Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMad Sin › God save the sin

Mad Sin › God save the sin

cd • 16 titres

  • 1Human evil
  • 2Speak no evil
  • 3Riot in paradise
  • 4Ich kann nich' schlafen
  • 5Naughty little devil
  • 6Out off my head
  • 7U.F.O
  • 8Misery
  • 950 miles from nowhere
  • 10Brainwash factory
  • 11Dead end
  • 12Holy vacation
  • 13Into the valley
  • 14Loco toxico
  • 15Social flop
  • 16Beyond the line

line up

Mourad 'El Köfte' (chant), Holly (basse, contrebasse, choeurs), Jean Pierre (guitare), Jodi (vocaux, choeurs), Sin Lot (choeurs), Mulla (choeurs, cris)

remarques

Le cd est paru à l'origine sur le label Count Orlok en 1996.

chronique

Comment parler de psychobilly sans mentionner les Allemands de Mad Sin ? Il faut dire que cette bande d'allumés sévit depuis vingt ans déjà, distillant
sans relâche une avalanche de décibels à ébranler les fondations de toute banane digne de ce nom. M'étant un brin renseigné sur leur discographie, j'ai lu que si, niveau compos, l'efficacité s'est dévoilée relativement tôt, certains leur reprochaient des guitares un peu trop lourdingues et un son pas toujours bien travaillé sur leurs premiers disques. Il n'en est rien sur sur ce 'God save the sin' sorti en 1996 et que I used to fuck people like you in prison a eu la bonne idée de ressortir; assez punk dans l'approche, il bénéficie d'une bonne production. Niveau morceaux, Mad Sin fait preuve d'une grande efficacité dans l'écriture: de la pêche mais aucune lourdeur malvenue, les pièces sont travaillées avec soin et se révèlent variées quant aux atmosphères, alternant entre attaques sauvages ('U.F.O', '50 miles from
nowhere') et approche plus 'mesurée' (l'excellent 'Misery', 'Dead end' légèrement ska). Qui plus est, de nombreux éléments comme les choeurs ou l'ajout de vocaux féminins, quelques coups de cloche ('Brainwash factory'), sans parler de l'intro 'mexicaine' de 'Into the valley', ajoutent au climat
des titres. Une constante d'ailleurs demeure, l'efficacité de la mélodie, même sur les morceaux les plus speed, la voix variant dans les rauques selon les besoins. Si la contrebasse est omniprésente, elle reste légèrement en retrait au mixage, la guitare restant l'élément dominant, une guitare dont le jeu se montre remarquablement diversifié au niveau des sonorités. Pas de temps mort mais pas non plus de lassitude pour ce disque assez indispensable pour les afficionados du genre. A noter que I used to fuck like you in prison en a profité pour sortir une édition vinyl colorée limitée...

note       Publiée le jeudi 7 août 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "God save the sin".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "God save the sin".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "God save the sin".

Dun23 › mercredi 19 août 2009 - 12:25  message privé !

La pochette et le nom du label tue!