Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMonarch! › Dead men tell no tales

Monarch! › Dead men tell no tales

cd1 • 3 titres • 00:00 min • speak of the sea

  • 1We Are The Musicmakers (Long Version)26:04
  • 2Speak Of The Devil, Speak Of The Sea18:11
  • 3Dead Men Tell No Tales (Spoken Version)11:30

cd2 • 2 titres • 00:00 min • die tonight

  • 1Winter Bride19:28
  • 2Swan Song19:30

remarques

chronique

Styles
hardcore
sludge
metal extrême
doom metal
drone
Styles personnels
sludge/drone/doom

Tiens, des grenouilles sur Crucial Blast ! Voilà qui court pas les rues. Monarch! vient de bayonne, et joue un genre de doom moderne mâtiné de sludge aux rythmiques pachy... ha ha vous y avez cru hein ? Aux rythmiques enclumesques, qu'est ce que vous dites de ça ? Une mixture qui n'a rien d'original, mais voilà, dans le genre lent, lourd et lattage-régulier-pendant-20-minutes (les 3 "L"), force est de constater que Monarch! fait partie des plus extrêmes. Une chose est sûre, il faut bien savoir ce qu'on veut avant de s'envoyer ce monstre marin (la pochette a le bon goût de rafraîchir une thématique bien usitée par le genre ces dernières années) dans les esgourdes. Bon après, que pourrais-je dire de plus sur cette musique qui parle d'elle-même, oui, quoi de plus que ce bon Yog ne vous ai pas déjà dit dans sa dithyrambique et excellente chro du split avec Elysium. Surtout que "Dead Men Tell No Tales", ça n'a vraiment rien de nouveau, décidément, puisque ça reprend les deux LP déjà existants du groupe, qui seront bien chroniqués ici un jour, par moi ou par quelqu'un d'autre... Perso ma préférence va assez largement à "Die Tonight", sans pouvoir vraiment l'expliquer, bien que "Speak of the Sea" propose une originalité sous la forme d'un spoken-word chuchoté avec un accent français pachydermique (là je le dis), sur fond de brise marine. Emilie, la très talentueuse vocaliste du groupe, ne sait donc que sussurer ou hurler à la mort (pratique pour gommer l'accent français, hein). J'en connais qui en rêveraient la nuit, d'une fille comme ça. Bon, je fais mon abruti, mais, à la fin du cd, voilà, force est de reconnaître qu'elle CALME, la petite. En plus c'est même pas vrai, il y a ces jolis chants de sirènes (en début de skeud ça l'aurait fait!) sur "Speak of the devil...". Future référence pour les hurleuses du monde entier ? Outre cette voix cathartique et extrême, donc, ce qui frappe ici (avec un gros gourdin oui... derrière les oreilles, juste là ou ça fait mal), c'est l'absence totale de chuggas-chuggas, effets de guitares saccadées ou du moindre petit effet de style ornementatif d'ailleurs. Non, Monarch!, c'est du solide, du larsens pur, du parpaing expansif perpétuellement balancé dans ta gueule comme un supplice de Tantale en version ultra heavy. Avec la petite atmosphère "histoires de tempêtes de vieux marin" en prime. Tout comme d'autres français qui montent, dans un autre style, j'ai nommé Marvin, Monarch! pourrait avoir sa petite reprise de Led Zep attitrée. Ici, ce serait "Dazed And Confused" qu'on verrait bien transfiguré par les bayonnais, tant le débit orageux et plaintif de leurs riffs se prêterai bien à l'exercice. Une initiative fort sympathique, cette sortie, pour une fois que les premiers LP's (qui sont souvent les meilleurs) d'un groupe sont rassemblés sur un même double, sans avoir à attendre leur réédition individuelle 4 ans plus tard à prix coutant...

note       Publiée le vendredi 13 juin 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dead men tell no tales".

notes

Note moyenne        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dead men tell no tales".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dead men tell no tales".

yog sothoth › jeudi 24 septembre 2015 - 18:49 Envoyez un message privé àyog sothoth
avatar

je crois que c'est un fake du true justicié...

troubadourpaladin › jeudi 24 septembre 2015 - 16:40 Envoyez un message privé àtroubadourpaladin

Bon moi perso, j'ai bien aimé cet album doom sludge kilometrique, p-e leurs meuilleur a date, ont voient que le tout est enrobé d'encre noir et de sulfure.

Note donnée au disque :       
saïmone › mardi 29 avril 2014 - 20:39 Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

Pas de line up ?

Note donnée au disque :       
Harry Dickson › vendredi 14 juin 2013 - 01:02 Envoyez un message privé àHarry Dickson

A long slow screw.

Note donnée au disque :       
nicliot › mercredi 2 novembre 2011 - 21:56 Envoyez un message privé ànicliot

Demain soir à Bordeaux, ça va swinguer à l'Heretic Club avec l'ami Boumbastik