Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCandlemass › Dactylis glomerata

Candlemass › Dactylis glomerata

9 titres - 43:41 min

  • 1/ Wiz
  • 2/ I still see the black
  • 3/ dustflow
  • 4/ Cylinder
  • 5/ Karthago
  • 6/ Abstrakt sun
  • 7/ Apathy
  • 8/ Ludocain god
  • 9/ Molotov

enregistrement

Swedish radio broadcasting corporation studio 4, par Uffe Ostling.

line up

Michael Amott (guitares), Leif Edling (basse), Carl Westholm (claviers), Bjorn Flodkvist (chant), Jejo Perkovic (batterie)

remarques

un tas d'invités divers à divers postes, le line-up super instable quoi...

chronique

Styles
metal
doom metal
stoner
metal extrême
rock
Styles personnels
doom/rock

Il a sa petite histoire celui-là.. Pensez-donc, après le "split" de Candlemass suite au heavy-metalesque "Chapter VI3 (chronique bientôt), notre ptit père Leif Eidling se lance dans un projet plutot space "Abstrakt algebra". Puis finalement, il relance Candlemass (je fais court là) et utilise, sous la pression de Music for Nations, du matéreil de ce nouveau groupe pour pondr eun nouveau Candlemass. Résultat : déjà que "Chapter VI" changeait carrément de ses illustres prédecesseurs, alors là "Dactylis glomerata" va encore plus loin. Il n'est pas vraiment ici question de heavy metal... Enfin, disons que ça sonne beaucoup plus Sabbath-ien que Maiden-ien si vous préférez. L'influence du Sabbat noir est icic carrément palpable, et laisse d'ailleurs apparaître les prémices de ce que sera Krux, tant sur le plan du son que des riffs. Adieu donc les gros riffs épiques et envolées lyiques. Candlemass se fait plus roc'k'nroll comme en témoigne l'opener "Wiz" ou "Lidocain god", il travaille aussi ses ambiances, plus "spatiales" ("Apathy") et parvient toujours à poser quelques magnifiques perles de heavy/doom ("Dustflow" justifie l'achat de l'album, quel refrain mes aïeux ! "). Seulement, il manque une unité à cet album, les morceaux n'ont pas l'air fini, on ne pige pas trop où le groupe veut en venir, c'est dommage car certains titres comme "Abstrak sun" ou "I still see the black" montre une évolution tout à fait intéressante pour le groupe, plus noire, plus rock et lourde, notament avec ce clavier/orgue utilisé à bon escient, mais non confirmée par le reste de l'album. Et malgré ce son chaud et fuzzy tout à fait adapté et bien trouvé, limite stoner, ainsi que la présence de Michael Amott à la gratte solo, on n'accroche pas tant que ça à cet album. Il lui manque quelque chose, on ne lui a pas laissé le temps de mûrir à mon sens. Dommage car l'ensemble sonnait extrêmement prometteur mais le résultat est là, il repasse rarement malgré ses qualités intrinsèques ("Dustflow" et "Abstrakt sun" donc...). J'oubliai également de parler du changement de chanteur, dont le registre est radicalement différent de Messiah, plus chaud, moins lyrique, plus rock'n'roll et émotionnel je dirai, en phase avec le reste en somme. Bref, pour le reste, un aperçu de ce que sera Krux à mon sens.

note       Publiée le samedi 29 novembre 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dactylis glomerata".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dactylis glomerata".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dactylis glomerata".

torquemada › lundi 22 août 2011 - 20:52  message privé !

Très différent de l'ancien / futur Candlemass mais pas dénué de charme pour autant, même si je dois avouer une très légère préférence pour le suivant.

Note donnée au disque :       
pokemonslaughter › dimanche 30 novembre 2008 - 13:00  message privé !
avatar

chapter VI, c vraiment dur pr moi quoi...

Møjo › dimanche 30 novembre 2008 - 12:58  message privé !

J'attends de lire tes chroniques de Chapter VI et From the 13th Sun et on verra déjà ^^

Note donnée au disque :       
pokemonslaughter › dimanche 30 novembre 2008 - 11:29  message privé !
avatar

ptain mojo d'accord avec moi.. où va-t-on ? :o)

Møjo › dimanche 30 novembre 2008 - 03:06  message privé !

Pas mal de chouettes idées sur ce disque, malheureusement beaucoup trop décousu pour tenir la longueur malgré quelques excellents titres. Je l'aime bien, mais dans le style l'album d'Abstrakt Algebra est tout de même bien plus réussi.

Note donnée au disque :