Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAbyssos › Together we summon the dark

Abyssos › Together we summon the dark

cd • 9 titres

  • 1We hail thy entrance
  • 2Misty autumn dance
  • 3Banquet in the dark (black Friday)
  • 4Lord of the sombre reborn
  • 5In fear they left the world unseen
  • 6As the sky turns black again (love eternal)
  • 7Together we summon the dark
  • 8I've watched the moon grow old
  • 9Through the gloom into the fire

enregistrement

Enregistré et mixé aux studios Academy en mai 1997. Produit et engineered par Mags.

line up

Rehn (Guitares, claviers, vocaux), Meidal (basse), Söderlund (batterie), Sedusa (Voix féminines-sessions).

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
dark metal
Styles personnels
dark metal symphonique

Impossible de ne pas évoquer Cradle, mais aussi Dissection. Voici en effet la version suédoise du heavy-black-vampiro-symphonique par ailleurs proposé par la bande à Dani. A tous ceux qui ne peuvent pas supporter Cradle, mais qui au fond aimeraient bien, je ne peux que leur conseiller Abyssos. Abyssos, en effet, n'est pas un groupe clone qui surfe sur la vague de succès du combo britannique, (Hecate…) mais bel et bien une formation à forte identité, aussi largement imprégnée du black-death occulte à la suédoise (le dark métal), que de l'esprit heavy et atmosphérique britannique. Le groupe nous offre dès ce premier album ce qu'eux-mêmes qualifient de Witching metal, à savoir du dark bien suédois, donc, enrichi de claviers atmosphériques et d'une large dose de Heavy façon Maiden. Chants féminins également, mais là encore, le vocabulaire est différemment utilisé que chez Cradle. Les voix féminines sont plutôt là pour adoucir et amplifier l'atmosphère du propos, que pour nous faire croire à la présence d'une quelconque succube dans le studio (Sarah Jezebel Deva est parfois un peu ridicule dans le genre femme fatale erotico-sanglante…). Le principe musical d'Abyssos repose sur les guitares de Rehn, toujours doublées, souvent en double croches, mélodiques et rapides, voilà pour le côté suédois. Il faut ajouter à cela une excellente diversité rythmique : heavy, black, death… qui permet au groupe de fixer des structures de grande qualité. Les claviers sont encore parfois essentiellement atmosphériques, mais il faut précisément souligner à ce propos la pertinence de son utilisation. Les sons, tout d'abord, sont parfaits. (écouter les intros de " Misty… ", ou de " Banquet… "). Tour à tour enveloppants, transcendants, affinants, les arrangements de synthé sont simples et efficaces, et à mesure que l'album avance, ils deviennent lead à l'occasion, annonçant la tournure plus symphonique encore du deuxième album. En raison de la volonté très mélodique du groupe, de cet aspect heavy, le premier album d'Abyssos, desservi par la voix inexistante de Rehn, semble peu violent, mais parfaitement inspiré, riche, très bien construit… fort gouleyant ma foi. L'ambiance est là, mystique et brumeuse, aux reflets romantiques. Ce qui rend Abyssos si attachant dès ce premier effort tient dans cet héritage direct du Maître Dissection, très palpable, auquel Rehn va adjoindre une pluralité de vocabulaire, proche, cette fois, de C.O.F. L'identité mélodique de Abyssos est déjà incontestable. Malheureusement, Rehn va aussi tenir le micro, et si ses lignes vocales sont irréprochables du point de vue composition (rythmiquement riches, " mélodiquement " judicieuses), sa voix, elle, est rapidement un gros handicap. En voilà un gosier tout sec, sans coffre, sans puissance, sans haine… sans impact, à l'arrivée. Côté production, l'album " Together we summon the dark " possède une texture qui lui est propre, notamment niveau batterie, qui participe à sa cohérence globale. Mention spéciale pour Söderlund, excellent musicien, qui sans débauche de style, colle à chaque moment à cette musique variée tout en lui assurant tenue et cohérence. Un bien bon album, et comme nous le confirmera " Fhinsthanian Nightbreed ", un bien bon groupe.

note       Publiée le samedi 23 mars 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Together we summon the dark".

notes

Note moyenne        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Together we summon the dark".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Together we summon the dark".

tibo › dimanche 19 juin 2005 - 01:59  message privé !
Ne compare pas ce groupe à dissection s'il te plait.
Note donnée au disque :       
C.O.B.76 › samedi 18 juin 2005 - 20:48  message privé !
Un dark sympho bien posé qui fai plaisir a entendre (comme celui de Dissection). Il est cependant vrai que l'album dan son ensemble est assez plat mai si on écoute que qq passages par jour on ne s'en lasse pa. Les Suédois nous montre a nouveau que sous leur air de brute se cache de la tendresse. Ainsi '7/ Together we summon the dark' est un concentré de bonheur(magnifique morceau de piano) tou de suite suivi de '8/ I've watched the moon grow old' qui me parai etre le meilleur morceau de l'album. Je pense donc que se groupe est bouré de talent a possede un potentiel non négligeable.
Note donnée au disque :       
Ghoul Master › lundi 2 février 2004 - 15:42  message privé !
C'est vrai que sur I've watched the moon grow old, il y a un riff qui fait fortement penser a Inno a Satana d'Emperor... hommage ou plagiat?
LordBalan666 › dimanche 20 juillet 2003 - 14:30  message privé !
Pas sensationnel ce groupe. Ca sent le Dissection, le talent en moins. Et si vous faites très attention, ils jouent sur une titre le même riff qu'Emperor sur In the nightside eclipse.
Note donnée au disque :       
blood › mardi 29 octobre 2002 - 10:44  message privé !
Bof bof et bof. Ce disque ne m'accroche pas du tout, je me fais chier quand je l'écoute. La voix est effectivement totalement plate, et les compositions ne me paraissent pas plus enthousiasmantes que ça. Le tout a une légère tendance à traîner en longueur. Le seul truc marrant avec ce disque, c'est le livret en forme de croix renversée. Quitte à choisir, Hecate Enthroned a ma préférence.
Note donnée au disque :