Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMJoni Mitchell › Song to a seagull

Joni Mitchell › Song to a seagull

  • 1968 • Reprise K 44051 • 1 LP 33 tours

lp • 10 titres • 38:00 min

  • Side 1: "I Came to the City"
  • 1I Had a King3:37
  • 2Michael from Mountains3:41
  • 3Night in the City2:30
  • 4Marcie4:35
  • 5Nathan La Franeer 3:18
  • Side 2: "Out of the City and Down to the Seaside"
  • 6Sisotowbell Lane 4:05
  • 7The Dawntreader5:04
  • 8The Pirate Of Penance2:44
  • 9Song to a Seagull 3:51
  • 10Cactus Tree 4:35

enregistrement

Produit par David Crosby - fin 1967 - Ingé-son : Art Cryst

line up

Joni Mitchell (chant, piano, banshee, guitare), Lee Keefer (Banshee)

Musiciens additionnels : Stephen Stills (basse sur Night n the City)

remarques

chronique

Styles
folk
Styles personnels
journal intime

Lorsqu’on parle de folk Canadien, la première figure qui vient instantanément à l’esprit est incontestablement Neil Young. Au point d’en oublier parfois Joni Mitchell, tout aussi indémodable et appréciée de toutes les générations que le loner, et dont la carrière n’a rien à envier à celle de son ami, ni en longévité ni en abondance. Un an avant le premier éponyme de ce dernier, elle se lançait dans l’aventure avec cet étonnamment abouti premier disque, dont elle a elle-même conçue la pochette, psychédélique au premier regard, puis se révélant extrêmement personnelle si l’on s’attarde sur les détails (le genre de trucs impossible sur la version cd), reflétant tout à fait le contenu de ses paroles et, par là même, de sa vie. Car Song to a Seagull est un véritable journal intime gravé sur sillon. Une impression renforcée par le chant susurré de la demoiselle, qui décolle parfois dans des aigus un peu exagérés, ce qui me permet d’évoquer le seul gros défaut de l’ensemble : la production approximative de David Crosby (« en gros, j’ai juste appuyé sur record »), avec ses hausses de volume précipitées sur les refrains, probablement dû à un procédé un peu spécial : Joni chantait à côté d’un piano ouvert pour capter les vibrations des cordes entraînées par sa voix. Sauf qu’on devine qu’elles ne vibrent qu’à un certain volume, donc sur les refrains. Encore que cela peut accentuer le côté un peu naïf et humble de ce disque : il ne s’agit après tout que de Joni, assise sur des coussins en face de nous, ou à quelques mètres dans un salon de thé minuscule et aux murs en bois, seule avec sa guitare et sa voix si particulière (on aime o on déteste). Le dépouillement lui va si bien. S’il fallait donner un exemple de poésie hippie débarrassée de tous les effets et idéaux irréalistes de l’époque, ce serait Song to a Seagull… Et puis il y a ce jeu de guitare, sa marque de fabrique, à la complexité en rupture totale avec l’absence d’arrangements, qui atteint son paroxysme sur la face B (l’ovni The Pirate of Penance, où les voix s’entrelacent de la plus étrange manière). Ou devrais-je dire : sur « Out of the city and down to the seaside ». Car Joni Mitchell a choisi de donner un nom à chaque face : la première racontant sa fuite d’un bien étrange château (I Had A King), celui de son premier mari Chuck Mitchell, pour rejoindre les lumières dansantes de la ville (Night in the City, indispensable interlude pop sur un disque 100% acoustique), avant de s’enfuir à nouveau vers le bord de mer en taxi (le sombre Nathan La Franeer). Il est question de toute une galerie de personnages croisés sur le chemin, qu’on devine bien peu fictifs, et auxquels Joni semble rendre hommage l’un après l’autre sur Cactus Tree, le morceau final. En fait, l’univers de Joni Mitchell est si riche et, encore une fois, si profondément intime, qu’il en devient impossible à décrire. A peine la musique se termine qu’on croit avoir rêvé… Il faut dire que le vocabulaire très ciselé employé ici n’aide guère pour résumer le tout. Disons que vous vous retrouvez, le temps de 10 chansons, dans une chambre de fille, remplie d’objets fragiles et étranges que l’on ose toucher, voire regarder, et qui réveillent des images d’étoffes, d’algues, de voiliers et du meurtre d’un certain pirate… Peut-être même qu’un de ces protagonistes vous rappellera quelqu’un. Il n’y a pas 36000 scénarios possibles : soit tout cela vous semblera terriblement banal, soit vous vous sentirez flattés qu’elle ait choisi votre oreille pour y murmurer ses histoires de départ et d’amourettes volées… Et il y a quand même un petit chef d’œuvre, il s’appelle Michael from Mountains, et dévoile un talent pour les mélodies brodées encore trop méconnu. Plus féminin, à fleur de peau et rêveur que ça, ça va être difficile de trouver. Parfaitement intemporel.

note       Publiée le vendredi 6 février 2009

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

  • Love › Forever changes
    Love - Forever changes
    Remplacez toutefois le venin par des embruns maritimes… l’un réouvre les blessures alors que l’autre les apaise.

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Song to a seagull".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Song to a seagull".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Song to a seagull".

mangetout › mardi 2 avril 2019 - 09:57  message privé !

Quelle voix quand même !!! Et Dieu que j'adore le "folk inoffensif"...

Aladdin_Sane › mercredi 26 décembre 2012 - 11:08  message privé !

Si les débuts folk de la chanteuse sont sympathiques, je trouve que sa musique prend une tout autre dimension à partir de "The Hissing of summer lawns" (1974). Et que dire des superbes "Hejira" et autre "Mingus". Bref, ceux qui croient que Joni Mitchell est une chanteuse folk inoffensive feraient bien de jeter une oreille sur ces albums.

dariev stands › jeudi 14 mai 2009 - 11:53  message privé !
avatar

c'est parce qu'ils ne savent pas encore qu'elle a influencé Prince...

Coltranophile › jeudi 14 mai 2009 - 10:55  message privé !

Voilà une bonne nouvelle! Sinon, il est dommage que Joni attire si peu de gutsiens.

dariev stands › jeudi 14 mai 2009 - 10:20  message privé !
avatar

oui