Vous êtes ici › Les groupes / artistesOObtained Enslavement › Soulblight

Obtained Enslavement › Soulblight

cd • 7 titres • 41:22 min

  • 1A black odyssey
  • 2The dark night of souls
  • 3Soulblight
  • 4Nightbreed
  • 5Voice from a starless domain
  • 6The godess'lake
  • 7Charge

line up

Heks (guitares), Doden (guitares), Morrigan (Claviers), T.Reaper (Basses), Torquemada (Batterie), Pest (Vocaux)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black metal symphonique

Ce n'est certainement pas en mettant en ligne des chroniques sur Obtained Enslavement que je vais faire baisser mon ratio de 6/6. Obtained Enslavement est à la fois peu connu, peu cité en tout cas, mais il est pour tout ceux qui ont un jour croisé sa musique devenu depuis une des grandes références du Black Metal Norvégien (et la place est chère dans ce pays de malades !). " Soulblight ", troisième album du groupe, est aussi le dernier de sa période symphonique, qui n'aura donc duré que le temps du sublime " Witchcraft " et de cette galette ici présente. La musique d'Obtained Enslavement est à la fois directe et riche, très riche. Directe dans l'évidence de ses rythmes, qui savent changer mais sans nous lâcher en route, directe dans la violence de ses rythmes (Torquemada est un accro du blast et de la double pédale… pour ceux qui ne le connaissent pas, une découverte vous attend). Directe aussi dans la beauté impressionnante de ses mélodies. Des mélodies aux allures intemporelles, de celles que l'on connaît tout de suite et que l'on oublie plus. Mélodies enrichies et développées tout au long des morceaux en progressions harmoniques : car tel est bien le système essentiel de composition et d'organisation des morceaux, exploité par Heks et Doden. Le titre " Soulblight " en est l'archétype parfait. La trouvaille mélodique à la base du titre est lancée dès l'intro et ne cessera de tourner durant les 7.30 minutes que durent cette étonnante pièce de musique metal. Autour de son développement, la batterie, les arpèges de claviers, les guitares superposées, et les ruptures le consolident et l'entraînent dans une sorte de progression constante, un mouvement épique perpétuel. Mélodique, le Black de Obtained Enslavement l'est au plus haut point. L'envolée monumentale de " Nightbreed ", l'évolution atmosphérique de " Voice from a starless domain "… lorsque l'on sait que les deux guitaristes sont à la double croche ce que leur batteur est à la double grosse caisse, et que le clavier de Morrigan (arrangé par Heks) se déroule en arpèges plutôt qu'en simples nappes, cela donne tout simplement une fontaine de notes, de rencontres harmoniques, de scintillements métalliques. Car malgré une véritable élégance mélodique, unique dans tout le milieu, Obtained Enslavement est encore un groupe très extrême. L'intro de " Voice from… " est impitoyable… Tout cela est très rapide, et lorsque Torquemada accepte de lever la caisse claire et d'attendre les temps, ses pieds continuent de marteler comme s'il n'était pas question, une seule seconde, de rompre cette dynamique impressionnante qui régit chaque morceau de cet album. Et Pest est un malade, tout simplement. Sa voix est une des plus hurlée du black, la haine à l'état brute, le dégoût, la hargne… L'ambiance de cet album tient à la fois de la nuit, de la sorcellerie, du rêve et de la simple musique. L'une après l'autre, chacune des perles qui le composent nous emporte, nous impressionne, et nous submerge… grandeur, noirceur, puissance… Soulblight !

note       Publiée le dimanche 31 mars 2002

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Soulblight" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Soulblight".

notes

Note moyenne        51 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Soulblight".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Soulblight".

prowler Envoyez un message privé àprowler

Tu sais, ta pensée...

Note donnée au disque :       
vargounet Envoyez un message privé àvargounet

J'ajouterais que dans Gorgo l'ambiance ultra marécageuse et crade prête bien à une voix du genre, mais là dans le contexte avec les petits zozios et le gentil clavier ça fait vraiment trop. Voilà le fond de ma pensée :D

Note donnée au disque :       
vargounet Envoyez un message privé àvargounet

Ben honnêtement je trouve que ça n'a pas grand chose à voir avec ses travaux dans les premiers Gorgo je trouve les vocaux vraiment too much sur cet album. Enfin bref, sur le coup quand j'écoute cet album je pense plutôt à un nanar genre Barbarians qu'à un voyage épique à travers des contrées médievales, héhé. Pourtant j'essayais déjà d'écouter les deux premiers quand j'étais à fond dans le BM. Bon bref passons =)

Note donnée au disque :       
Fryer Envoyez un message privé àFryer

Ah bah c'est typé c'est certain. Ca peut même sonner daté à la réécoute. Par contre, la voix c'est Pest donc si tu aimes Gorgoroth...

Note donnée au disque :       
vargounet Envoyez un message privé àvargounet

Ca fait des années que j'essaie d'écouter deux trois morceaux de cet album attentivement et que je zappe jusque désinterêt total. Y'a quoi de génial sans rire ? Les parties de guitare sont cool mais alors le piano et le synthé rajouté à fond par dessus c'est vraiment super gay (désolé ça fait gratuit mais j'ai pas mieux comme terme) en plus de donner un aspect cheap vraiment désagréable et la voix est vraiment insupportable ... Une incompréhension totale avec ce groupe, je peux trouver ça sympa par moments mais de là à en faire un incontournable ...

Note donnée au disque :