Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPHermeto Pascoal › A Musica Livre de Hermeto Paschoal

Hermeto Pascoal › A Musica Livre de Hermeto Paschoal

cd • 6 titres • 37:32 min

  • 1Bébé4:26
  • 2Cariñhoso6:39
  • 3Plin2:39
  • 4Sereiarei4:39
  • 5Asa branca4:22
  • 6Gaio da roseira14:47

enregistrement

Studio Eldorado, Sao Paulo, Brésil, 1973

line up

Hermeto Pascoal (piano, flûte, saxophone soprano, chant, percussions), Mazinho (saxophones alto et ténor), Hamleto (flûte, saxophone ténor), Bola (flûte, saxophone ténor), Nenê (batterie, piano), Alberto (contrebasse), Anunciação (batterie, percussions)

remarques

http://www.hermetopascoal.com.br/

chronique

Quand Hermeto Pascoal revient sur ses terres, c'est en conquérant. Le Quarteto Novo qu'il avait consititué juste avant son transit pour les États-Unis n'avait pas rencontré le succès escompté. De retour après sa collaboration au "Live Evil" de Miles Davis, plus jamais on n'osera porter un regard de dédain à cet albinos potelé et chevelu qui en a pourtant beaucoup souffert durant son enfance. Le genre d'épreuve qui forge un caractère. Une grande détermination et un désir encore plus puissant de reconnaissance en ont très certainement découlé. Avec beaucoup moins de moyens, "A Musica Livre de Hermeto Paschoal" fait pourtant preuve du même esprit d'ouverture que son prédécesseur, tout en cernant davantage son propos. Tout au long de sa carrière, Hermeto Pascoal tendera vers l'harmonie absolue. L'harmonie avec la nature. Et l'aspect acoustique prépondérant de ce deuxième album en montre déjà les prémices. Le court "Plin" en est un formidable exemple, articulé autour des percussions, des flûtes et des voix. "Sereiarei" est le premier coup de semonce du disque, un titre audacieux qui ose la dissonance et le chaos orchestré sur fond d'improvisation échevelé, quelque part entre Charles Mingus et Ornette Coleman. Dommage que le chant, surmixé, étouffe, au point de saturer les canaux, ce qui se passe en arrière plan. Autre fait d'armes majeurs : "Gaio da Roseira", longue suite de près d'un quart d'heures, exemple éloquent de l'approche fondamentalement ludique entretenue par Hermeto Pascoal à l'égard de la musique. Il s'y sert de la guitare comme élément percussif, souffle dans des bouteilles remplies d'eau en guise de flûte et, comme si cela ne suffisait pas, va même jusqu'à se servir de cochons et de poules dont les cris seront inclus dans la trame sonore ! Autre particulatité, toutefois bien plus conventionelle : "A Musica Livre de Hermeto Paschoal" est un des rares disques d'Hermeto Pascoal à comprendre deux titres qui n'ont pas été composés par ses soins ("Cariñhoso" et "Asa Branca" que l'artiste se plait tout de même à bien dévier de sa trajectoire toute tracée). En outre, il contient aussi "Bébé", morceau phare qui est à Pascoal ce que "Peaches en Regalia" est à Zappa.

note       Publiée le dimanche 2 novembre 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "A Musica Livre de Hermeto Paschoal".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A Musica Livre de Hermeto Paschoal".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A Musica Livre de Hermeto Paschoal".

(N°6) › jeudi 12 novembre 2015 - 20:17  message privé !
avatar

Et pouf, ça aussi ça avait été chroniqué. Les entrailles de Guts sont insondables. Et c'est fabuleux. Et pas un seul com depuis le temps pour saluer la barbouze albinos la plus expé du jazz ? Les Gustiens, réveillez-vous quoi. Et ça n'a rien à voir avec un certain bouquin indispensable sur la Música Popular Brasileira. Enfin si, peut-être un peu.