Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDThe Deep Eynde › Blackout - the dark years

The Deep Eynde › Blackout - the dark years

cd • 18 titres

  • 1My darkest hour
  • 2Scream
  • 3Red necklace
  • 4Voodoo baby
  • 5Thirteenth floor
  • 6Swingtime
  • 7Transformation
  • 8Sandman
  • 9Road rash
  • 10Animal garden (feral remix)
  • 11Ignite
  • 12Tongues
  • 13Strangewalk
  • 14Majick Man
  • 15The feast
  • 16Deep dark secret
  • 17Parfumery
  • 18Four four four

line up

Hal Satan (batterie), Fate Fatal (chant), Stress (guitare), Rob Graver (basse), Dar Larizadeh (batterie), Daniel Deleon (guitare), Matt Calonna (batterie), Oren Karpovsky (basse), Kiljo (guitare), Reverend Ryk (basse), Rose (batterie), Chris Notsoverynice (basse), Arlène Meyer (claviers), Mike Rozon (technique),

remarques

La compilation propose un DVD. Le morceau 'Road rash' est de Kitten for Christians; le titre 18 est extrait du tout premier vinyl de The Deep Eynde, les titres 1 et 2 sont des inédits.

chronique

A la base, cette compilation devait s'intituler 'The Dark beginnings' et compiler les neuf premières années du groupe, de 1990 à 1999; mais au fur et à mesure du projet se sont ajoutés des inédits plus récents. Si les derniers opus de The Deep Eynde sonnaient très horror punk, 'Blackout' cherche plutôt à montrer l'autre face de leur musique, soit des compositions extraites de 'City lights' et 'Suicide drive' agrémentées de nouvelles pièces, de raretés et même d'une chanson de Kittens for Christians, l'autre projet de Fate Fatal. Pour comprendre l'essence même de cette compilation, il faut préciser que The Deep Eynde est l'archétype même de la formation insaisissable, à l'image des multiples changements de look de son chanteur, un combo qui sait ce qu'il cherche mais refuse les limites de genre. 'Swingtime' est parfumé d'influences cabaret alors que 'Transformation' louche du côté du deathrock, 'Sandman' flirte avec le punk mais c'est une new wave minimale qui caractérise 'Majick man', sans oublier la touche crooner rockabilly de 'The feast'. L'élément unificateur de toutes ces variations de genre est sans contexte la personnalité de Fate Fatal, chanteur allumé et sensuel, dandy punk excentrique, artiste passionné et authentique; unique membre d'origine, il parvient, entouré de collaborateurs efficaces, à donner à chaque chanson une touche décalée, quel que soit le genre visité, que l'électricité ou le clavier (typique de l'époque 'City lights') domine. Quant aux deux nouvelles pièces ('My darkest hour' et 'Scream'), elles témoignent d'un certain retour aux sources du deathrock, sans renier totalement les influences punk. Pas de réelle faiblesse donc sur la sélection musicale, et la fête ne fait que débuter puisque il reste un DVD qui propose des clips, des extraits de concerts, des commentaires de Fate Fatal, des interviews; certaines scènes sont hallucinantes lorsque l'on découvre certaines tenues et maquillages de notre homme, et pourtant il reste toujours modeste et sincère, volontiers drôle...un artiste vraiment à part, de la trempe des Rozz Williams et Ian Curtis, l'aspect autodestructeur en moins. Toutes ces belles choses sont en outre présentées dans un luxueux digipack avec livret richement illustré et documenté pour lequel Fate s'est largement investi...Merci I Used to Fuck people like you in prison ! Oui, merci beaucoup !

note       Publiée le lundi 24 novembre 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Blackout - the dark years".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Blackout - the dark years".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Blackout - the dark years".