Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBArthur Blythe › Metamorphosis

Arthur Blythe › Metamorphosis

3 titres - 34:37 min

  • 1/ Duet for Two (18:04)
  • 2/ Metamorphosis (8:41)
  • 3/ Shadows (7:52)

enregistrement

The Brook, New York City, États-Unis, 26 février 1977

line up

Ahmed Abdullah (trompette), Muhammad Abdulah (percussions), Arthur Blythe (saxophone alto), Bob Stewart (tuba), Abdul Wadud (violoncelle), Steve Reid (batterie)

remarques

chronique

Pour ses débuts en tant que leader, l'altoiste Arthur Blythe va puiser son énergie dans la performance donnée par son sextet au Brook de New York City. Le matériel issu de ce concert sera rapidement réparti sur deux albums, "The Grip", et "Metamorphosis", tous deux parus la même année. Pour sa réédition cd en 1996, les deux albums seront recollés afin de reconstituer le plus fidèlement possible le fil des évènements. Mais l'agencement particulier, le choix d'édition qui avait été fait à l'origine possédait une force que sa version revue et corrigée ne possède pas, en raison notamment d'une compression extrême qui ôte toute chaleur aux instruments. Et quelle entrée en matière avec "Duet for Two", superbe échange sur près de vingt minutes entre Abdul Wadud, le violoncelliste, et Arthur Blythe lui-même ! Un free jazz de toute beauté, sans accroches, sans violence dans le propos, mais doté d'une formidable aptitude à suspendre le temps et à canaliser l'énergie dans un dialogue d'où surgissent des thèmes aux mélodies instantanément poignantes. Les choses se corsent avec la plage titre, huit minutes d'un assaut sans concession donné par le groupe au grand complet, histoire d'accentuer le contraste avec l'apaisement tout relatif induit par la première plage du disque. Vigoureux et audacieux, le sextet de Blythe se démarque par son originalité : l'absence du contrebassiste est comblée par la présence de Bob Stewart au tuba, soutenu par le déjà cité Abdul Wadud. L'autre soliste est un trompettiste, en la personne d'Ahmed Abdullah, qui, lors de son solo, est soutenu par une rythmique binaire quasi punk par un Steve Reid déchaîné. Enfin, "Shadows" conclut le tour du propriétaire par une note improvisée moins intense mais plus abstraite. "Metamorphosis", l'album, est un beau morceau de jazz d'avant-garde, digne héritier des enseignements prodigués par l'Association pour l'Avencement des Musiciens Créatifs de Muhal Richard Abrams.

note       Publiée le dimanche 24 août 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Metamorphosis".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Metamorphosis".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Metamorphosis".

Coltranophile › mercredi 27 août 2008 - 10:36  message privé !
Et voilà ne nouvelle encore meilleur, Blythe en personne ici! Le digne descendant de Johnny Hodges passé à l'école du free et de l'avant-garde, et avec un groupe de très très haute voltige. La suite de ce concert s'impose également bien qu'effectivement la réedition CD ne fut pas d'un bon niveau coté son. Avec Blythe, tout y est, le son, le rythme, le chant, le cri, l'expressionnisme intense comme le lyrisme apaisé. Pas compliqué à trouver en Lp d'après mes souvenirs et à prix modique normalement.
Note donnée au disque :