Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMJohn Martyn › Grace and Danger

John Martyn › Grace and Danger

  • 1980 • Island CID 9560 • 1 CD

cd • 9 titres • 39:26 min

  • 1Some people are crazy 4:19
  • 2Grace and danger 4:02
  • 3Lookin' on 5:11
  • 4Johnny too bad 3:56
  • 5Sweet little mystery 5:28
  • 6Hurt in your heart 4:58
  • 7Baby please come home 3:56
  • 8Save some (for me) 3:34
  • 9Our love 3:57

enregistrement

Angleterre, 1980

line up

Phil Collins (chœurs, batterie), John Giblin (basse), Dave Lawson (claviers), John Martyn (chant, guitares), Tommy Eyre (claviers, synthétiseurs)

remarques

http://www.johnmartyn.com/

chronique

Styles
pop

À l'orée des années quatre-vingt, John Martyn est passé à deux doigts de la consécration internationale. Pour se faire, ses racines folk se dissimulent désormais sous les traits d'une pop sophistiquée (le simili reggae de "Johnny Too Bad" ou encore la plage titre). Pas de revirement, pas vraiment ; juste un alignement à même d'augmenter ses chances de percer. Peine perdue dans un monde qui reste désespérément sourd aux nuances et aus subtilités. C'est sous la houlette de Martin Lewan qu'il enregistre "Grace and Danger", premier volet d'un diptyque finalement plus introverti qu'il n'y paraît et qui, sans faire de vagues, témoigne d'une parfaite assimilation des cultures musicales qui nourrissent notre homme. Écoutez "Lookin' On" par exemple : deux univers entrent en collision, la folk, avec sa guitare sèche, et le jazz électrique, avec son clavier kaléidoscopique. John Martyn y apose son texte et transforme le tout en chanson mélancolique finalement unique. On peut dresser le même constat au sujet de "Sweet Little Mystery", le tube de l'album, ballade langoureuse avec laquelle Martyn aurait pu décrocher la timbale. Pour coller à son objectif, il requiert les bons soins du batteur jazz de Brand X et du chanteur pop de Genesis : Phil Collins. Un partenariat qui va se prolonger dans le temps et qui paradoxalement nous éclaire sur la carrière de la mégastar (les slows "Hurt in Your Heart", "Baby Please Come Home" ou les effets delay de "Save Some" en disent long sur l'influence qu'a pu avoir le travail de John Martyn dans la réalisation de "Face Value", premier exercice en solitaire de Phil Collins qui ira même jusqu'à débaucher le bassiste John Giblin rencontré lors de ces sessions d'enregistrement). Dans l'ensemble, "Grace and Danger" véhicule une ambiance des plus feutrées, paresseuse, qui, sans vous pousser à une flanerie automnale, vous donne néanmoins quelques beaux instants de contemplation à partager. C'est là l'essence même du travail du compositeur anglais.

note       Publiée le dimanche 8 février 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Grace and Danger".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Grace and Danger".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Grace and Danger".