Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGris › Il était une forêt...

Gris › Il était une forêt...

6 titres - 59:32 min

  • 1. Il Était une Forêt...
  • 2. Le Gala des Gens Heureux
  • 3. Cicatrice
  • 4. Veux-tu Danser ?
  • 5. Profonde Misanthropie
  • 6. La Dryade

enregistrement

Non renseigné.

line up

Icare (batterie, piano, violon, chant), Neptune (guitare, basse, violoncelle)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
dark metal
Styles personnels
dark metal dépressif

Ils sont rares les promos qui tournent comme cet album de Gris. Pourtant faut bien le dire, il partait bien mal cet album. Rien que le nom du groupe déjà, genre juste mort de rire quoi. Ça me rappelle le sketch des inconnus. La crédibilité en prend un coup. Je ne parle même pas des titres des morceaux, plus kitsch tu meurs. Mais bon, comme vous le savez, ces trucs melodico-depressifs, c'est ma came, et force est d'avouer que ces deux quebecquois se débrouillent fort bien dans cet exercice de style. Alors, Gris c'est quoi exactement ? Et bien, on va dire pour faire simple du black dépressif, mais qui évite les clichés du genre. Malgré ce son bien roots et grésillant qui n'est pas sans rappeler le "Suicidal emotions" d'Abyssic Hate, et ces quelques accélérations rappelant Burzum, Gris n'hésite pas à varier ses compos, à les enrichir, et à leur donner une densité mélodique assez insoupçonnée aux premières écoutes. Il n'est pas question d'aridité ici, mais de mélancolie pure. L'ensemble sonne ainsi très mélodique, calqué sur une rythmique plutôt mid-tempo (parfois carément ralentie cf "Profonde misanthropie") et parvient aisément à transmettre ce climat et déspéré et nostalgique que beaucoup tente d'émettre sans succès. Et c'est bien là la grande qualité de cet album, c'est que malgré son aspect prétentieux et pédant, les mélodies sont toutes bien efficaces et prenantes. Que ce soit en lead, en arpège saturé, ou à la guitare classique, Gris n'hésite pas à superposer les couches pour proposer des finaux bien intenses et émotionnels ("Il était une fôret", imparable). Alors si les vocaux peuvent parfois se montrer irritants, car répétitifs et surfaits (les hurlements "chialants", c'est un art moi je dis), on oublie vite ces détails pour se consacrer sur les nombreuses finesses de jeu qui émaille ce disque, et que l'on se surprend à découvrir au fil des écoutes. Le jeu de batterie d'ailleurs, qui outre le fait de posséder un son très black "cru", et donc adapté, montre des petites subitlités toujours bienvenues, sans jamais trop en faire, et qui se paie même le luxe de ne pas être toujours en place (et c'est pour une fois, une qualité). Même choses pour l'instrumentation, bien plus riche qu'elle n'y parait : derrière cette guitare rythmique qui grésille et bouffe tout, on retrouve du piano, des nappes de claviers, des guitares classiques, qui parviennent à s'immiscer discrètement dans le mix et à progressivement prendre la vedette ("Cicatrices"). Soyons clair, en terme de son, je trouve l'affaire fort réussie. J'ai pourtant vu l'album se faire défoncer de ci et là sur des zines étrangers. Ils parlaient de l'attitude des zicos, de "mauvais" black metal. Mais, et d'un je parlerai ici strictement musique (je ne m'attache même pas aux textes, qui ont l'air de donner dans le poetico-niaiseux soit dit en passant), de deux, qu'on ne se leurre pas : ce disque, à part le son, n'a rien de black metal. Du dark metal tiens, qu'on appellera ça. En tout cas, un disque qui a su éviter les écueils du genre, grâce une rélle inspiration dans ses harmonies et la construction de ses morceaux qui ne se font donc pas redondants. Parfois un peu kitsch certes, d'autres fois longuets (le final "La dryade" entièrement piano/violons/flûte, interminable) ou un peu gonflants (les deux hurleurs devraient varier les registres...), mais pour le reste, j'ai vraiment adhéré à leurs atmosphères à la fois neigeuses, contemplatives et mélancoliques. De fait, malgré ce titre à la con, je recommande... Froidement.

note       Publiée le mardi 5 août 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Il était une forêt...".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Il était une forêt...".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Il était une forêt...".

Rikkit › jeudi 1 février 2018 - 21:43  message privé !

C'est fou comme ce groupe, cet album plutôt, peut faire consensus alors qu'il incarne un peu ce que tout le monde trouve imbitable dans le black. Quoiqu'il en soit, ça marche drôlement bien, même la Dryade qui, il y a quelques années, m'aurait saoulé profondément.

Note donnée au disque :       
Int › jeudi 27 janvier 2011 - 20:40  message privé !

On ne casse pas assez la gueule de l'imaginaire du groupe à mon goût.

Un extrait de leur présentation myspace qui parlera pour moi :

"Si la grandeur des choses que peut accomplir une ame pure etait devoilee aux yeux de tous, nul ne la remarquerait. Car les couleurs d’une telle apparition seraient telles d’innombrables myriades de teintes inconnues de l’homme des cites, si belles qu’elle aveuglerait les sots de son vivace éclat. L’ame qui tend vers cette toile eurythmique est par ailleurs capable de discerner des formes qui annoncent ce vers quoi elle exhalera ce qu’il y de vil en elle et deviendra un esprit comble et veritable ... Nul ne sait si nos visions sont erronees, nul ne sait si elles sont véraces. Chacun a un coeur de fer terni par la peur et le vide, à chacun de construire son chemin de fer puisqu’il en est le train. Gris est donc le bois, et la sueur avec quoi nous batissons notre voie. Il est la formule avec laquelle nous transformerons nos propres coeurs en or. Six albums, dont le dernier double, sont prévus. Ensuite, nous disparaîtront...".

Saurez vous repérer le détail qui tue?

Excellent skeud quand même.

Note donnée au disque :       
prypiat › lundi 26 janvier 2009 - 20:15  message privé !

Cte nom, bordel, cte nom ! "Gris" c'est naze comme nom de groupe ! Chais pas si cet album est bien ou pas mais faudrait qu'ils s'achètent un nom ces pingoins-là...

tilo › lundi 18 août 2008 - 23:08  message privé !
Excellent un de mes albums préféré de 2007 une vrai claque.
Note donnée au disque :       
Fryer › mardi 5 août 2008 - 18:25  message privé !
Pourtant le design du site en regorge...