Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFrozen Shadows › Dans les bras des immortels

Frozen Shadows › Dans les bras des immortels

7 titres - 47:25 min

  • 1/ Dans les bras des immortels
  • 2/ Beyond the palid vales
  • 3/ Au seuil des ténèbres
  • 4/ Under horrid skies
  • 5/ Forsaken whispers
  • 6/ Of pain and insufferable torment
  • 7/ Lunes funèbres

enregistrement

Enregistré et mixé au Studio revolu-son en avril et mai 1999 par François Coderre.

line up

Alvater (guitares); Myrkhaal (vocaux et claviers); Namtar (batterie, basse, guitares acoustiques)

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black atmosphérique

Je voulais tant aimer ce disque... je l'adorais par avance. Tout, absolument tout semblait réuni pour en faire un de mes disques black de chevet; mais non, non... mes innombrables efforts ont certes réussi à dissiper la déception profonde, mais n'ont jamais transformé ce premier album de Frozen Shadows, à mes oreilles, en pur trip nocturne. Plus le temps passe et plus "hantises", par lequel j'ai découvert le groupe, s'impose comme un de mes 10 disques de black metal modèles, de ceux sur lesquels je reviens fréquemment avec à chaque fois le même plaisir absolu. Descendu presque unanimement à sa sortie comme il était, disait-on, beaucoup moins atmosphérique que son fantastique et mythique prédécesseur, (comparaison dont je n'ai pas eu à souffrir puisque je ne le connaissais pas), il me laissait ainsi augurer d'un passé d'excellence, dont la démo "Empires de glace", livrée en bonus avec le deuxième album des québécois, et sans être extraordinaire, pouvait parfaitement être les prémices. De ce "Dans les bras des immmortels", épuisé et donc introuvable lorsque paraît "hantises", je voyais la pochette un peu partout sur le net : de celles dont la naïveté du graphisme, la nature du dessin et la beauté des couleurs suffisent à me plonger immédiatement dans un rêve éveillé : de "Dissection" à "Nighside eclipse" en passant par "Secrets of the black art" : la nuit, la forêt, l'occultisme et l'hiver... une famille black nocturne à laquelle je voue une affection toute particulière, toute pétrie de ma propre naïveté de rêveur forestier. Cette pochette, ces qualificatifs (atmosphérique, neigeux, nocturne...) avec lesquels on le décrivait, les références à Emperor et l'excellence absolue de leur deuxième album qui semblait malgré tout provoquer la déception chez les connaisseurs du passé : comment ne pas être par avance convaincu que j'allais tomber sur un joyaux de black atmosphérique, dont l'écoute me plongerait instantanément au beau milieu de ces sombres sapins, à guetter les esprits sous les lueurs de la lune? La bête est rééditée, je me jette dessus; c'est bien cela : du black metal furieux et occulte, dans la lignée du premier Dark Funeral, augmentée de la dimension atmosphérique, froide et onirique propre aux chefs-d'oeuvre du genre : "Nord", "Storm of the light's bane" ou "nighside eclipse"... sauf que la sauce, ici, ne prend jamais totalement. Il y a bien le son trop maigre des guitares que l'on tient d'abord pour responsable, la retenue mélodique propre au groupe qui impose de bien se familiariser avec les compositions avant de pouvoir en goûter les substances... avec le temps, j'ai fini par admettre, par ressentir, que ce premier album de Frozen Shadows était certes plutôt bon; mais loin, trop loin du merveilleux frisson auquel je m'étais préparé. Dans sa volonté de pilonnage un peu systématique, cassant en deux toutes les ouvertures d'imaginaires que le groupe parvient à créer en imposant des démarrages soudains et plutôt linéaires malgré leurs harmonies sorcières, dans la gestion de la densité sonore qui nous ferme la porte d'accalmies à l'ampleur atmosphérique réussie par des blasts radicaux aux deux guitares toutes grêles, Frozen Shadows se perd, déchirant trop régulièrement le voile d'illusions que dressent autour de nous les meilleurs moments du recueil. Un album ne devant pas être jugé par rapport à ce qu'on en attend, mais à ce qu'il propose, il m'aura fallut le temps nécessaire à le prendre pour ce qu'il est. Un disque qui est donc bel et bien de cette famille restreinte et chérie du black atmo/nocturne que j'évoquais tout à l'heure et qui, loin d'atteindre le niveau des références du genre, revient néanmoins de temps à autre dans mon lecteur pour cet aspect précieux. Un disque avec lequel j'ai un rapport complexe d'affection/deception, et que j'invite donc les internautes qui le connaissent à commenter, avec sans doute plus d'objectivité et de recul, plus de simplicité que je n'arrive décidément à en avoir moi-même.

note       Publiée le samedi 14 février 2009

partagez 'Dans les bras des immortels' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Dans les bras des immortels"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Dans les bras des immortels".

ajoutez une note sur : "Dans les bras des immortels"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dans les bras des immortels".

ajoutez un commentaire sur : "Dans les bras des immortels"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dans les bras des immortels".

Demonaz Vikernes › lundi 26 septembre 2011 - 15:14  message privé !

Terriblement générique

Note donnée au disque :       
M-Atom › mardi 17 février 2009 - 20:14  message privé !

a acheté a sa sortie...j'ai été décu égelement. le pillonnage systématique nuit a l'ambiance de l'ensemble. on est loin des chefs d'oeuvre du genre. je ne connais pas la suite mais avec cet album le groupe se positionne tout juste comme un second couteau.

Note donnée au disque :       
Ares › dimanche 15 février 2009 - 11:31  message privé !

Perso j'adore cet album. Seule la 4 est un peu en retrait car uniquement axé brutale. Pour moi cet album est a mi chemin entre Nightside et Dark medieval time (rien que ca ;)) Alors que j'ai jamais vraiment accroché sur Hantises ... 5 boule et demi :)

Note donnée au disque :