Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNattefrost › Transformation

Nattefrost › Transformation

10 titres - 55:55 min

  • 1 Decadence 5:20
  • 2 A Path less Followed 6:02
  • 3 Perfectly connected 5:37
  • 4 Fields of infinity 5:33
  • 5 Transformation 4:25
  • 6 Destination Nowhere 6:51
  • 7 The Contact 5:24
  • 8 Kopenhaachen 6:28
  • 9 There is a light 4:28
  • 10 A New Direction 5:52

enregistrement

Enregistré entre Mars et Décembre 2007 aux studios de Nattefrost,Copenhagen, Denmark. Composé par Bjørn Jeppesen, excepté Perfectly connected et Kopenhaachen qui sont composé par Robert Schroeder-Trobor et Bjørn Jeppesen.

line up

Nattefrost (Bjørn Jeppesen): Synthé, logiciels et vocodeur Phil Molto: Guitares sur 3 et 8 Ute Stemmann : Vocodeur sur 10

remarques

Pour en savoir plus sur Nattefrost et entendre des extraits MP3, visitez son site web; http://www.nattefrost.dk/

chronique

Danser sous les étoiles, valser dans le cosmos. C’est un peu ce que nous offre ce 4ième opus de Nattefrost, son 3ième sur étiquette Groove. Comme sur Underneath the Nightsky, le synthésiste Scandinave offre une dizaine de titres tous aussi mélodiques que vivants, dans une atmosphère très spatiale avec ses effets sonores d’un monde analogue en pleine renaissance.
Decadence ouvre avec un rythme nerveux. Les séquences s’entrechoquent comme des glockenspiels feutrés, épousant une basse lourde et groovy, tout comme sur la pièce titre, dans un univers cosmique analogue où les refrains synthétisés à la Kraftwerk éveillent les vers d’oreilles. Tout aussi accrocheur, A Path less Followed se fond dans un synth pop aux effluves très Nattefrostiens. Et c’est la force de ce dernier opus de Bjorn Jeppesen; de la mélodie plein les oreilles sur des rythmes variés aux arrangements cosmiques surprenants.
Transformation offre du rythme, beaucoup de rythme, sur des séquences spiralées, cahoteuses qui fusionnent à des synthés aux approches harmonieuses, même quand le débit est doublement accéléré, parfois frénétiques, comme sur The Contact et There is a Light. Perfectly Connected résonne avec force sur des séquences encore plus frénétiques que sur Decadence. Un titre aussi lourd que zombiesque qui flotte dans un univers cosmique tout en conservant une structure mélodieuse, particulièrement à cause de la guitare de Phil Molto qui en remet sur le très beau Kopenhaachen, un autre superbe titre qui respire la présence de Robert Schroeder.
Transformation est un opus truffé de titres vivants. Du synth pop progressif riche en rythmes accrocheurs, synthés mélodieux et fertile en effets sonores bigarrés qui embrasse les antipodes de la MÉ. Un album qui transcende les territoires de Kraftwerk, Depeche Mode (Destination Nowhere), Robert Schroeder et Jean Michel Jarre tout en maintenant la touche si spéciale à Nattefrost, notamment sur A Path less Followed, le très beau Fields of Infinity et A New Direction. Une agréable surprise.

note       Publiée le mardi 30 septembre 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Transformation".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Transformation".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Transformation".

empreznor › mardi 30 septembre 2008 - 19:43 Envoyez un message privé àempreznor

ah nan mais si vous voulez m'empecher de parler de black metal et de Carpathian Forest, faudrait peut-etre enlever "Fenriz presents" des "apparitions diverses". Sur ce, welcome back Phadream, ça fait un bail!