Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTAlex Tassel › Movements

Alex Tassel › Movements

  • 2008 • Naïve NV816171 • 1 CD

8 titres - 58:28 min

  • 1/ Mathis (7:04)
  • 2/ Numero 1 (6:51)
  • 3/ Brooklyn (6:37)
  • 4/ Children (6:57)
  • 5/ Miles runs the voodoo down (10:48)
  • 6/ Come running to me (4:48)
  • 7/ Abstract summer (6:53)
  • 8/ Movements (8:18)

enregistrement

France, 2008

line up

Manu Katché (batterie), Alex Tassel (trompette), Daniel Romeo (basse), Laurent de Wilde (Fender Rhodes), Guillaume Naturel (saxophone), Christian Brun (guitare), Eric Legnini (Fender Rhodes), Robin Notte (piano), Julien Charlet (batterie), Yvonnik Prene (harmonica), Grazzhoppa (platines)

remarques

http://www.myspace.com/alexandretassel

chronique

Styles
jazz

Les couleurs que le jeune Alexandre Tassel a voulu donner à son premier disque en tant que leader, ce sont celles qui ont illuminées les errances électriques de Miles Davis et Herbie Hancock sur des disques comme "On The Corner" ou "Head Hunters". Pour se replonger dans l’époque, rien de tel que les notes caressantes d’un clavier Fender Rhodes. Sur "Movements", c’est le grand luxe puisqu’ils sont deux à se partager cette tâche : Eric Legnini et Laurent de Wilde. On le voit, l’équipe est des plus solide avec, à son bord, quelques autres grosses pointures comme Manu Katché ou Daniel Romeo ; Tassel a suffisamment roulé sa bosse et laissé traîner son instrument dans des tas de collaborations diverses que pour enfin faire jouer son carnet d’adresse. Ainsi DJ Grazzhoppa vient apporter son habituelle touche cinématico-chaotique sur "Brooklyn" et le groupe d’oser même en cover un "Miles Runs The Voodoo Down" magistral. C’est d’ailleurs sur cette reprise, bardée de références ouvertes à l’œuvre de Miles ("In A Silent Way" notamment), que les musiciens semblent s’amuser le plus. C’est très maîtrisé. Sans doute un peu trop car il manque ce lâcher prise si particulier qui donne à cette musique ce relief vertigineux qui fascine encore aujourd’hui, près de quarante ans après ses premiers balbutiements. "Movements" n’est jamais pris en défaut de la ligne directrice qu’il s’est imposé, tout en évitant l’écueil d’un mimétisme mal placé à la Eric Truffaz. Pour autant, nous restons encore loin de l’insolente audace du "Freak In" de Monsieur Dave Douglas...

note       Publiée le samedi 31 janvier 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Movements".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Movements".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Movements".