Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDWolfgang Dauner › Output

Wolfgang Dauner › Output

  • 1970 - Ecm, 1006 (1 vinyle)

6 titres - 36:35 min

  • 1/ Mudations (5:41)
  • 2/ Output (7:32)
  • 3/ Bruch (4:17)
  • 4/ Nothing to declare (10:24)
  • 5/ Abraxas (4:29)
  • 6/ Brazing the high sky full (4:12)

enregistrement

Tonstudio Bauer, Ludwigsburg, Allemagne, 15 septembre et 1er octobre 1970

line up

Wolfgang Dauner (piano, effets, claviers, clavinet), Eberhard Weber (basse, violoncelle, guitare), Fred Braceful (percussions, voix)

chronique

Styles
jazz
avant garde
Styles personnels
musique improvisée

Les choses sérieuses commencent pour nous avec "Output", unique réalisation du claviériste allemand pour l'encore tout jeune label ECM. Wolfgang Dauner y introduit pour la première fois de manière aussi sauvage des éléments électroniques qui vont définitivement brouiller les pistes. Car s'il s'agit là encore d'une forme de jazz, "Output" tient en réalité plus de la musique improvisée et du kraut rock. Tout débute avec "Mudations", lente plage atmosphérique, qui instaure un climat propice au receuillement. Un titre à mettre en parallèle avec les essais progressifs de Vangelis ou Tangerine Dream. Plus rien à voir donc avec "The Oimels". Mais cette entrée en matière délicate n'est là que pour mieux amadouer l'auditeur qui, dès la plage titre, devra désormais composer avec l'assaut violent de sonorités étranges générées via un synthétiseur chaotique, de percussions aux interventions faussement anarchiques et de lignes de basse polymorphes. "Bruch", qui lui emboîte le pas, enfonce le clou d'un disque dont la ligne de conduite ne semble pas vouloir tolérer le moindre compromis. Expérimental en diable, obscur en plein, "Output" répond au-delà de nos attentes à notre désir de découverte de musique "autre". Il confirme aussi à quel point Wolfgang Dauner est un musicien ouvert d'esprit et audacieux. La seconde face rompt quelque peu ce départ en trombe avec "Nothing to Declare", seul résidu stylistiquement jazz du présent album, dix minutes d'un swing des enfers soumis aux distorsions toujours perturbantes du clavier. Mais "Abraxas" et "Bracing The High Sky Full" reprennent exactement là où "Bruch" nous avait laissé : le discours étrange d'une musique qui se compose dans le silence et dont les notes éparses explosent dans le ciel dépourvu de soleil comme autant de galaxies en devenir. Volontairement abstrait, complètement "spaced out", "Output" prépare en réalité le terrain en vue de la prochaine étape. Nom de code : Et Cetera.

note       Publiée le dimanche 5 octobre 2008

partagez 'Output' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Output"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Output".

ajoutez une note sur : "Output"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Output".

ajoutez un commentaire sur : "Output"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Output".

Sigur_Langföl › lundi 6 octobre 2008 - 07:55  message privé !

J'adore la pochette. 'va falloir tester ça.