Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMThe Mars Volta › Tremulant

The Mars Volta › Tremulant

3 titres - 19 :27 min

  • 1 / Cut That City
  • 2 / Concertina
  • 3 / Eunuch Provocateur

enregistrement

Produit et enregistré par Alex Newport et Mars Volta, Octobre/Decembre 2001 à Long Beach, Californie.

line up

Omar Rodriguez, Cedric Bixler-Zavala

remarques

Artwork par Omar Rodriguez et Sonny Kay

chronique

Styles
punk
rock
psychédélique
Styles personnels
en mutation

Je suis désolé, mais moi, je le trouve terrible, ce premier 3-titres des deux kiki-la-peluche… Alors avant de replonger dans les méandres filandreux de la discographie d’At The Drive-In, un petit détour s’imposait par ce premier EP, que même les plus farouches détracteurs du groupe s’accordaient à sauver du supposé naufrage que constitue le reste de leur discographie. Soyons clairs d’emblée : les deux comparses sont ici remontés à bloc après le crash d’At The Drive-In en plein début de gloire, hésitant à l’époque entre Mars Volta et leur autre groupe dub, De Facto. Ce qu’ils livrent ici est en quelque sorte leur carte de visite, un condensé de leur savoir faire, du plus simple au plus biscornu (la montée est assez raide, d’ailleurs), et là où le grouillement intense de leur musique leur vaut critique (justifiée) sur les formats longs, elle se révèle un atout sur un format court… Aussi dense qu’un album, Tremulant fit l’effet d’une mini-bombe lors de sa sortie, un virage à 180° (du punk au prog, d’autres exemples à recenser ?), au moins aussi surprenant que celui de Radiohead peu avant, mais moins médiatisé car peu savaient qu’il s’agissait des deux leaders d’ATDI. Passons sur les lyrics, encore plus inutilement cryptiques que ceux d’ATDI (on notera la référence à Akira), et examinons de plus près l’asticot. Avec le recul, on constate que les influences 70’s sont ici encore totalement endormies : pas de soli ampoulés, mais des effets de trémolos (d’où le titre ?) robotique sur la voix inspirés par Brainac. Certes, la tonitruante entrée en matière Cut That City envoie du boogie-woogie bien chaud et du claviers là où il faut ; mais ce qui fait la substantifique moelle, le suc, le miel de ces 3 titres, ce sont les moments guitaristiques les plus tordus, ceux où Omar fait sortir de ses six cordes des démons incroyables aux silhouettes filiformes et noirâtres comme des cavaliers de chez Dali. Captez donc cette 3ème minute de flottement, d’indicible grelottement latent dans Concertina, ou ces quelques notes malades à la 4eme minute de Cut that city. Enuch Provocateur, quant à lui, n’est qu’enchevêtrement de trilles de guitares, effarant bordel où des brindilles d’électricité tressautent sur des structures rythmiques brinquebalantes (les tempos bizarres et bancaux deviendront ensuite une marque de fabrique du duo… un gimmick si l’on préfère, ce qui n’est pas forcément bon). Chercher à y voir trop clair serait se méprendre sur les intentions de la musique du duo… Le malaise, finalement, viendra surtout de cette outro drum’n’bass pour aliénés, cerise sur le gâteau au curare pour certains, vilaine farce qui tourne à l’indigestion pour d’autres. Cet eunuque de Cedric les aura justement bien provoqués, avec ses cris de madone effarouchée.

note       Publiée le vendredi 9 janvier 2009

partagez 'Tremulant' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Tremulant"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Tremulant".

ajoutez une note sur : "Tremulant"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tremulant".

ajoutez un commentaire sur : "Tremulant"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tremulant".

merci pour le fusil... › vendredi 16 janvier 2009 - 20:41  message privé !

"mais en fait je suis surpris de voir que les détracteurs du groupe, pourtant nombreux, ne se sont pas donné rdv ici pour dire "mouahaha il est nul cet ep"." Faut croire qu'ils ont gagnés en maturité.

dariev stands › vendredi 16 janvier 2009 - 13:07  message privé !
avatar

ha ha ha !! je vais placer cette phrase dans une prochaine chro, tiens ! ça va être marrant. non c'est vrai que j'ai tendance à faire ça, enfin je pense pas l'avoir fait plus d'une ou 2 fois (si?) mais là c'était mars volta quand meme... mais en fait je suis surpris de voir que les détracteurs du groupe, pourtant nombreux, ne se sont pas donné rdv ici pour dire "mouahaha il est nul cet ep"... en fait je m'attendait vraiment à ce genre de réaction... avec tjrs une prudence qd meme : tu remarquera que ma phrase sur les tomates pourries n'est pas dans la chro...

merci pour le fusil... › vendredi 16 janvier 2009 - 01:10  message privé !

Le seul truc qui est chiant avec dariev, c'est cette attitude de victime "ouais je chro des truc connus, vous allez me chiez dessus mais fuck nihiilst powaa". Dariev, tu n'a pas à justifier tes gouts !! t'es membre de la GOD team, tu es une sorte de demi-dieu, ne l'oublie pas.

Dun23 › vendredi 9 janvier 2009 - 18:36  message privé !

Moi aussi, je fais mon coming out (fait depuis longtemps, mais bon, j'enfonce le clou): j'aime les deux "kiki-la-peluche". Et cet EP n'échappe pas à la règle.

Damodafoca › vendredi 9 janvier 2009 - 17:19  message privé !

J'ai mis du temps a apprécier Mars volta, mais maintenant j'apprécie tous leur disque. Et avec le recul celui là, comme tu le dis, avec son coté carte de visite me parait gentiemnt calé entre un groupe punk vivace et une ouverture insoupsonnable jusque là. Et comme tous leurs disque, ce que je prefer chez eux: l'audace, quoiqu'on en dise.

Note donnée au disque :