Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSunglasses After Dark › Sunglasses after dark

Sunglasses After Dark › Sunglasses after dark

cd | 19 titres

  • 1 Sunglasses Ron
  • 2 Destiny
  • 3 Black radio
  • 4 ?
  • 5 Flesh eater
  • 6 Untamed culture
  • 7 At the hop
  • 8 Queen of flies
  • 9 Monster ruck
  • 10 Grave of shades
  • 11 Soul
  • 12 Rubber mask
  • 13 Sex-fiend
  • 14 Mental geezer
  • 15 Morbid silence
  • 16 Let's go
  • 17 Hell-hag
  • 18 Shuffle
  • 19 Swamp baby

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Bailie Harkness (chant), David 'Mitch' Mitchell (guitare), Simon Cohen (violon), Mark Steadman (batterie)

remarques

Cette compilation regroupe les trois titres du single 'Morbid silence', la chanson 'Swamp baby' ainsi que l'album live enregistré au Hoxton Blue Note Club.

chronique

Styles
gothique
batcave
post punk goth
garage
Styles personnels
gothabilly

Je sais, ce n'est pas parce qu'un groupe joue de malchance, qu'il est peu connu, qu'il y a forcément injustice...Pourtant en l'occurence dans le cas de Sunglasses after dark, c'est mon avis. Allez, imaginez que vous découvrez soudain que Shadow Reichenstein existait déjà en 1981, en Angleterre qui plus est ! Si l'on associe souvent (et à raison) ce qui touche de près ou de loin le gothabilly avec les USA, Sunglasses after dark a tout pour jouer les grains de sable dans le rouage. En 1981, nos lascars démarrent leur carrière de manière plus que chaotique en reprenant en boucle un ou deux titres de Iggy Pop dans les pubs avant de se professionnaliser dans la mesure laissée par une vie de concerts, d'alcool et de drogues. D'emblée, leur son se démarque de par son originalité, mêlant des éléments post punk goth, psychobilly, avec un son de violon spectral omniprésent. On songe parfois aux Cramps (notamment sur 'Sunglasses Ron', 'Flesh eater' construit sur les mêmes bases que 'Human fly' ou encore 'Swamp baby'), parfois à quelque chose de plus proche de Gun Club ('?'), alors que 'Moribid silence' est nettement plus gothique et inquiétant. Ce titre sera d'ailleurs leur unique single. Les Sunglasses after dark enregistreront un morceau, 'Swamp baby', pour une compilation et c'est tout. Pas tout à fait en réalité, ils avaient un contrat de deux albums mais suite aux nombreux accidents entourant leur carrière (le batteur hospitalisé pour des problèmes cardiaques qui fuit sa chambre pour venir jouer avec ses collègues, le violoniste qui boute le feu à un drapeau américain sur scène, le guitariste qui finit aux urgences pour problèmes pulmonaires...), la maison de disque s'est suffisamment inquiétée pour le convertir en un enregistrement live. Cette excellente compilation regroupe tout ça et au delà du halo chaotique entourant le combo, il est évident que ces musiciens sont bourrés de talent et d'idées. Les morceaux sont vraiment bons, accrocheurs dans les mélodies et l'omniprésence du violon, tantôt spectral, parfois presque country, est un plus indéniable. Je mentionnais Shadow Reichenstein en début de chronique...je trouve que le chanteur de Sunglasses after dark est le jumeau de voix du leur. Ruez-vous sur cette compilation, nom d'un chien ! Pour ma part, ça faisait bien dix ans que j'attendais ça.

note       Publiée le samedi 17 mai 2008

partagez 'Sunglasses after dark' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Sunglasses after dark"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Sunglasses after dark".

ajoutez une note sur : "Sunglasses after dark"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sunglasses after dark".

ajoutez un commentaire sur : "Sunglasses after dark"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sunglasses after dark".

Solvant › dimanche 18 mai 2008 - 22:05  message privé !
J'ai la vive impression qu'un revival gothabilly s'opère à Paris. Est-ce dû à la popularité de Born Bad ? Ou à la gentille chanson "J'écoute les Cramps" des 12-16 ans ? En tous cas j'en croise dans la rue & ça me plait bien ! Vive les creepers !