Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMunly And The Lee Lewis Harlots › Munly and the Lee Lewis Harlots

Munly And The Lee Lewis Harlots › Munly and the Lee Lewis Harlots

cd • 15 titres

  • 1Amen corner
  • 2Big black bull comes like a Caesar
  • 3Old service road
  • 4Another song about Jesus, a wedding sheet and a bowie knife
  • 5Cassius Castrato the she-male of the men's prison
  • 6Ragin' cajun
  • 7Rebecca calls 'That birdcage song' which never was though now kind of is because of her influence...
  • 8Goose walking over my grave
  • 9The leaving of the spit-bread girls
  • 10A gentle man's jihad
  • 11The Denver boot redux
  • 12Of Silas Fauntleroys willingness to influence the panel
  • 13Jacob Dumb
  • 14My second Salvation Army choir
  • 15River Forktine Tippecanoe

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Absinthe Studio, Denver, Colorado, USA

line up

Jay Munly (chant, guitare, banjo), Paul Bradley (basse, contrebasse), Jeff Linsenmaier (batterie), Rebecca Vera (violoncelle, choeurs), Elin Palmer (violon, choeurs), Frieda Stalheim (violon, choeurs)

remarques

le cd est accompagné d'un DVD proposant les textes récités ou non par Jay Munly ainsi qu'une gallerie de photos
La sortie du cd est une collaboration entre Alternative Tentacles et Smooch Records

chronique

Styles
folk
gothique
rock
Styles personnels
americana/ cabaret blues punk

Comment vous parler de Jay Munly ? C'est un musicien réputé de la scène 'americana' (mélange de musique gothique, country et blues) de Denver. C'est
par Sixteen Horsepower que j'ai découvert ce style et quelque recherches sur le net ont complété ma formation. Autre essai de description; là où David
Eugene Edwards a tout du prêcheur, Jay ressemble plutôt à un redneck psychopathe, le genre d'individu qu'on souhaiterait ne pas rencontrer le soir (et même de jour) dans les bois. Sa musique se nourrit de country, de folk mais sa section de cordes (le travail des Lee Lewis Harlots est de ce point de vue vraiment remarquable), la batterie, lui confèrent une touche tantôt mélancolique, tantôt endiablée...C'est qu'il n'est pas évident à cerner,
notre lascar ! Ses textes bizarres témoignent d'un humour noir assez personnel, qu'il prenne la place d'un prisonnier qui en vient à se châtrer après avoir échangé tout ce qu'il avait ('Cassius Castrato'), qu'il s'imagine enfant lorsque le taureau de son frère allait à la vache ('Big
black bull') où qu'il parle du 'Amen corner' et du salut de son âme. Pour présenter sa gallerie de personnages improbables, il modifie son chant,
passant d'un timbre crasseux à la Tom Waits à quelque chose de plus proche de Sixteen Horsepower, sans oublier quelques passages presque sensuels ou colériques. Des exemples ? 'Of Silas Faunterloys...' dans des atmosphères country punk, le beau 'Goose walking over my grave' (évoquant volontiers le
duo Nick Cave/P.J Harvey sur 'Henry Lee'), 'Big black bull...' avec ses explosions décadentes. Quelle que soit l'ambiance choisie, les musiciens
savent la développer avec talent. Là où Sixteen Horsepower sonnait mystiques, presque funèbres, Munly and the Lee Lewis Harlots dégagent quelque chose de plus décalé mais également de sulfureux. En un mot comme en cent, le mieux est encore d'écouter et de vous faire votre idée de l'étrange personnage.

note       Publiée le vendredi 6 juin 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Munly and the Lee Lewis Harlots".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Munly and the Lee Lewis Harlots".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Munly and the Lee Lewis Harlots".

Dorian Grey › mercredi 11 juillet 2012 - 20:49  message privé !

J'ai découvert Jay Munly il y a à peine une semaine, et depuis, ses albums tournent en boucle! Et ca m'a aussi permis de découvrir que la scène "Americana" regorge de très bonnes choses!

Note donnée au disque :       
Shelleyan aka Twilight › vendredi 17 juin 2011 - 01:23  message privé !
avatar

Rencontré Jay Munly hier soir en concert avec Slim Cessna's Auto Club...Malgré ses airs de psycho, sa folie sur scène, ce type est une perle...En plus d'être un artiste incroyable !

sikara › jeudi 8 juillet 2010 - 00:28  message privé !

Tout-à-fait le genre d'album qui me bouleverse émotionnellement, le genre qui me donnerait envie de hurler au vent sur le dos d'un appaloosa au bord d'une mer par un temps d'orage ou bien alors de verser ma larme en contemplant des collines un soir si sombre. La voix de Jay Munly, si charnelle, si folle, si désespérée, sait s'emporter et par la même occasion, me transporter. Alors oui, j'assume le côté gnan-gnan en mon état de fille chamallow. Mille merci à vous qui me l'avez fait découvrir :)

Note donnée au disque :       
Møjo › vendredi 6 juin 2008 - 19:11  message privé !
Super disque, chaleureux à souhait, et juste varié et dansant ce qu'il faut. Pas forcément le meilleur Munly (la prod est ici vraiment trop léchée à mon goût), mais comme y'a aucun morceau à jeter, il s'enfile quand même comme du petit lait. Je comparerai à titre perso pas forcément ça à 16HP ceci étant, comme j'ai plusieurs potes fan de 16HP qui ont détesté Munly du fait du côté quelque fois un peu gnan-gnan de ces disques.. je peux comprendre. En passant, dans le style, Smooch Records est vraiment un label intéressant.
Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › vendredi 6 juin 2008 - 13:32  message privé !
avatar
je note, tout comme 16HP. Je connais quelqu'un à qui ça plaira. Thanks swiss-buddy.