Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVisage › The Anvil

Visage › The Anvil

cd • 15 titres

  • 1The damned don't cry
  • 2Anvil (night club school)
  • 3Move up
  • 4Night train
  • 5The horseman
  • 6Look what they've done to me
  • 7Again we love
  • 8Wild life
  • 9Whispers
  • 10We move (dance mix)
  • 11Frequency 7 (dance mix)
  • 12The damned don't cry (dance mix)
  • 13Motivation
  • 14I'm still searching
  • 15The mind of a toy (dance mix)

enregistrement

Mayfair Studios, Angleterre

line up

Barry Adamson, Gary Barnacle (saxophone), Billy Currie, Rusty Egan, Dave Formula, Steve Strange, Midge Ure, Perry and Lorraine (vocaux féminins)

remarques

Les morceaux 10 à 15 sont des bonus présents sur la réédition de Cherry Red.

chronique

'The Anvil' constitue pour moi le zénith de la carrière de Visage bien qu'en terme de succès, il soit souvent effacé dans l'ombre écrasante de son pourtant maladroit prédécesseur. Va pour le business mais musicalement, il n'y pas photo, le combo de Steve Strange a franchi un cap. Exit les résidus d'influences glam à la Bowie, les sonorités se sont faite plus synthétiques encore, les beats secs, les atmosphères plus sombres (écoutez la guitare de 'Move up'), voir plus froides (le frappé presque martial de 'The Anvil'). Ce disque, à mon avis' est à l'image de sa pochette, strict, classieux, légèrement inquiétant, nocturne. Il n'inclut pas de hit aussi marquant que 'Fade to grey' ou 'Mind of a toy' mais les singles qui en seront extraits, 'The Dammned don't cry' et surtout 'The Anvil (night club school)' du nom d'une boîte gay new-yorkaise (d'où un petit scandale à sa sortie) sont d'une efficacité redoutable. J'ajouterais également 'Move up' qui dégage le même feeling froid et dansant que 'The Anvil'; plus coulant de par sa rythmique faussement disco, 'The horseman' a quelque chose de Soft Cell mais en moins dépouillé, les mélodies de clavier et la guitare complétant l'atmosphère. J'aime aussi 'Again we love' et éventuellement 'Look what they've done to me' qui dégagent ce potentiel new wave mélodique et légèrement sulfureux tel qu'on le retrouvera chez Ultravox. Le reste est plus anecdotique, encore que 'Whispers' ait une touche plus expérimentale telle qu'on la trouve sur les deux premiers Human League, ce qui est loin d'être désagréable. De manière générale, cet album est bien plus mature et équilibré que son prédécesseur. Il constitue le point d'orgue de Visage qui verra peu après les départs de Midge Ure, Bill Currie partis fonder Ultravox...Du coup, le troisième opus, 'Beat boy', peinera à retrouver cette magie, ce qui guidera Steve Strange vers le chemin des maisons de repos avant un improbable come-back récemment. S'il ne devait en rester qu'un, ce serait celui-ci. 4,5/6

note       Publiée le mercredi 28 mai 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Anvil".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Anvil".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Anvil".

stankey › samedi 6 juin 2015 - 07:55  message privé !

"Look what they've done to me" qui se pose là en New Wave spontanée et carrée. Pour 'Whispers' et cette ambiance un peu décalée aussi, ce disque se ressort avec plaisir. 4,5.
Le 0,5 pour le p'tit coté affectif.

Note donnée au disque :