Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZZao (FRA) › Osiris

Zao (FRA) › Osiris

  • 1995 • Musea FGBG 4130.AR • 1 CD digipack

6 titres - 42:54 min

  • 1/ Shardaz (4:51)
  • 2/ Isis (9:35)
  • 3/ Reinna (4:26)
  • 4/ Yog (8:08)
  • 5/ La Rhune (4:10)
  • 6/ Montreal (11:44)

enregistrement

France, 1975

line up

François Cahen (claviers), Marc Chantereau (percussions), Joël Dugrenot (basse, chant), Pierre Guignon (percussions), Jean-yves Rigaud (violon électrique), Yochk'o Seffer (saxophones, chant), Jean-my Truong (batterie)

remarques

chronique

Styles
jazz
progressif
zeuhl
Styles personnels
fusion

"Un lion qui imite un lion est un singe", dit le proverbe que nous devons à Victor Hugo. Sans en arriver jusque là, à la sortie de leur premier album, Zao prenait tout de même furieusement cette dangeureuse tangente. La remodélisation encore timide de leur approche générale permet au moins au groupe de François Cahen de s'écarter d'une référence trop envahissante pour développer son propre langage. À tâtons, Zao va donc peu à peu se laisser embrigader dans une forme de jazz fusion originale de par la persistance de leurs racines zeuhl. Paradoxalement, elles apparaissent plus importantes car elles ne sont pas considérées ici comme un critère purement esthétique mais vraiment comme l'essence même de leur identité profonde. En l'absence de Mauricia Platon, les renforts voix sont assumés par le groupe. Ponctuels, mesurés, leurs interventions sont éparses, nourries et toujours justifiées. Les couleurs exotiques chariées par les compositions du groupe ouvrent à celui-ci de nouvelles perspectives, seulement relayées chez Passport ou Weather Report ; songez qu'à l'instar de Joe Zawinul, Yochk'o Seffer possède lui aussi des origines slaves. Mais l'assise progressive y est toutefois plus marquante. Cela se sent dans l'approche mélodique générale. Cela s'entend surtout dans les rythmiques (Joël Dugrenot à la basse qui a plus d'une fois l'occasion de briller sur ce qui sera déjà son ultime collaboration) et le déroulement même de titres tels que "Isis" ou "La Rhune". Sur "Reinna", la combinaison de tous ces éléments réunis va façonner le vrai visage du Zao qui se cherche : un axe basse batterie souple mais entêtant, des voix qui viennent souligner certaines phrases mélodiques pour en accentuer les divers effets, un thème simple sur lequel le groupe va pouvoir improviser à loisir. Il y a de fait chez Zao aucun message post apocalyptique à faire passer. Juste un désir de transe musicale à partager qu'il réussit parfaitement à communiquer. La version cd comprend le titre bonus en concert de onze minutes, "Montreal", histoire de prolonger le plaisir.

note       Publiée le dimanche 27 juillet 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Osiris".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Osiris".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Osiris".

docteur.justice › jeudi 31 juillet 2008 - 19:43  message privé !
zao est le canada dry de la zeuhl.... et c'est passablement chiant sur cd comme sur scène, prétendu shiste à l'époque, zao est sans odeur sans saveur, tant au niveau de la composition que de la production, de l'interpretation le tout agrémenté par des musicien appliqués mais sans génie, hormis pour sheffer mais bien souvent envahissant... le genre de groupe a dégouter de la zeuhl