Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRClint Ruin / Lydia Lunch › Dont fear the reaper

Clint Ruin / Lydia Lunch › Dont fear the reaper

cd | 4 titres | 17:00 min

  • 1 Don't fear the reaper [reprise de Blue Öyster Cult] [5:16]
  • 2 Clinch [4:24]
  • 3 Serpentine [reprise de Steroid Maximus] [3:41]
  • 4 Why Don't We Do It In The Road [reprise des Beatles] [3:31]

enregistrement

Enregistré à B.C., Brooklyn – Ingé-son : Martin Bish (Piste 1) – Enregistré aux Self-Immolation Studios – Ingé-son : Clint Ruin (reste)

line up

Lydia Lunch, J. G. Thirlwell (aka Clint Ruin)

chronique

Styles
indus
ovni inclassable
rock
hard rock
Styles personnels
analog horror show

Une pièce de choix. Par deux grands ingérables devant l’éternel, l’un des couples les plus destroy qu’ait connu la musique. Clint Ruin, alias JG Thirwell, alias Fœtus et j’en passe, expatrié à NYC, allié à la prêtresse du spoken word revanchard. Deux reprises, deux originaux... Pour leur dernière collaboration, nos deux charmants tourtereaux décident de rendre hommage au bon vieux patrimoine du classic rock à papa ! Visez la pochette (une des meilleurs pochettes qui soient, ça c’est clair) : "ne crains pas la faucheuse" le tube des Blue Öyster Cult… New York, une autre époque. Aussi surprenant que cela puisse paraître, la reprise est fidèle, respectueuse de ce classique absolu exhalant à la fois romantisme facile et FM et parfum de la camarde dont le souffle rauque viens vous chatouiller les omoplates. On ne peut pas en dire autant de Why don’t we do it in the road, grosse pochade improvisée par Macca sur l’album blanc de qui-vous-savez. S’attaquer à un tel morceau est déjà une provocation en soi. Mais le bousiller façon helter skelter (tohu-bohu pour les intimes) en samplant la voix noire de McCartney sur les gémissements d’agonie de Lydia Lunch, c’est carrément un sacrilège… Dans le même goût que Death Valley’69, son EP hommage à Charlie Manson avec les Sonic Youth… L’album blanc commençait déjà à en obséder pas mal à cette époque. Clinch et Serpentine, de leur côté, sont de bons exemples de ce que peuvent arriver à faire deux malades mentaux quand ils se mettent ensemble… Nos Bonnie & Clyde de l’indus refont les murs de leur cellule capitonnée à coup de chalumeau sur fond de rythmique emballée à la Cop Shoot Cop. La véhémence conjuguée de la voix vindicative de Lydia Lunch et des assauts bruitistes de Thirwell fait mouche : on reste scotché par la violence du titre. Et encore, ce n’est rien… Le changement d’ambiance avec le démarrage de Serpentine est ultra surréaliste… Il s’agit d’une ballade très "film noir new-yorkais" entre les titres no-wave jazzy de la Lunch et les sursauts de roublardise Tom Waitsiens de Fœtus… Une vraie petite merveille, basée sur le morceau Transcendental Moonshine de Steroid Maximus, à la basse serpentant dans les bas-fonds du downtown et au saxo errant sur les toits tel un chat de gouttière. Lunch tutoie Lynch. Du grand art, entre Tuxedomoon jouant dans un cabaret vide et Morphine les pieds dans les égouts new-yorkais…. Mais dites donc les enfants, j’en veux plus souvent, moi, des EP comme celui-là !

note       Publiée le jeudi 12 février 2009

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

partagez 'Dont fear the reaper' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Dont fear the reaper"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Dont fear the reaper".

ajoutez une note sur : "Dont fear the reaper"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dont fear the reaper".

ajoutez un commentaire sur : "Dont fear the reaper"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dont fear the reaper".

Klarinetthor › samedi 8 octobre 2016 - 19:04  message privé !

non, mais celle des Beatles n'apparaissait pas jusque recemment

Note donnée au disque :       
dariev stands › samedi 8 octobre 2016 - 19:02  message privé !
avatar

laquelle, Serpentine ? C'est plus un karaoké sur un morceau existant qu'une reprise, mais oui je le note...

Klarinetthor › mardi 4 octobre 2016 - 14:43  message privé !

carrement, N6. Les deux d'avant aussi, clinch plus violente comme sur stinkfist et la magnifique Serpentine. Seule la reprise (la premiere; la derniere est pas indiquée, attention dariev, il y a des gens qui vont pas trouver de qui est l'originale. on est en 2016 que diable!)

Note donnée au disque :       
Twilight › mardi 4 octobre 2016 - 12:40  message privé !
avatar

Oui, je trouve que Rowland S.Howard laisse poindre une forme de 'fragilité' dans le badass world de Lydia. Mais c'est sûr, Lydia & Clint, c'est terrible...

(N°6) › mardi 4 octobre 2016 - 11:54  message privé !
avatar

"Why Don't We Do It In The Road" est tellement énorme. Clint & Lunch c'est le couple Made in Hell (avec sextape par Richard Kern). Quoique j'aime encore plus son duo avec Rowland S. Howard.

Note donnée au disque :