Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSoil & "pimp" Sessions › Planet pimp

Soil & "pimp" Sessions › Planet pimp

14 titres - 60:45 min

  • 1/ I.N.T.R.O. (0:48)
  • 2/ Hollow (4:44)
  • 3/ Storm (3:38)
  • 4/ Fantastic planet (3:29)
  • 5/ Go next ! (4:58)
  • 6/ Darkside (4:40)
  • 7/ Sea of tranquility (4:05)
  • 8/ The world is filled by ... (4:24)
  • 9/ Khamasin (6:26)
  • 10/ Struggle (8:53)
  • 11/ Mingus Fan Club (1:03)
  • 12/ Mars (6:05)
  • 13/ Satsuriku rejects (3:03)
  • 14/ Sorrow (4:29)

enregistrement

Japon, 2008

line up

Akita Goldman (basse), Josei (claviers), Midorin (batterie), Motoharu (saxophone), President aka Shacho (agitateur), Tabu Zombie (trompette)

remarques

http://www.soilpimp.com

chronique

Les japonais sont vraiment des cas à part. Je ne sais pas d’où ils tirent ce grain de folie qui leur fait aimer les extrêmes. Un trop plein de particules atomiques dans l’atmosphère peut-être. Ça va même plus loin que ça : ils cultivent cette différence avec un aplomb déconcertant qui les fait assumer, voire revendiquer, des positions que d’aucuns trouveraient douteuses (rien de sexuel). Car enfin qui d’autre de par le monde oserait un album improbable qui mélange swing jazz façon big band avec l’énergie d’un groupe rock dopé aux amphétamines, le tout présenté sous une pochette kitchissime en diable où trône une tête de lapin piercé de bijoux 24 carats sur fond de constellation étoilée ? Album d'electro lounge façon Ibiza ? Album hip hop satirique ? Nouveau Chantal Goya ? De quoi brouiller les pistes, vous en conviendrez. Tout simplement normal pour un japonais. En s’employant à absorber notre culture, toute la culture occidentale, le Japon en a gommé les différences si bien que quelles qu’en soient les nuances, à leurs yeux, tous nos modes d’expression ne font plus qu’un. Ainsi est-il utile de préciser : si le groupe prétend jouer du death jazz, restez tout de même à l’écart de cet enregistrement si votre imagination vous fait spéculer sur une incroyable collision de genres entre Immortal et John Coltrane ; on est vraiment très très loin du compte. D’ailleurs, pas de guitare à l’horizon. Mais une large section de cuivres, et un lead mené par le claviériste Josei. Cela n’empêche pas Soil & Pimp Sessions de bourrer dans le tas sur des titres comme "Hollow", "Go Next !" ou "Mingus Fan Club". Sous son habillage artificiel peu crédible qui ne peut que nuire à l’identité du groupe et semer la confusion auprès de son public potentiel, "Planet Pimp" nous propose en fait ni plus ni moins qu'une vision réactualisée d’un acid jazz qui aurait trop longtemps séjourné dans une bonbonne d’hélium.

note       Publiée le dimanche 12 octobre 2008

chronique

Styles
jazz
post bop
Styles personnels
brutal cool

cet espèce de truc mollasson qui n’intéresse personne. Et, au vu de la productivité assez hallucinante de leurs productions (en moyenne un album par an), et vu la déclinité de la qualité d'ensemble (ça parait effectivement assez difficile de garder le cap constant d'une série de tueries), on se dit que le meilleur album de SAPS, ce sera un best-of. Et que ce jour là, cet album récoltera un six sur six bien mérité

note       Publiée le dimanche 18 novembre 2012

partagez 'Planet pimp' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Planet pimp"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Planet pimp".

ajoutez une note sur : "Planet pimp"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Planet pimp".

ajoutez un commentaire sur : "Planet pimp"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Planet pimp".

zugal21 › mercredi 8 janvier 2014 - 17:52  message privé !

En tous cas le lapin est d'Enfer

DesignToKill › mercredi 8 janvier 2014 - 16:49  message privé !

La première moitié de l'album est géniale, mais après ça décline un peu...

Note donnée au disque :       
Alliage › mardi 1 juin 2010 - 19:16  message privé !

Hell yeah. They've released also "Pimp of the Year" which is so fun. Energy rocks.