Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRBoyd Rice & Friends › Wolf pact

Boyd Rice & Friends › Wolf pact

  • 2001 - Nero, NEROZ 1369 (1 vinyle)

lp | 13 titres

  • 1 Watery Leviathan
  • 2 The Forgotten Father
  • 3 Tomb Of The Forgotten Father
  • 4 Wolf Pact
  • 5 Worlds Collide
  • 6 We Shall Purge
  • 7 Rex Mundi
  • 8 Murder Bag
  • 9 The Reign Song
  • 10 Joe Liked To Go (To The Cemetery)
  • 11 Fire Shall Come
  • 12 The Orchid And The Death's Head
  • 13 For Their Whole Lives Long

enregistrement

Enregistré aux Big Sound Studios, S.A., Fevrier 2001.

remarques

A ne pas confondre avec « Boyd Rice & Friends », il s’agit ici d’un jeu de mots sur le nom de cette dernière formation (Fiends = monstres), puisque cette fois, Boyd Rice (NON) et Douglas P. (Death in June) sont rejoints par Albin Julius, alias Der Blutharsch. Un supergroupe en quelque sorte… - à noter qu'il s'agit de la version LP, limitée à 750ex en vinyle blanc et 750 en vinyle gris (la pochette dédicacée vient du net par contre!)

chronique

Styles
ambient
indus
Styles personnels
dark folk / neofolk / indus éthéré

L’autre jour j’ai croisé un personnage pour le moins curieux au détour d’une étagère décrépie de la grande bibliothèque… il portait un vieux treillis militaire orné d’insignes miteux et de symboles que ne j’avais encore jamais vus, ainsi qu’une paire de lunettes teintées complètement démodées… Il paraissait tout à fait normal vu de l’extérieur, quoi qu’un peu bizarre, mais dès que la conversation s’est engagée j’ai su que quelque chose allait de travers. Son débit était calme et mesuré, mais les choses qu’il évoquait sortaient tout à fait de l’ordinaire. Il m’a raconté cette histoire invraisemblable, celle d’un dieu ancestral qu’il désignait comme le "Forgotten Father", et dont il avait visité le temple, avec son ami (un certain Douglas P.), dans un pays étranger (il semblait vouloir garder secret jusqu’au nom du pays…). Il me raconta les choses qu’il vit à l’intérieur : des escaliers à n’en plus finir, vers le haut comme vers le bas, et chaque étage représentant une époque différente, comme rescapée des limbes du temps… Et bien sûr, si la descente faisait remonter dans le passé, la montée permettait de visiter le futur… Si je vous raconte tout ça, c’est parce que la Face A de ce "Pacte des Loups" (le premier qui me parle de Christophe Gans va au piquet), est tout simplement la vingtaine de minutes la plus accessible et troublante du genre que j’aie pu écouter. Alors certes, cette histoire de Forgotten Father est à retenir son souffle, racontée comme si Boyd Rice était là, devant vous et une tasse de thé, et vous confiait son périple, mais elle prend tout son intérêt dans l’écrin que constitue ces 7 premiers titres, où carillonnent cloches, percussions martiales embrumées et chuchotements interdits… L’ambiance est pastorale, hors du temps comme souvent dans ce genre de musique, et donne l’impression s’élever au dessus d’une mer d’or liquide tel Ecco le dauphin nageant dans des bulles d’azote suspendues dans les cieux… En guise de contrepoint, la face B est un peu plus académique avec ses ambiances sombres et ses prédictions de déluge de feu, toujours avec la note d’humour – involontaire peut-être, avec ce sample de film répété jusqu’à la lie où une femme parle d’orchidée et de tête de mort, ce que les 3 trublions traduisent par "the death’s head" ! Alors forcément, il est facile de ne voir que les aspects risibles (il y en a) de cette musique : passages fumistes, redondances d’effets un peu puérils, imagerie drolatique (mais ça, c’est plutôt une qualité), mais à petites doses, c’est fou ce qu’elle peut envoûter… Et puis, ils ont beau poser sérieux comme des papes dans l’herbe, devant des nains de jardins qui font le salut nazi (dans le top 20 des pochettes les plus drôles, si vous voulez mon avis), le tout reste quand même esthétiquement super abouti (objet, musique, paroles)… Ah la nostalgie de la grandeur ou de la luxuriance passée… Eternelle source d’œuvres intéressantes…

note       Publiée le vendredi 30 janvier 2009

partagez 'Wolf pact' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Wolf pact"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Wolf pact".

ajoutez une note sur : "Wolf pact"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Wolf pact".

ajoutez un commentaire sur : "Wolf pact"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Wolf pact".

zugal21 › dimanche 8 juin 2014 - 23:12  message privé !

.

Note donnée au disque :       
zugal21 › mercredi 24 novembre 2010 - 20:19  message privé !

ces lyrics ^^

Note donnée au disque :       
Coltranophile › samedi 31 janvier 2009 - 11:37  message privé !

Ursula Andress was the quintessential Bond girl. That's what everyone says. The embodiment of his superiority to us: beautiful, exotic, highly sensual, and yet unavailable to everyone but him. Shite. Let's face it, if she'd shag one punter from Edinburgh, she'd shag the fucking lot of us.

Raven › vendredi 30 janvier 2009 - 22:09  message privé !
avatar

Do you shee the beasht? Have you got it in your shights?

Note donnée au disque :       
born to gulo › vendredi 30 janvier 2009 - 21:56  message privé !

georgie best had it ; lost it