Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFugazi › Steady Diet Of Nothing

Fugazi › Steady Diet Of Nothing

11 titres - 36:18 min

  • 1/ Exit Only
  • 2/ Reclamation
  • 3/ Nice New Outfit
  • 4/ Stacks
  • 5/ Latin Roots
  • 6/ Steady Diet
  • 7/ Long Division
  • 8/ Runaway Return
  • 9/ Polish
  • 10/ Dear Justice Letter
  • 11/ KYEO

enregistrement

Inner Ear Studios

line up

Brendan Canty (batterie), Joe Lally (basse), Ian Mckaye (chant, guitare), Guy Picciotto (guitare, chant)

remarques

chronique

"These are our demands: we want control of our bodies. Decisions will now be ours. You can carry out your noble actions, we will carry our noble scars." Peut-être le plus emo avec le suivant. Pas aussi intense, non, peut être un peu plus sage que le précédent aussi, d’ailleurs j’avais l’intention de lui coller un bon gros 4/6 pour bien marquer la différence avec Repeater que je préfère, mais… merde, quoi ! Sage ? Y’a quand même "Reclamation", "Runaway Return", "Nice New Outfit" et "Stacks" sur ce disque ! Et le reste… enfin, merde ! Sage ? Pas un seul morceau faible, pas une seule baisse de régime ! Le contrôle absolu et l’émotion à fleur de peau, prête à bondir au moindre sursaut métallique, dans 36 minutes toutes en tension et frustration habilement contrôlées, avec une nette saveur de Jamaïque blanche qui affleure à la surface, moi, je dis banco. Cet album a moins bonne presse que les deux suivants mais révèle le problème – si c’en est un, celui de tous les groupes géniaux finalement – de Fugazi : jusqu’à End Hits on serait bien en dèche de trouver un défaut à n’importe lequel de leurs albums, et In On The Kill Taker sera tellement puissant qu’on en viendrait presque à trouver celui-ci moyen. Non. Redescendons sur Terre deux minutes et regardons un peu ce qu’on a là, si vous le voulez bien. 1 : toujours ce jeu exceptionnel à quatre niveaux, et des envolées de guitares magnifiques – les rythmes plus lents nous font languir puis lorsqu’ils lâchent les brides c’est le bonheur. 2 : un feeling moins punk que par le passé, jusqu’à Repeater Fugazi était encore bien hardcore punk même si ça commençait à se peaufiner, mais ici c’est encore plus ambigu, c’est un peu à partir de ce disque que le groupe à réellement viré post-hardcore à mon goût – plans plus retors, traits plus fins, passages noise, puis faussement calmes, cassures rythmiques... 3 : des instants de grâce furtifs mais cinglants, écoutez par exemple la dernière partie de "Reclamation", moi ça me laisse songeur à chaque fois, l’émotion jailli pure comme neige des guitares en feu, l’extase, tout simplement. Un album racé, subtil, varié… un excellent album, voilà, celui de quatre types qui savent où ils vont et jamais ne se laissent aller à la facilité, qui toujours savent varier le tempo, l’amplitude et les breaks sensoriels pour mieux atteindre les oreilles… et le cœur, sur un album essentiel, fait de guitares scintillantes et de rage sourde. Et c’est tout ce que je vous dirais à son sujet. Une petite merveille.

note       Publiée le mardi 3 février 2009

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Steady Diet Of Nothing".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Steady Diet Of Nothing".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Steady Diet Of Nothing".

born to gulo › lundi 28 janvier 2019 - 19:08  message privé !

... Et c'est qu'il va peut-être enfin se frayer un chemin, celui-ci, avec son gros tirage en reggae !

Note donnée au disque :       
born to gulo › vendredi 20 mars 2009 - 23:20  message privé !

je réussis jamais à l'écouter, malgré son titre qui m'a toujours fasciné, en deux morceaux j'ai l'impression d'écouter des mecs qui parlent de maths

Note donnée au disque :       
Coltranophile › dimanche 22 février 2009 - 23:41  message privé !

Compliqué à juger. Pris entre deux gros gros disque, on a l'impression qu'il manque d'identité aux toutes premières écoutes. Puis après la trois ou quatrième, ça y est, on commence à y rentrer, à s'habituer à sa température. Transition entre le hardcore chirurgicale et dense de "Repeater" et un "In For The Kill" qui transcende ses émotions à fleur de peau à coups de salves hardcore délibérément bouillonnantes et débridées. il paraîtrait presque avoir des accents pop celui-ci. Un tout petit peu en deça tout de même.

Bernard › mardi 3 février 2009 - 20:42  message privé !

Le préféré de celle qui partage ma vie!

Note donnée au disque :