Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVainio / Väisänen / Vega › Endless

Vainio / Väisänen / Vega › Endless

cd • 12 titres • 57:28 min

  • 1Medal
  • 2Incredible Criminals
  • 3Motor Maniac
  • 4No Home Kings
  • 5Outrage For The Frontpage
  • 6Endless
  • 7Desperate Fa Tha Miracle
  • 8Red Lights Down
  • 9Fun In The Wonderland
  • 10Baby Lips
  • 11Sick Sick USA
  • 12Disgrace

line up

Mika Vainio, Alan Vega, Ilpo Väisänen

remarques

chronique

Styles
ovni inclassable
electro
noise
techno
Styles personnels
p(al)an sonic

Que se passe-t-il quand deux orfèvres de l’électronique comme Pan Sonic rencontrent l’ex-chanteur de Suicide ? Eh bien ça fait VVV. Le résultat a, au premier contact, plus les airs d’une superposition de deux mondes bien distincts qu’un mélange entre ces univers, et, on s’en serait un peu douté, ce n’est pas Vega qui s’adapte à Pan Sonic mais l’inverse (enfin ça c’est ce qu’on se dit au début) : les deux cerveaux ont bricolé des boucles pour dérouler le tapis rouge (ou plutôt bleu) au élucubrations mystico-psychotiques du cinglé de service, mais ce fond sonore n’a rien d’un ersatz de Martin Rev, leur son est, comme les amateurs de Pan Sonic le savent déjà, très riche et subtil, et paradoxalement minimal : glitch d’une précision extrême, finesse absolue des fréquences, maîtrise effrayante du synthétique, des aiguilles, des faisceaux de lumière, des cigales électriques, grillons mécaniques, clignotements, etc, sur lesquels Vega fait du Vega, toujours prisonnier de son rituel psychotique. Parfois les boucles expérimentées se servent du bruit ("No Home Kings" avec cette espèce de moteur de Formule 1 couplé au bruissement d'une minijungle en papier de verre (???)) ailleurs c’est plutôt le silence qui est utilisé, et il n’y a pas toujours besoin de plus d’une pulsation nue pour instaurer une ambiance (sur "Fun For The Wonderland" par exemple). Parfois on atteint les niveaux d’hypnose/lobotomie d’un Suicide ("Desperate Fa Tha Miracle") et à d’autres moments on se retrouve dans un dépouillement total: il ne suffit parfois que de quelques gouttes de nectar électrique pour que le charme opère ("Endless"). Les deux tisserands d'ondes électriques (désolé, je ne suis pas Wotzenknecht) ont créé une annexe à leur monde glacé pour les yeux d’un vieux chanteur de rockabilly, et le résultat est aussi étrange que fascinant. Sur cette nappe électronique cousue avec la maîtrise totale de chaque tissu, cellule, molécule, atome, jusqu’au plus infime quark, on se dit, au début, que c’est comme si le vieux dégénéré venait tout souiller en vociférant n’importe comment. L’association semble à première vue incongrue, oui. Mais plus on écoute, plus on se rend compte de la terrible réalité : ce n’est pas Pan Sonic qui s’est plié à Vega. Pas le moins du monde. Alan est prisonnier de leur univers. Prisonnier de la matière glacée. Un intrus – un humain - dans un monde qui n’est pas le sien, virus dans la machine ou volatile étranger dans une banquise de verre et de plastique, dont les cris désespérés sont autant d’appels au secours lancés à l’auditeur. Mais qui entendra ? Qui écoute, du reste ? Qui y a-t–il de vivant ici, de charnel, sinon un vieux sénile perdu dans ses souvenirs, qui hurle, crache puis marmonne lentement ses psychoses, en finissant par disparaître, petit à petit, dans ce cosmos aux allures de frigidaire ? Il n’y a personne. Aucun signe de vie sinon cette voix. Pas la moindre petite flamme à laquelle se rattacher, sinon cet évadé d'asile. Seulement l’écho de ses glapissements réverbés à mort, qui se noient dans la matière gelée. L’album s’achève sur son passage le plus apaisé - en apparence seulement – le plus minimal mais paradoxalement le plus envoûtant, le plus saisissant : un dernier murmure hanté par les échos d’une guerre lointaine, ou ceux d’un monde englouti, un bombardement dans une autre galaxie, ultime présence de vie avant l’extinction totale d'ADN. Fascinant, vraiment. Un puit dans lequel vous ne finirez pas de tomber.

note       Publiée le lundi 26 janvier 2009

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Copacab
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Endless" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Endless".

notes

Note moyenne        6 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Endless".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Endless".

Jean Rhume Envoyez un message privé àJean Rhume

Je ne sais pas comment prendre cette injonction, peu importe. Quant à la pochette, elle est aussi dispensable que celles de Pan sonic et d'un bon tiers des CD.

Solvant Envoyez un message privé àSolvant

Oui noie-toi.

(pour info : C'est le son et l'imaginaire avant tout. Pochette nulle, inexistante, un simple rabat en carton sans livret, inutile.)

Note donnée au disque :       
Jean Rhume Envoyez un message privé àJean Rhume

La chro me rappelle au bon souvenir de ce disque que j'ai depuis au moins six ans et que je n'ai jamais vraiment exploré, alors que l'association Pan sonic + Vega fait plutôt envie, ne serait-ce que sur le papier. Le peu de fois où je l'ai écouté, je l'ai trouvé très difficile d'accès alors que là, il passe plutôt bien, malgré une certaine aridité quand même. Vais le réécouter de façon plus immersive.

Reflection Envoyez un message privé àReflection

Haaa oui quand même, j'avais pas vu ce disque. Erreur qu'il faudra réparer (J'avais même pas imaginé qu'il puisse collaborer).

VL Envoyez un message privé àVL
avatar

hoho quel trip mes amis !

Note donnée au disque :