Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEAlec Empire › Hypermodern Jazz 2000.5

Alec Empire › Hypermodern Jazz 2000.5

cd • 10 titres

  • 1Walk the apocalypse
  • 2God told me how to kiss
  • 3Get some
  • 4I'm gonna die if I fall asleep
  • 5The unknown stepdancer
  • 6Chilling through the lives
  • 7Many bars and no money
  • 8My funk is useless
  • 9Slowly falling in love
  • 10Dreaming is a form of astrotravel

line up

Alec Empire

remarques

chronique

Styles
electro
jazz
Styles personnels
electro/jazz expérimental

Était-ce une bonne idée d'engager cette complexe chronique ? Hypermodern Jazz. Qu'est-ce là donc que ce titre-étiquette sobrement extrait du cortex bouillonnant de notre génie allemand de la musique électronique ? Se reposant sur une base rythmique lente de batterie mutante à la structure relativement carrée bien que constamment parsemée de saccades figées, Alec Empire exploite les échos et les résonances robotiques de ses percussions pour y coller un petit thème, une basse très prononcée, et moult improvisations aux sonorités étranges et métalliques. Tout en textures futuristes et en ambiances synthétiques, très simple et pourtant élaboré, l'album présente une homogénéité certaine dans cette vision introvertie du jazz hypermoderne aussi chaotique que rigide. Les percussions grésillent, les fréquences s'étirent, et chaque compo se déploie en opposant l'insistance basse/percu, motif statiquement groovy qui évoquerait parfois presque un Amon Tobin dépressif, à une impro mouvante et dissonante. Une impro savamment étudiée aux multiples lignes tantôt discrète, aux notes choisies et lancinantes, tantôt compulsive, enchevêtrée, crispée, semblant avorter à chaque mesure pour mieux repartir, transcendant ou brutalisant l'esthétique selon les titres. Les sonorités malmenées sont diverses, avec un travail énorme sur les échos et les vibrations: xylophone en sourdine, contrebasse ondulante, piano déglingué, trompette à la Portal et j'en passe. Il n'en reste pas moins que le disque pourra sembler linéaire à ceux qui aiment les réalisations plus "directes" d'Alec Empire. Les autres seront séduits par les sonorités complexes, le jusqu'au-boutisme expérimental du concept, le minimalisme de façade et la bizarre dualité nonchalance/éruption qui découlent de ce bijou. Voilà en (trop ?) peu de mots ce que représente un jazz hypermoderne pour Alec Empire.

note       Publiée le mardi 16 septembre 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Hypermodern Jazz 2000.5".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hypermodern Jazz 2000.5".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hypermodern Jazz 2000.5".

Dr.Nichon › mercredi 24 août 2011 - 02:23  message privé !

Dieu que cet homme est bon

Note donnée au disque :       
born to gulo › mardi 24 mars 2009 - 00:27  message privé !

pas mal du tout, oué

Note donnée au disque :       
Neocreed › mardi 24 mars 2009 - 00:03  message privé !

oh con, c'est vrai : The unknown stepdancer is addictive!

Neocreed › lundi 23 mars 2009 - 23:30  message privé !

je ne le connais que trop peu celui là, je vais me le mettre tiens... histoire de pouvoir le noter (si possible)

empreznor › lundi 23 mars 2009 - 23:06  message privé !

moins froid que low on ice mais pas mal du tout.

Note donnée au disque :