Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBrighter Death Now › Necrose Evangelicum

Brighter Death Now › Necrose Evangelicum

cd | 6 titres

  • 1 Willful (6:59)
  • 2 Soul In Flames (7:43)
  • 3 Impasse (10:03)
  • 4 Rain, Red Rain (8:15)
  • 5 Deathgrant (9:06)
  • 6 Necrose Evangelicum (5:58)

line up

Roger Karmanik. Participation de Mortiis sur 'Necrose Evangelicum'

Musiciens additionnels : Mortiis

remarques

réédité 2008 + CD bonus d'un enregistrement d'une répétition de 1996
Picture-disc limité à 500 exemplaires

chronique

Styles
indus
death industrial
Styles personnels
death indus

Il y a quelques temps, Brighter Death Now et moi on était un peu comme ma grand-mère et Harry Potter : on n’a pas aimé le premier, on en achète un autre, on n’aime pas, on achète le suivant, on n’aime pas non plus et on se retrouve avec presque toute l’œuvre sur nos rayons comme madame Oleson qui se retrouve avec des caisses d’élixirs miraculeux refourgués par le premier charlatan venu. Et puis le temps passe, ma grand-mère a quitté ce monde et par corollaire je me suis remis à BDN (Comment ça, ça n’a aucun rapport ? Avez-vous seulement suivi ce que je raconte ?) et j’ai alors compris l’intention de Roger en créant sa griffe ‘death industriel’ : détourner la musique industrielle de son aspect politique pour n’en garder que la forme ; pile que Genesis P-Orridge redoutait et méprisait : reprendre le cracra pour faire de l’ultra-glauque, du nécrologique haut de gamme comme sur ‘The Slaughterhouse’ qui semble enregistré au fin fond d’une morgue dont les locataires seraient réticents à rester en place. ‘Necrose Evangelicum’ semble en continuation directe de celui-ci et de ‘Great Death’ ; il commence avec ces ambiances rampantes type vrombissements hoqueteux et grognements sporadiques sur les deux premiers titres plutôt sans surprise. L’ambiance se plombe très vite toutefois avec le sévèrement lourd ‘Impasse’ et ses incantations lointaines, ainsi que son homologue ‘Deathgrant’ que l’on croirait enregistré dans la broyeuse d’un abattoir insalubre. Le tube de l’hiver c’est bien sûr l’abominable ‘Rain, Red Rain’ et son grincement quasi-omniprésent ; comme si le logo de BDN était un aiguisoir et qu’il ratissait consciencieusement notre face en rotation maximale. Le dernier titre, featuring Mortiis, ajoute un semblant de mélodie à cette lente asphyxie mais pas sûr que l’on soit encore dupe. Ni encore vivant.

note       Publiée le mardi 10 février 2009

partagez 'Necrose Evangelicum' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Necrose Evangelicum"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Necrose Evangelicum".

ajoutez une note sur : "Necrose Evangelicum"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Necrose Evangelicum".

ajoutez un commentaire sur : "Necrose Evangelicum"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Necrose Evangelicum".

Wotzenknecht › lundi 20 avril 2009 - 11:26  message privé !

oui, c'est tout à fait ça

Note donnée au disque :       
Lord Tom › dimanche 19 avril 2009 - 20:21  message privé !

Hé ben, y'avait déja pas mal de reverb sur l'original, ça doit être ultraentrepot la

Wotzenknecht › dimanche 19 avril 2009 - 19:03  message privé !

le remaster est étrange, on dirait qu'il a versé une pluie de réverb' et plombé les basses, l'impression d'écouter une version live engluée dans une bétonneuse ; voyons ce que donne le CD bonus

Note donnée au disque :       
Horn Abboth › samedi 14 février 2009 - 15:07  message privé !

A ranger à côté de "Metal Machine Music".

born to gulo › vendredi 13 février 2009 - 00:33  message privé !

début effectivement un peu routinier, fin en apothéose, à partir d'impasse en effet ; red rain et le finale tuent