Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAArchaia › s/t

Archaia › s/t

cd | 11 titres

  • 1 Soleil noir [4:39]
  • 2 L'arche des mutations [9:38]
  • 3 Sur les traces du vieux roy [5:06]
  • 4 La roue [2:37]
  • 5 Le festin du lion vert [4:49]
  • 6 Massa confusa [3:24]
  • 7 Le grand secret [4:25]
  • 8 Vol du phenix [4:02]
  • 9 Armageddon [4:26]
  • 10 Robots dans le formol [4:16]
  • 11 Chthonos [3:23]

enregistrement

France, 1977

line up

Pierrick Lebras (guitare, claviers, chant), Michel Munier (basse), Philippe Bersan (chant, claviers, percussions), Alain Evrard (percussions, claviers), Patrick Renard (batterie)

chronique

Les bien nommés Archaia remettent en perspective de manière fondamentale le rôle de la musique sur leur unique album de 1977. Affilié aux mouvements les plus obscurs de la branche progressive, à savoir la zeuhl et le rock in opposition, avec lesquels il partage en effet une certaine esthétique ("L'Arche des Mutations" est, de loin, ce qui s'en rapproche le plus), le groupe français s'en démarque pourtant très nettement. Les membres d'Archaia poussent leur expérimentation jusqu'à ôter de leur musique tout type de glorification personnelle. Ils s'attachent ainsi à renouer avec l'aspect sacré originel qui, de tout temps, accompagnait rituels, célébrations funèbres et autres processions en tout genres. De quoi d'autre pourrait-il s'agir quand, sur "Soleil Noir", on entend Pierrick Lebras scander : "reçevons l'au-delà, accueillons l'esprit roi" ? Peu de chant pourtant sur cet album qui se contente d'installer des ambiances douloureuses et entêtantes, souvent propulsées par une basse fuzz et un travail percussif d'appoint qui donne à leur musique ce petit côté immatériel qui fascine et intrigue en même temps. "Sur les Traces du Vieux Roy" est plus abstrait et menace comme un cauchemar naissant. "Le Festin du Lion Vert" juxtapose trip éléctronique, vocalises incantatoires et rythmiques exotiques. Vient ensuite "Massa confusa" qui révèle la nature profondément psychédélique du projet avec cette pièce aux textures particulières qui rappèlent l'approche du "Third Ear Band". Pas de plages faibles sur ce disque hors du commun qui se présente comme un bloc solide et insécable. À ne point en douter, les amateurs de dark folk à la Coil ou Death in June devraient trouver leur bonheur dans cette heure sombre ô combien.

note       Publiée le dimanche 24 août 2008

partagez 's/t' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "s/t"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "s/t".

ajoutez une note sur : "s/t"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "s/t".

ajoutez un commentaire sur : "s/t"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "s/t".

Jacques Capelovici › samedi 4 juillet 2009 - 00:39  message privé !

Bon, j'ai pas encore trouvé comment qu'elle marche la photocopieuse, mais c'est sur ya quelque chose d'intéressant là-dessous.

prypiat › jeudi 14 mai 2009 - 13:11  message privé !

Marrant le logo du groupe stylé façon Obituary... c'est trompeur !

born to gulo › dimanche 24 août 2008 - 14:44  message privé !
must check