Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDThe Dodos › Visiter

The Dodos › Visiter

cd • 14 titres

  • 1Walking2:09
  • 2Red and purple4:40
  • 3Eyelids0:55
  • 4Fools4:42
  • 5Joe's Waltz7:21
  • 6Winter3:43
  • 7It's that time again1:29
  • 8Paint the rust6:14
  • 9Park song2:48
  • 10Jodi6:14
  • 11Ashley4:04
  • 12The season6:14
  • 13Undeclared1:53
  • 14God ?6:53

enregistrement

San Fransico, États-Unis, 2008

line up

Logan Kroeber (batterie, percussions), Meric Long (guitare, chant), Laura Gibson (voix), Cory Gray (trompette)

remarques

http://www.dodosmusic.net/

chronique

Ne vous laissez pas abuser par cette tendance actuelle qui voit tous les groupes simili revival sixties s’affubler d’un article de bon aloi pour se donner un genre. The Dodos laissera donc à The Strokes, The Kooks et The Que Sais-je Encore tout le loisir de s’amuser avec cet artifice factice pour habiller leur rock rétrograde. Ce que nous propose "the" duo américain qui nous occupe c'est une collection de chansons à la mise en place fragile qui en rend le propos terriblement humain. Une voix. Une guitare sèche ou un banjo. Un kit batterie réduit à son strict minimum. Et tout de même quelques interventions extérieures (trompette, voix féminine, jouet pour enfants) pour enrober le tout. La musique de "Visiter" a plus à offrir qu'un apparat d'americana ou de folk lo-fi. Meric Long et Logan Kroeber ont su bâtir un univers singulier qui, fort à propos, se nourrit des bonnes vibrations alentours. Un peu de Sufjan Stevens ou de Jeff Buckley, pour l’ambiance et la voix. Un peu de Battles pour les rythmiques particulières ("Joe’s Waltz"). Enfin, un peu de Akron/Family, Animal Collective, Panda Bear ou Xiu Xiu pour la démarche. On en oublierait presque de citer Godley & Creme qui sont quand même un peu les pères de toutes ces formations pop minimalistes à l’approche quelque peu expérimentale. Ainsi, "Visiter" est aussi à sa manière une image figée sans conséquences, qui souffre peut-être de quelques longueurs, rendant parfois l’homogénéité de l’ensemble un peu lourd à digérer. Mais quand vient l'heure du bilan au beau milieu de cette morne plaine qui nous sert de paysage musical, on ressort pour le moins conquis de cette aventure. Avant que le temps des disettes arrive à grand pas, surtout, ne nous privons pas !

note       Publiée le samedi 2 août 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Visiter".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Visiter".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Visiter".