Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSpearhead › Decrowning the irenarch

Spearhead › Decrowning the irenarch

11 titres - 37:47 min

  • 1/ Prolegomenon
  • 2/ Decrowning the irenarch
  • 3/ When the pillars fall
  • 4/ Road to austerlitz
  • 5/ Interregnum
  • 6/ Iulanius augustus apostata
  • 7/ In the face of the absolute
  • 8/ Thus always to tyrants
  • 9/ Mors triumphalis
  • 10/ Brotherhood of arms
  • 11/ Aftermath

enregistrement

Hertz studios, Pologne.

line up

Barghest – Bass & Oration Nephilim – Lead Guitars Invictus – Rhythm Guitars Vortigern – Battery

chronique

'tain, y a rien de pire que de regarder derrière soi et de se rendre compte de l'abominable tonne de promos qu'on avait négligemment laissé au placard. Formidable monticule qui hurle "chronique moi ! chronique moi !", façon Gremlins des bois. Bordel, j'ai été chroniqueur ici moi ? Pfff Bon, on va démarrer par un bien. Chro express donc, de toute façon, avec tous ces mois d'absence, j'ai bien vu que tous les metalleux ont déserté ce site. I'll survive, ouais. Deuxième album de Spearhead donc, qui met les bouchées doubles. Toujours drivé par la thématique guerrière qui illustre naturellement le style "war metal", les irlandais affichent clairement des ambitions.. ambitieuses. Grosse prod' (encore que la batterie ne sonne pas assez féroce, trop propre le truc), tournée prévue, et surtout.. gros travail sur les compos. On reste toujours en présence d'un gros black/death d'influence principalement Angel Corpse, bien qu'on sente quelques influences australiennes (Destroyer 666). Là où le groupe a considérablement progressé par rapport au précédent disque, c'est clairement dans le riffing. Il n'y a pas grand chose à jeter ici. Toujours pile poil dans le ton, bien guerrier comme il faut, tantôt death, souvent thrash, parfois black (certaines atmosphères sont très réussies, notamment sur l'énorme "Mors triumphalis"), on se surprend souvent à dodeliner bêtement de la tête. Même constat au niveau des solos, bien bossés, à la fois "evil" et mélodique, qui trouvent leur apogée sur le final de "Mors triumphalis" (encore ! Décidément ce titre est vraiment une bombe) ou sur le morceau final "Aftermath". Un disque plein de bonnes choses au final, vraiment bourrin dans le sens guerrier, mais dont l'efficacité se voit un peu ternie par cette prod' définitivement trop propre, d'où seulement un 4/6. Mais très franchement, voilà bien un disque auquel il faut donner une chance, un petit coup sur myspace vous donnera vite une idée. De mon côté, bien fort en bagnole, j'y ai vraiment trouvé mon compte. Et soyons honnête, les groups de qualité dans le style ne sont pas légions, alors on ne va peut-être pas trop faire la fine bouche...

note       Publiée le samedi 26 juillet 2008

partagez 'Decrowning the irenarch' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Decrowning the irenarch"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Decrowning the irenarch".

ajoutez une note sur : "Decrowning the irenarch"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Decrowning the irenarch".

ajoutez un commentaire sur : "Decrowning the irenarch"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Decrowning the irenarch".

born to gulo › samedi 26 juillet 2008 - 13:13  message privé !
australie, war, black death ... ça peut plaire au tout frais fanatique de Cemetery Urn que je suis