Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTiamat › Wildhoney

Tiamat › Wildhoney

cd | 10 titres

  • 1 Wildhoney
  • 2 Whatever That Hurts
  • 3 The Ar
  • 4 25th Floor
  • 5 Gaia
  • 6 Visionaire
  • 7 Kaleidoscope
  • 8 Do You Dream Of Me?
  • 9 Planets
  • 10 A Pocket Sized Sun

line up

Johan Edlund (chant, guitare), Johnny Hagel (basse), Lars Sköld (batterie), Magnus Sahlgren (guitare), Waldemar Sorychta (claviers), Brigit Zacher (voix)

remarques

(J'ai la réédition digipack - très jolie - avec en bonus un CD live et des versions différentes des morceaux sur le premier disque, ainsi qu'une sympathique reprise de Pink Floyd)

chronique

Aujourd’hui Raven est très Candy, il a décidé d’inaugurer sa nouvelle émission gutsienne "Moi et mes meilleurs disques Glucose". Premier volet. Il s’adresse à toi sur un plateau 100% romance, la caméra le suit jusqu'au sofa (d’un somptueux fuschia), lentement, voluptueusement… *générique rose bonbon, fondu enchaîné, lumières tamisées, musique douce, regard ténébreux* D’abord, très chères spectatrices, un peu de contexte si vous le voulez bien. Tout comme Paradise Lost a One Second, ou Samael a Passage, Tiamat a Wildhoney. Carrière entamée sous de sombres auspices, puis virage glucose à grand renfort de claviers sans perdre une once du charme ténébreux, au moment où ça devenait un peu vain de jouer les vilains alors qu’on se sent une marguerite pousser dans la poitrine. Astral Sleep puis Clouds furent la libération encore timide de cet amour bridé, dégoulinant, pour d'autres horizons. Wildhoney en est le climax. Peut-être le plus beau disque Tiamat, et bien que le suivant plus porté sur le côté atmo soit encore plus chochotte que celui-ci, pour ne pas dire gay comme un pinson, il n’a pas le savant mélange qu’on a ici : ce sont les mêmes étoiles, mais sans la nuit qui va avec. Wildhoney puise encore dans l’ambiance occulte des précédents, pour équilibrer le trop plein de sucre. Leur album séraphique, mélancolique, romantique, fleur bleue, eau de rose, rosée du matin, tout ça. Un album qui, lorsque les riffs doom/death/heavy la mettent en veilleuse, donne envie de s’allonger dans un parterre de jonquilles en se faisant besogner par une amazone tandis que les mésanges bleues aux exquises intentions nous apportent à la bouche de leurs becs délicats grappes de myrtilles, cerises et autres griottes, et que les coccinelles d’un œil attentif prennent soin de nous décorer les orteils en s’amassant dessus. Mmmmh. Aaaaaaah. Et pourtant, le ciel est orageux, au-dessus... et des serpents se frayent un chemin entre les hautes herbes. C’est vrai, que ce disque est immodérément doucereux, too much, exalté, des mélodies jusqu’aux paroles, mais comment résister à cette amourette qui dégouline de passion ? Moi j’peux pas. Eh ! Je suis romantique, aussi. Comme moi, le chanteur de Tiamat est un corbeau, mais pas de ceux qui jouent les vautours (enfin ça, c’était avant Clouds, non ?) – un corbeau naïf, bien que parfaitement capable de distiller une ambiance malsaine, et sombre comme un cachot, j’en veux pour preuve ce titre d’ouverture bien menaçant, avec cette voix bien crevarde dans le couplet qui part soudain dans un beuglement death complètement rétamé (faut l’entendre beugler "HONEYMOOON", le gars). Un naïf, avec des paroles qui peuvent être… naïves à mort, gnan-gnan, neuneu, même quand ça te parle infusion de psilocybes ou trip sous datura, naïves, mais toujours très émotionnelles ("I hold you in my arms, dimmed by scarlet morning red, I whisper in your ear : "Do you dream of me ?", brrrr). Ce mec, c’est Michel Berger, prisonnier dans le corps d’un doomeux. Terrible challenge, donc, que de faire sortir le romantisme le plus sincère de cette gorge de brute écorchée. La naïveté, bébé, la pure, la vraie, celle qui jamais ne lâche la main de la noirceur, la bonne noirceur qui met du baume au coeur, celle des goths, celle qui fait son nid dans le saule pleureur du désespoir (c’est un rire que j’entends, là ?) Les paroles sont parfois naïves comme pas possible oui, mais le gars il te les déclame avec une telle conviction, oserais-je dire foi, presque mystique, qu’on se garderait bien de ricaner, d’ailleurs on ricane pas, t-t-t-t-t ! Hé, oh ! Tâte moi ta joue, et ose me dire qu’une larme grosse comme le poing n’y fait pas son lit, toi, hôte de ces lieux sombres et expérimentaux avide de malsain, d’horreurs en tout genre, de génocide, de haine. La haine c’est pour les faibles, seul l’amour triomphera, tu le sais. Parce que Wildhoney c’est beau, parce que ça fait chialer, comme un bon mélo de Clint Eastwood, ou le passage dans le Cercle des Poètes Disparus quand le mec se suicide (tu remets l’ambiance ?) Aucune résistance devant ça, devant ce chant plein d'ivresse et de ferveur, devant ces riffs prodigieux. Parce que même quand ça se vautre dans des envolées sympho-chose comme sur "The Ar" avec des chœurs en cellophane, c’est tuant, parce que ça vire martelage indus l’air de pas y toucher. Parce que c’est tuant, tous ces sons fourmillants, toutes ces petites touches subtiles, la richesse et la clarté de la prod pour parler scientifiquement, font aussi pour beaucoup de cette beauté, même les passages Microcosmos / Ushuaia, oui, même Vangelis, voire Era. Que ça laisse béat, ce gros côté onirique prononcé qui s’éveille de l’ombre, avec ces berceuses nocturnes sublimes, ces arabesques de guitares latines qui t’envoûtent et de laissent dans un rêve moite comme du Midnight Summer Dream, on se croirait à Barcelone au milieu d’une forêt Scandinave, des cigales au pays du Neutrogena. Ou plutôt dans une clairière sous les étoiles, nu dans un parterre de muguet laissé vierge par les chevreuils, où l’on a alors tout le loisir de se perdre dans ses rêves. C’est beau. Et quand ça part dans le mauvais goût total, ça l’est peut être encore plus ! Ecoutez-moi ce "Gaia" et osez me dire que ça fout fait pas tout plein de frissons partout. Kitsch ouais, mais tout ça sans perdre une once de grâce (bien au contraire), à grands renforts de coulis de synthés 100% Air Wick brise fraîcheur printanière pour un envol Goth très… comment dire… extatique ? Non, mieux que ça : titanique... Jack !... Jack !... Je vole Jack ! Je vole !!!... Et vas-y que je te balance un solo FM 100% Yngwie Malmsteen par-dessus, embraye plus loin sur une espagnolade puis termine sa course avec du Pink Floyd bien grenadine. Certains ont Katatonia, d’autres ont Anathema, d’autres (plus rares, et heureusement) ont Him. Moi j’ai Wildhoney. Oui, je l’avoue. J’ai tutoyé les anges avec ce disque… Oui, je me suis surpris à dire "j’aimerai mon prochain, et je t’aimerai, toi, ma douce, jusqu’à ce que l’amour nous sépare." Oui, j’ai bandé pour une fleur, un fruit, enivré par le soupir langoureux des chérubins – et appris à entrevoir la beauté dans cette mirabelle, appris à goûter le miel sauvage de Tiamat. Je savais déjà que grâce et kitsch ne sont pas deux choses inconciliables, mais j’ai appris une chose importante à l'issue de cette idylle : le kitsch peut ne pas être vulgaire, et n’être que grâce. Cet album n’a rien de vulgaire, même s’il est très porté sur le sirupeux, à un point indécent. Il est juste beau, comme une nuit d’amour à la lueur des bougies, comme une déclaration d’amour sur des draps encore mouillés par la sueur alors que l’aube se lève, dont le souvenir résonne dans ta tête comme une caresse rassurante les jours où le gris est couleur dominante. J’ai appris autre chose grâce à cet album, aussi, quelque chose que je subodorais déjà, en romantique éperdu, mais que mon amour pour les démons avait fait vaciller… Ce n’est pas du sang, qui coule en moi. Il y’en a qui ont du miel dans les oreilles… Moi, il n’y en a que dans mes veines.

note       Publiée le vendredi 6 février 2009

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

partagez 'Wildhoney' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Wildhoney"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Wildhoney".

ajoutez une note sur : "Wildhoney"

Note moyenne :        25 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Wildhoney".

ajoutez un commentaire sur : "Wildhoney"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Wildhoney".

Potters field › vendredi 22 janvier 2016 - 16:47  message privé !

Découvert en même temps que le And then came silence de Serenity (dont la pochette n'est pas sans me rappeler celle-ci d'ailleurs), le Wolfheart de Moonspell et le Purgatory afterglow de Edge of Sanity. Ces quelques mois avaient été riches en émotions. Ah et The gallery de Dark Tranquillity aussi !

zugal21 › jeudi 12 décembre 2013 - 22:19  message privé !

Précisément

Wotzenknecht › jeudi 12 décembre 2013 - 22:18  message privé !

A deeper kind of slumber tient mieux la longueur, trouve-je

Note donnée au disque :       
zugal21 › jeudi 12 décembre 2013 - 22:12  message privé !

Ouais, moi aussi 6 boules à la première écoute. 50 écoutes plus tard sur deux -trois ans, plus tellement envie de l'écouter

Alptraum › samedi 11 février 2012 - 22:46  message privé !

Ce disque est une vraie pépite ! Dès la première écoute, je lui mets les six boules. Et ma couille gauche en offrande, il le mérite !

Note donnée au disque :