Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGThe Germs › GI

The Germs › GI

cd • 16 titres

  • 1What we do is secret
  • 2Communist eyes
  • 3Land of treason
  • 4Richie Dagger's crime
  • 5Strange notes
  • 6American leather
  • 7Lexicon devil
  • 8Manimal
  • 9Our way
  • 10We must bleed
  • 11Media blitz
  • 12The other newest one
  • 13Let's pretend
  • 14Dragon lady
  • 15The slave
  • 16Shut down (live)

enregistrement

USA, 1979, produit par Joan Jett

line up

Pat Smear (guitare), Darby Crash (chant), Lorna Doom (basse), Donna Rhia (batterie)

remarques

chronique

Styles
punk

Le 8 décembre 1980, John Lennon était assassiné. La veille, Darby Crash mettait fin à ses jours d'une injection mortelle d'héroïne à l'âge de vingt-deux ans. Darby était chanteur d'un combo punk baptisé The Germs qu'il avait fondé avec son pote Pat Smear (futur Nirvana et Foo Fighters) en 1976. Peu de gens ont pris au sérieux la météorique carrière de ce groupe à l'époque; ce n'est que récemment que l'on a pris conscience de leur rôle sur l'évolution de la scène punk californienne. Fortement inspirés par les Stooges, Darby et sa bande sonnent comme une sorte de lien entre les Sex Pistols et les Dead Kennedys avant même que les premiers n'aient joué aux USA et que les seconds se soient crées; quant au chanteur, personnalité charismatique et instable, à la fois adulte et adolescent, très masculin mais bisexuel, dur et fragile, version californienne d'un Sid Vicious intelligent, il se révèle un parolier lucide à défaut d'un grand vocaliste. Produit par Joan Jett (âgée alors de 21 ans), leur unique opus a le son brut d'un punk rock sans fioriture, bien que Darby ait à l'époque trouvé la production trop 'propre' comparée au 'Never mind the bollocks' des Sex Pistols qu'il souhaitait surpasser. Certains voient en 'GI' le premier album de hardcore américain, question que je ne débattrai pas vu mon manque de connaissance en la matière, mais il est certain qu'il se situe à la croisée de plusieurs chemins. L'influence des Stooges y est présente ainsi que le côté 'mélodique' du punk rock 77 mais il est vrai que certains morceaux joués vite ('What we do is secret', l'excellent 'Land of treason',...) préfigurent les tempi rapides des formations hardcore. La qualité de ce disque est justement la diversité des climats; nous y trouvons des chansons rapides mais mélodiques ('Land of treason', véritable coup de coeur, 'Manimal'), du punk rock bien chaotique ('Richie Dagger's crime', 'Lexicon devil', 'The other newest one') mais également des pièces plus lourdes et sombres ('Our way' et surtout un 'Shut down' quasi expérimental joué sur plus de neuf minutes en live !). En dehors de Pat Smear, le seul à avoir des connaissances musicales, les Germs n'avaient pas la réputation d'être de grands musiciens; 'GI' prouve qu'ils ne manquaient pas de créativité pour autant, quant au timbre rocailleux de Darby, s'il m'a un peu irrité au départ, je m'y suis fait rapidement et la conviction de son chant a achevé de me convaincre. Si son suicide a prématurément mis fin à la carrière des Germs, 'GI' reste un témoignage dont il peut être fier.

note       Publiée le samedi 27 septembre 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "GI".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "GI".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "GI".

Twilight › jeudi 17 janvier 2019 - 00:04  message privé !
avatar

Lorna Doom vient de nous quitter :0(

kranakov › dimanche 12 juin 2011 - 13:25  message privé !

Un des très grands disques US de la fin des années 70. Pas un morceau à jeter. Evidemment il convient de préférer M.I.A. chez Rhino/Slash qui comprend l'intégrale des enregistrement studio et le très puissant "Live At The Starwood" chez Rhino Handmade, peut-être l'ultime document punk enregistré sur cette scène mythique quelques mois avant la déferlante Glam.

Note donnée au disque :       
Jacques Capelovici › mardi 30 septembre 2008 - 13:27  message privé !

Ce groupe a fortement influencé les excellents et imposants Poison Idea. La pochette de leur EP "Darby Crash Rides Again" est d’ailleurs pratiquement identique à celle de GI. C’est anecdotique ? Euh, oui, complètement !

YOUNG LORD (for Darby) Corrupted stories, blackhearted reputation Good youthful aggression Speed and alcohol consumption When my conscience is altered I'll take this place and leave it in ruins I'm a member of the warzone My ideas are poison I got nothing I want something more than destructive action Watch you fall from a distance Laughing in the dark I know my past, I know my future If I'm a warrior, I know who's the enemy Exorcising the demons that rage and possess me, They call me a young lord, I'll die on the cross for your sins

Solvant › samedi 27 septembre 2008 - 19:29  message privé !

Eh bien quant à moi j'ai "the complete anthology 1977/80" (quasi même prix), 30 titres à tout fracass' punk pur jus et lancement du hardcore.

Note donnée au disque :       
empreznor › samedi 27 septembre 2008 - 19:04  message privé !

HxCx!!!. Darby Crash etait la loque la plus absolue; à coté Cobain etait un hyperactif. Album que je n'ai pas, mais album obligatoire. EDIT: merci Twily

Note donnée au disque :