Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPopol Vuh › Aguirre

Popol Vuh › Aguirre

  • 1974 • OHR KK 20 21275-8 • 1 LP 33 tours
  • 2004 • Spv 085-70142 CD • 1 CD digipack

6 titres - 54:46 min

  • 1/ Aguirre I (6:16)
  • 2/ Flöte (1:00)
  • 2/ Morgengruß II (2:55)
  • 3/ Aguirre II (6:14)
  • 4/ Agnus dei (3:03)
  • 5/ Vergegenwartigung (16:47)
  • 6/ Aguirre III (7:16)

enregistrement

Bavaria Tonstudio, Munich, Allemagne, 1972-1974

line up

Florian Fricke (piano, synthétiseur), Daniel Fichelscher (guitares, percussions), Djong Yun (chant)

remarques

chronique

En entamant son partenariat avec le réalisateur allemand Werner Herzog, Popol Vuh va revenir à l'essentiel et redécouvrir le formidable potentiel qui est le sien en matière de musique hautement suggestive. Le groupe s'est désormais recentré sur les deux fortes personnalités que sont Florian Fricke et Daniel Fichelscher, seuls maîtres à bord, et géniteurs d'univers musicaux diamétralement opposés mais complémentaires. "Aguirre I", trop court, retourne sur les pas de "Vuh", longue pièce tétanisante qui concluait "In Den Garten Pharaos". Le synthétiseur reprend possession du terrain, sorte de chorale angélique s'extrayant des ténèbres, soutenu par des interventions de guitare très en retrait, juste ce qu'il faut pour souligner les parties de clavier, immuables, en leur apportant un contrepoids dans les gammes et les textures. Scindée en trois mouvements (depuis l'addition du titre bonus), cette pièce, à elle seule, justifie le fait que l'on doive s'attarder sur ce disque. Peu après "Morgengruß II" vient nous rappeler que l'heure est au compromis et que "Aguirre", l'album, fera le lien entre les qualités atmosphériques de Florian Fricke et les inclinaisons plus psychédéliques de Daniel Fichelscher. La longue pièce "Vergegenwartigung", conduite par une guitare acoustique, et doublée par les interventions acides d'une guitare électrique, nous évoquent encore le Floyd de "More" ou "Obscured by Clouds", deux autres musiques de film. Le groupe de Roger Waters serait donc la référence pour Florian Fricke ? On peut raisonnablement le penser. Bien que "Aguirre" soit destiné à l'illustration d'un film, son écoute sans support image se révèle être une expérience fort plaisante. La différence notable entre cette publication et les précédentes, c'est l'absence volontaire de batterie, permettant à la musique de décoller et de rencontrer les objectifs que depuis toujours le groupe s'était fixé.

note       Publiée le samedi 10 janvier 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Aguirre".

notes

Note moyenne        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Aguirre".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Aguirre".

Demonaz Vikernes › vendredi 8 mai 2020 - 21:03  message privé !

Attaque toi à In Den Garten Pharaos maintenant !

Dead26 › vendredi 8 mai 2020 - 18:03  message privé !

Vu le film il y a peu de temps de ça avec achat direct en cd de la bo. Entrée en la matière pour P.Vuh pour moi. Musique extraordinaire, film fascinant et irréel. Putain le bonhomme il fait pas rire. Aguirre les 3 main titles, ambiance ITNE avant l'heure (juste les claviers quoi) à la limite spatiale. Le thème obsédant à souhait justifie à lui seul l'achat de la bo. Le reste est bien torché aussi, bien daté mais dépaysement garanti. La plage qui dure plus d'un quart d'heure c'est quelque-chose.

Note donnée au disque :       
Hazincourt › samedi 2 avril 2016 - 10:33  message privé !

Popol Vuh !!! c'est géant ! Ambiance et voyage garantie à chaque fois ! Autre grand moment dans leur discographie : "Brüder Des Schattens - Söhne Des Lichts", " Sei Still, Wisse ICH BIN", "In Den Gärten Pharaos" ou leur sublime premier disque, manipulations analogiques mystiques "Affenstunde".

necromoonutopia666 › vendredi 1 avril 2016 - 23:54  message privé !

Je lis du Krishnamurti en écoutant ce disque...et après un clope magique ^^

Note donnée au disque :       
Seijitsu › samedi 27 avril 2013 - 21:53  message privé !

Même si le premier titre écrase un peu tout le reste, elle est vraiment bonne cette BO. Bien plus consistante que les albums précédents.

Note donnée au disque :