Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDLars Danielsson › Mélange Bleu

Lars Danielsson › Mélange Bleu

  • 2006 • Act 9604-2 • 1 CD

10 titres - 70:20 min

  • 1/ Mélange bleu (3:59)
  • 2/ Makro (5:29)
  • 3/ Les coulisses (4:47)
  • 4/ Ironside (7:39)
  • 5/ Judas bolero (19:49)
  • 6/ Minor people (3:52)
  • 7/ Sketches of twelve (10:33)
  • 8/ Naive (5:28)
  • 9/ Bacchanalia (4:07)
  • 10/ After zero (4:17)

enregistrement

Rainbow Studio et 7Etage, Oslo, Norvège, Nilento Studios, Göteborg, Suède et Danish Radio, Copenhagen, 2005 - 2006

line up

Jon Christensen (batterie, percussions), Lars Danielsson (basse, violoncelle, piano, Fender), Eivind Aarset (guitare), Xavier Desandre Navarre (percussions), Bugge Wesseltoft (piano), Jan Bang (samples), Pål Nyhus (platines), Vytas et Mario Basanov (beats,samples), Gustaf Ljunggren (steel guitar, synthétiseur), Nils Petter Molvær (trompette), Cæcilie Norby (chant)

remarques

http://www.larsdanielsson.com/html/frame.html

chronique

Battre le fer tant qu'il est chaud. C'est l'option choisie par Lars Danielsson qui visiblement ne décolère pas en proposant un an plus tard "Mélange Bleu", essai toujours aussi méditatif et posé, reconduisant la formule de "Libera Me" avec quelques menus réajustements. Entrent en scène le pianiste Bugge Wesseltoft et le guitariste Eivind Aarset. Il eut été confortable, voire flatteur, d'attribuer le revirement enfin réussi de ce nouvel essai à nos deux nouveaux invités. Plus simplement, Danielsson semble s'être recentré sur l'essentiel, à savoir le fond plutôt que la forme. Sur "Libera Me", l'orchestration noyait la plupart des compositions dans des arrangements limite sirupeux. Sur "Mélange Bleu", celle-ci vient en appoint, servant, et non plus déservant, les compositions, grâce à des interventions calculées lancées à des moments clés. Cela étant, si la plage titre, puis "Makro" ouvrent de nouveaux horizons en matière de recherche sonore, le travail du contrebassiste sur les textures et les atmosphères cotonneuses ne pouvait que tomber dans des moments de pur lounge music ("Ironside"), à regret. Une routine s'installe, et on se met à regretter ce faux départ. Heureusement, Danielsson ne manque pas d'ambition et se ressaisit à mi-parcours avec trois superbes pièces, "Minor People", enchassé entre "Sketches of Twelve" et "Judas Bolero" qui, paradoxalement, ne souffrent aucunement de leur longueur considérable, respectivement entre dix et vingt minutes. Moment de pure réussite et de pure magie, la rencontre effective entre musiques électronique, acoustique, orchestrale et jazz donne enfin les résultats escomptés. Et il est vrai qu'à ce moment-là, l'écoute et la sensibilité des musiciens triés sur le volet qui participent à ces sessions font toute la différence. Poétique, lyrique. Tout simplement beau. On souhaite qu'à l'avenir Danielsson nous concocte un album resséré sur quatre ou cinq titres du même accabit. Pour l'heure, "Mélange Bleu", bien qu'inégal, regorge de fort beaux moments qu'il serait regrettable de snober.

note       Publiée le dimanche 7 septembre 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Mélange Bleu".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mélange Bleu".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mélange Bleu".