Vous êtes ici › Les groupes / artistesHGraham Haynes › Bpm

Graham Haynes › Bpm

8 titres - 47:54 min

  • 1/ Variations on a theme by Wagner (9:23)
  • 2/ Variations n°2 (5:51)
  • 3/ Red zone (4:05)
  • 4/ Telluride (6:42)
  • 5/ Inn a most (8:23)
  • 6/ Tristan in the sky (3:33)
  • 7/ Climate (4:14)
  • 8/ Revamp (5:43)

enregistrement

Evergreen Studios, New York, USA, printemps 1999

line up

Graham Haynes (cornet, bugle), Brandon Ross (guitare), Marque Gilmore (batterie, programmation), Dj Spazekraft (programmation), Daniel Moreno (percussions)

remarques

http://www.grahamhaynes.com

chronique

Styles
electro
jungle
jazz
Styles personnels
nu jazz

Insaisissable Graham Haynes. Avec "Bpm", il a sans doute à ce jour enregistré là son disque le plus extrême de par la radicalité et l'audace de son propos. Pour se convaincre de l'ouverture d'esprit du trompettiste, il suffit de jeter un oeil au chemin parcouru jusqu'ici : un séjour prolongé au sein du M'Base de Steve Coleman, et une demi-douzaine de disques qui s'évertuent à élargir le sens commun du jazz fusion en allant vampiriser tout ce qu'il y a de bon à prendre dans le free, le hip hop, l'electronica ou la world music... Sur son sixième album, le clash est total entre jungle, musique classique et jazz. Déroutant pour le moins, il faut attendre plus de deux minutes après la longue introduction de "Variations on a Theme by Wagner" pour se rendre compte qu'il s'agit au final d'un disque jazz quand résonnent les premiers échos du bugle. Les choeurs de "Persifal" cimentent le terrain mouvant martelé par une rythmique drum n'bass décomplexée. Pour tout grossier qu'il soit, ce mariage reste pour le moins unique. Mais tout l'album ne répond pas à cette définition et ne se laisse pas déborder par une grammaire dont l'effet risque d'être à double tranchant. Il y aura encore "Tristan in The Sky" et "Variations N°2", dont les traitements sont beaucoup plus discrets, et les références à Wagner pour ainsi dire indécelables. Les autres titres, eux, prennent très clairement une orientation nu jazz qui n'est pas sans évoquer Nils Petter-Molvaer et ses compatriotes scandinaves. Le nu jazz de Graham Haynes est un nu jazz à l'américaine, c'est à dire nettement moins clinique et beaucoup plus chaleureux. Les lignes ne sont pas précises et tendues, mais floues et mouvantes. "Red Zone", souterrain, "Telluride", entraînant, "Inn A Most" et son coda "Revamp", exotiques, enfin, "Climate", atmosphérique, dessinent les contours d'un album qui ne se laisse pas saisir facilement et qui ne ressemble à aucun autre.

note       Publiée le dimanche 20 juillet 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Bpm".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Bpm".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Bpm".