Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGarten Kirkhof › Le Dormeur, a retrospective 1989-1994

Garten Kirkhof › Le Dormeur, a retrospective 1989-1994

cd • 14 titres

  • 1Ashen of grey
  • 2Imprisoned me
  • 3Key of King Solomon
  • 4Deathsong
  • 5A person isn't safe anywhere these days
  • 6A silent night that dreams betray
  • 7Torn
  • 8Power to question
  • 9Feel from fear
  • 10Metropolis
  • 11Sixteen days
  • 12Dear Mr Lightman
  • 13Expedition to a foreign land
  • 14In search of Marx

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Morceaux 1-2 extraits de la démo 1989, morceaux 6-7 extraits de la démo 1992, morceau 14 extrait de la démo 1994. Les titres 4-5, 8-11 et 12-13 ont été enregistrés en répétition. La chanson 3 a été enregistrée live.

line up

Jeffrey Allington (chant), Wayne Hopkins (basse), Jeff Pell (batterie), Veto (guitare), Alex Sheinton (guitare), Robert Ries (guitare)

remarques

chronique

Gärten Kirkhöf, c'est un peu le cas typique du groupe avec ce qu'il faut de talent qui donne des concerts, surmonte des changements de line-up, sort sa poignée de démos et splitte au moment où tout aurait pu commencer. Il se trouve que dans le cas de nos Américains, un petit label a découvert leur existence près de douze ans plus tard et que le coup de coeur a été suffisamment fort pour déboucher sur la sortie de cette compilation. A leurs débuts, comme ils le reconnaissent eux-mêmes, les Gärten Kirkhöf étaient très influencés par Christian Death et Bauhaus, d'où des titres noirs et torturés, baignés de guitares stridentes et menés par une rythmique lourde et roulante. Progressivement, au fur et à mesure de ses changements de guitariste, le groupe découvre Killing Joke, les Chameleons et Modern English (dont ils reprennent respectivement 'A silent night that dreams betray' et 'Sixteen days') et laisse sa musique évoluer vers quelque chose de plus post punk. La différence n'est pas si flagrante si ce n'est que les guitares se durcissent et sonnent moins deathrock mais le chant reste désespéré et la rythmique tribale. Cette rétrospective nous propose cinq morceaux extraits des trois démos enregistrées par Gärten Kirkhöf, une chanson live et sept titres enregistrés en répétition. Le son est correct mais ne dépasse jamais ce stade et c'est bien dommage car on comprend très vite que, à défaut d'être novateurs, les musiciens sont assez doués pour écrire de bonnes mélodies (les riffs de 'Metropolis', l'ambiance de 'Ashen of grey' ou 'Dear Mr Lightman') et soigner la noirceur de leurs climats; qui plus est, on les sent passionnés. Le regret est d'autant plus grand de ne pas disposer de véritables enregistrements studio bien produits, même si l'aspect cru du son sied à merveille aux atmosphères deathrock torturées des chansons. D'un point de vue personnel, j'aime beaucoup découvrir ces groupes sortis de nulle part aux sonorités très old school; à ce niveau, 'Le Dormeur' répond largement à mes attentes bien que je ne puisse m'empêcher de déplorer qu'il constitue l'unique témoignage d'un potentiel certain qui ne sera jamais pleinement révélé. Mais après tout, c'est mieux que rien. 4,5/6

note       Publiée le lundi 25 août 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Le Dormeur, a retrospective 1989-1994".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Le Dormeur, a retrospective 1989-1994".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Le Dormeur, a retrospective 1989-1994".