Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Divers › Triton Compilation II

Compilations - Divers › Triton Compilation II

  • 2000 • Triton Triton 35 • 2 CD

cd 1 • 17 titres

  • 1Jack Or Jive-Timing4:25
  • 2Moon Far Away-Architects Of Immortality5:38
  • 3D'Arcadia-Trust Me Deeper4:19
  • 4Neutral-Fest Noz8:20
  • 5Backworld-Pleasure Park3:33
  • 6Ostara-The Wolf's Door4:26
  • 7Belborn-Wegbereit2:28
  • 8Dawn & Dusk Entwined-Heading Towards The West5:40
  • 9Opera Multi Steel-Laudamus Te3:33
  • 10The Days Of The Trumpet Call-A Dream4:27
  • 11Arcana Obscura-Awakening By The End4:04
  • 12Pulcher Femina-Subversion2:59
  • 13Snog-Real Estate Man (Low Key Operations Make A Down-Payment)4:54
  • 14A Spell Inside-Brothers4:49
  • 15Bakterielle Infektion-Duroplast2:06
  • 16Woodlawn-In My Brain4:26
  • 17Ancient Drive-Black Orgies (Sanguinary Art)2:58

cd 2 • 16 titres

  • 1Missratener Sohn-Death Over Europe3:06
  • 2Asche-Kiss The Whip4:46
  • 3P.A.L-Reborn4:59
  • 4Celluloid Mata-At Bunkers4:42
  • 5Converter-Down Here4:54
  • 6Proyecto Mirage-Sensor N°14:40
  • 7Winterkälte-Tropical Timber Trade5:06
  • 8Mono No Aware-Strategisch Wertvoll4:25
  • 9S.I.N.A-How Long3:34
  • 10MS Gentur-Physis3:46
  • 11Disastrous Din-Din 13:31
  • 12Endorphine-Ref.01 0054:07
  • 13Warsaw Pact-Throat Of Life4:46
  • 14Feindflug-Stromtod5:46
  • 15Grendel-Lust3:48
  • 16DavaNtage-Target4:38

remarques

chronique

Backworld et Winterkälte sur la même compilation, il fallait le faire. (Commencer une série par le II aussi ; mais c’est un autre débat) A vrai dire, c’est un peu toute la cohérence du sampler qui va être mis à mal, parce qu’au delà du fait d’avoir mis tout ce qui était vaguement goth/dark dans un CD et power noise/techno indus dans le second ; c’est un joyeux bordel qui joint le meilleur au pire comme si de rien n’était ; ou comme si le label se fichait bien de ce qu’on y trouve. Allons-y pour le meilleur du CD 1 : l’ambient heavenly de Jack or Jive (qui rappelle un peu Attrition), un Backworld serein, Ostara plutôt orienté pop-folk, un instrumental de The Days Of The Trumpet Call très bon malgré un tambour tout pourri qui apparaît ça et là, un Arcana Obscura dans un registre electro-indus lancinant et étouffant et un essai electro-ovni de Snog qui aurait plutôt sa place sur une compilation Hymen. Seconde étape, ceux qui pourrait être mieux : les trops synthétiques Moon Far Away, D’arcadia (les mecs, ne confondez pas clavecin et guitare), les bon-mais-longuets Neutral (dark-folk russe avec un chanteur sans coffre), l’ambient martiale de Dawn & Dusk Entwined (qui ont de bonnes idées mais aucun sens de la composition, comme en témoigne leur dernier album chez CMI). On arrive au moins pire avec Opera Multi Steel, sorte de Rosa Crux du pauvre, ainsi que les incursion métal (hérésie !) en fin de compilation avec le métal gogoth Woodlawn à chanteuse épuisante et Ancient Drive dans le genre Blind Guardian avec une voix gutturale. Et le meilleur pour la fin : l’atroce Belborn et ses maquettes de compos en toc (Dernière Volonté chanté en allemand, en pire) Pulcher Femina (on jurerait que c’est le mec de chez Belborn qui vient de trouver le séquenceur de VNV Nation) ; mais il y a encore pire ! La techno-pop de A Spell Inside (même Sash! ou Mauro Picotto ont fait mieux), et, encore encore pire (l’ont-il fait exprès ?) Bakterielle Infektion que même Wesley Willis aurait refusé en instrumental. S’il n’y avait eu que cela, je n’aurai même pas fait l’effort de chroniquer le disque. Mais il n’est pas venu seul… et cette fois, ils n’ont pas mélangé les torchons et les serviettes. Les dix premiers titres sont tellement bons et cohérents qu’ils justifient très largement l’achat de la compilation pour peu que l’on soit porté sur le power noise ou, comme on dit chez nous, l’‘indus rythmique’ (sic). L’air de rien, alors que l’on craignait le pire, on nous balance à la figure le meilleur de Hands et de Ant-Zen en une seule vague destructice, qu’elle soit rampante et stressante (Asche, Celluloid Mata, Disastrous Din) plus technoïde (P.A.L, MS Gentur), ou carrément écrasante (Converter, Winterkälte, Mono No Aware). Une heure de sueur plus tard, on se fiche bien que les bouses arrivent puisqu’on aura arrêté le disque avant les indigents Warsaw Pact, les tout pourris Grendel et DavaNtage et surtout cette merde de Feindflug, sorte d’électro-militariste provocante à visuel plus que douteux ; le genre de musique que les jeunes mal dans leur peau écoutent avant d’aller au lycée pour fusiller leurs camarades et retourner l’arme contre eux. Voilà, les compilations Triton sont assemblées avec les pieds (les deux autres opus ne valent même pas le détour) aussi celle-ci mériterait simultanément toutes les notes... il va falloir trancher.

note       Publiée le lundi 7 juillet 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Triton Compilation II".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Triton Compilation II".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Triton Compilation II".

saïmone › vendredi 18 juillet 2008 - 20:47  message privé !
avatar
Une compilation démoniaque, donc ?