Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVenetian Snares › Detrimentalist

Venetian Snares › Detrimentalist

10 titres - 51:30 min

  • 1/ Gentleman (4:33)
  • 2/ Koonut-Kaliffee (4:54)
  • 3/ Sajtban (4:05)
  • 4/ Kyokushin (4:42)
  • 5/ Eurocore MVP (4:26)
  • 6/ Poo yourself Jason (4:35)
  • 7/ Circle pit (4:33)
  • 8/ Flashforward (6:28)
  • 9/ Bebikukorica nigiri (3:36)
  • 10/ Miss Balaton (9:38)

line up

Aaron Funk (programmation)

remarques

http://www.venetiansnares.com/

chronique

Styles
electro
techno
Styles personnels
breakcore

Au panthéon des grands de l’électro, Venetian Snares siège d'ores et déjà en bonne place entre Richard D.James et Amon Tobin, les artistes les plus créatifs et les plus doués de leur génération. Comme l’annonçait de manière quasi prophétique "My Downfall", "Detrimentalist" ouvre un nouveau chapitre pour Mr.Aaron Funk après ses escapades néoclassiques qui lui ont valu toutes les gloires et tous les honneurs ("Rossz Csillag Alatt Született" sorti en 2005). Les personnes qui prendraient le train en marche risqueraient d’être fortement surprises, alors qu’il s’agit presque d’un retour aux sources breakcore pur et dur des débuts, avec cette volonté assumée de toujours bousculer. Chaque titre de ce nouvel exercice de haute voltige ne dépareillerait pas en tant que musique pour jeu vidéo de plateformes où on s’userait le les pouces, jusqu’à s’en faire des cloques, à maltraiter notre manette afin de dégommer le flot ininterrompu d’assaillants qui nous barreraient la route. Les titres démarrent sur les chapeaux de roue et ne lâchent jamais la pression. Dans la dernière ligne droite, le rythme s’emballe. C’est alors qu’éreinté, mais encore plein de courage et d’espoir, on s’apprête à affronter le boss du niveau. Cela se fait non sans mal. La pause est de courte durée car le deuxième niveau nous attend. Puis le troisième. Puis tous les autres... Avec toujours plus de nuisibles à encastrer dans les murs, et des boss toujours plus forts (le final de "Circle Pit", interdit aux épileptiques) qui ne peuvent être battus sans qu'on leur assène quelques coups spéciaux de derrrière les fagots. Seul retour à un répit relatif, le titre du EP "Miss Balaton", placé en fin d'album, dont le mélange des genres s'appréhende comme un parfait résumé des chemins empruntés par Aaron Funk jusqu'ici, véritable chaînon manquant entre ses dernières productions et celles à venir.

note       Publiée le dimanche 7 septembre 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Detrimentalist".

notes

Note moyenne        16 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Detrimentalist".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Detrimentalist".

taliesin › vendredi 21 octobre 2011 - 12:07 Envoyez un message privé àtaliesin

Celui-ci je l'aime plus que tout autre, incontestablement !

Note donnée au disque :       
p2h › vendredi 12 mars 2010 - 13:12 Envoyez un message privé àp2h

Mouai vraiment bof celui ci on sent qu'il s'essouffle le Vsnares

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › vendredi 25 septembre 2009 - 09:36 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

Labels > cock rock disco, bloody fist, shitwank ; pour la France t'as Marasm, crop circle industries, Militia, Anguish entertainment ; avec ces écuries t'as bien une centaine de noms à checker dans le breakcore bien goret

Note donnée au disque :       
dariev stands › jeudi 24 septembre 2009 - 22:32 Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

ouais hymen, j'lavais sur l'bout d'la langue celui-là (ben quoi?)

Le Pape des zozos › jeudi 24 septembre 2009 - 21:55 Envoyez un message privé àLe Pape des zozos

Wow le name dropping ! Dans mon besoin maladif (bon j'exagère) de structure et de repères, j'avoue que connaître un peu les labels ça aide (j'ai entendu parler d'hymen, aussi)... Nan parce que la recherche à tâtons sur le net c'est intéressant mais somme toute assez laborieux. Au départ ce qui m'a fait parler de tout ça c'est que, si comme moi tu collectionnes les Autechre, VS et autres Squarepusher (bref ceux dont on entend parler), tu as de la bonne musique mais t'as vite fait le tour de tes disques... T'as envie d'entendre de nouveaux styles, ou tout simplement de gonfler ta discothèque. Mais bon si avec ça j'ai pas du boulot, c'est vraiment de la mauvaise volonté... Merci les gars, et rendez-vous pour le prochain épisode : quand je serai revenu du breakcore et de l'IDM... Ha ha !

Note donnée au disque :