’élève et qui suit des lignes qui semblent terriblement familières, mais traitées de façon nouvelle, épurée – McKenzie travaille beaucoup sur les bruits électroniques du quotidien - par moments, quelques rythmiques étouffées percutent le sol sans préavis, sollicitant l’imaginaire visuel comme ‘Digilogue’ de Zoviet France. J’ai dit que l’on était seul tout du long et c’est vrai que c’est un peu erroné par la présence de voix à un moment donné – mais quelles voix ! Un brouahaha bouillonnant de cris et d’interjections qui tourbillonnent en panoramique vers la quarante-huitième minute et qui semble sorti tout droit d’une crevasse d’un giron de l’Enfer ou d’une nuée d’âmes damnées qui aurait perdu sa route ; l’écoute à moitié endormi rendant l’expérience absolument terrifiante. Un voyage liminal et inexplicable aux frontières du réel, sombre, isolationniste, que vous devez absolument avoir effectué aux même titre qu’une initiation rituelle aux mystères de l’au-delà.

note       Publiée le samedi 14 février 2009

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

partagez 'Kill The King' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Kill The King"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Kill The King".

ajoutez une note sur : "Kill The King"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Kill The King".

ajoutez un commentaire sur : "Kill The King"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Kill The King".

Scissor Man › mercredi 26 février 2020 - 11:25  message privé !

J'ai écouté la “compilation” The name Of Someone et commandé chez Tesco, assez intrigué par l'expérience très particulière que propose Zbigniew Karkowski, le cerveau de ce faux trio, c'est une recommandation de Kranakov, étrange entité qui meuble l'espace d'une façon parfois très flippante. A suivre donc, avec ce Kill The King pour “s'initier”, la discographie étant particulièrement conséquente.

kranakov › vendredi 26 novembre 2010 - 20:15  message privé !

Le sommet de McKenzie. Peut-être le disque le plus érudit qui soit: côtoie les sommets d'un Nono et d'un Kagel. Inlassablement, comme d'une béance en soi découverte, on y revient : fascination de l'abîme.

Quelqu'un a jeté une oreille à la très belle réédition intitulée "The Name Of Someone" ?

Note donnée au disque :