Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTelephone Jim Jesus › Anywhere out of the everything

Telephone Jim Jesus › Anywhere out of the everything

  • 2007 • Anticon ABR0077CD • 1 CD digipack

11 titres - 48:34 min

  • 1/ Did You Hear?
  • 2/ Birdstatic Featuring Alias
  • 3/ Ugly Knees Featuring Dose One , Pedestrian
  • 4/ Featherfall
  • 5/ Leather & Glue
  • 6/ A Mouth Of Fingers Featuring The Bomarr Monk, Pedestrian
  • 7/ Suicide Wings (Birdstatic Remix)
  • 8/ Dice Raw featuring Pedestrian & Why
  • 9/ Hit By Numbers Featuring The Bomarr Monk
  • 10/ Faces All Melted Featuring The Bomarr Monk, Odd Nosdam
  • 11/ The Castle By The Freeway

line up

George Chadwick

Musiciens additionnels : Alias

remarques

chronique

Telephone Jim Jesus, c’était, avec Passage, l’un des oiseaux les plus curieux repérés sur les samplers anticon depuis le début de la décennie... Déjà éloignés du hip-hop avant que leurs éminents camarades leur emboîtent le pas (2 anciens cLOUDDEAD en tête, via Why et Subtle), ces deux-là semblaient être les rejetons d’une culture tentaculaire, piochant de l’electronica Warpienne au Krautrock le plus rêche. Un bon point pour le mélange des genres, pas forcément de coutume outre-atlantique, où la diversité semble parfois se conjuguer avec cloisonnement. Mais pas forcément un bon point pour Anticon, qui à trop laisser une impression d’éparpillement (ont-ils sortis trop de disques ?) a fini par lasser une partie du public, prompte, il est vrai, à changer de goûts musicaux rapidement (rien de plus normal à l’ère du mp3…). Le seul souci c’est qu’avec des albums comme celui-là, vaguement portés par des downtempos erratiques et en recherche maladive d’identité (à comprendre au sens "experimental mais pas concluant", plutot qu’opportuniste), eh bien ce sont bientôt les férus de hip hop underground, qu’on sait fidèles jusqu’à la mort à leur art, qui décrocheront le wagon. Et c’est bien dommage d’ailleurs, car quand Pedestrian et Why rappliquent à la fête sur Dice Raw – au milieu d’un disque autrement quasi instrumental - l’un avec son flow martial et ultra affuté à la El-P et l’autre avec son ragga nasillard sous psychotropes, on obtient juste LE moment pivot d’un album qui manque singulièrement d’aération. Sans parler d’une surenchère à la Mars Volta où d’une longueur étouffante parfois propre au hip-hop, Anywhere out of the everything a les défauts de ses qualités : TJJ cherche, trouve parfois, mais refuse fermement de s’amarrer à une quelconque structure ou mélodie dominante tout au long de ce disque en roue libre, patient tardif souffrant du syndrome Kid A/Amnesiac bien connu dans les années 2002-2004… Trop ambitieux ?

note       Publiée le mercredi 19 novembre 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Anywhere out of the everything".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Anywhere out of the everything".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Anywhere out of the everything".