Vous êtes ici › Les groupes / artistesZZagrob › Zagrob

Zagrob › Zagrob

  • 2006 • Zagrob Netrelease • 1 CD

cd • 7 titres

  • 1Katjusa5:54
  • 2Escape3:10
  • 3Cumulus3:53
  • 4Into Fiery Haze1:59
  • 5Magla3:40
  • 6Opium5:46
  • 7Nista2:57

line up

Drazen (tous instruments, voix, samples)

remarques

La démo est disponible en libre téléchargement sur le myspace du groupe http://www.myspace.com/zagrob Lien direct : http://mudrac.ffzg.hr/%7Egbrkic/Zagrob/Zagrob-Zagrob%28demo%29%202006.zip

chronique

Styles
ambient
musique classique
indus
Styles personnels
musique concrète

Zagrob est un disque des années 1900. C'est une femme-oiseau dans sa cage, se balançant sur son trapèze, alors que les vitres absentes du pavillon laissent entrer une chaude pluie d'été et que l'ombre d'un navire titanesque recouvre progressivement le ciel. Les superstructures métalliques, tirant plus sur le bronze et le fer que sur l'ocre des photos sépia, rappellent l'architecture d'Eiffel à l'Exposition Universelle. Il y a aussi le doré des reflets en spirale de l'absinthe, et la proximité des corps, les sourires évocateurs des danseurs dans la chaleur, dans un des cafés miteux de ce même été languissant. A placer Zagrob sur une carte, on planterait l'aiguille à côté de Paris, de Zagreb et dans une époque indéfinie, dont on ne connaît que la température à l'ombre des arbres et le chant des oiseaux à la rupture entre après-midi et crépuscule. La fantaisie légère et les ornements somptueux collisionnent une tragique folie des grandeurs industrielle, pas si éloignée de la Moloch-Maschine de Lang, mais ici grinçant sourdement, rampant par à-coups des rythmes lents et cycliques plutôt que d'engloutir les masses dans un four hurlant : ce serait un Pimentola à la palette de nuances plus profonde et resserrée, rien d'étonnant lorsque l'on considère l'influence de Novy Svet sur les deux projets, pas plus surprenant si l'on pense à leur subséquente orientation musique concrète, largement plus prononcée dans les intrications délicates et émotionnelles du Croate, ou même à noter l'utilisation du theremin et le son des accords électriques perdus dans une brume poussiéreuse ; les arrangements classiques sont d'une délicatesse aussi stupéfiante que leur poésie - cette femme-oiseau qui va et vient et dont on remarque à peine le passage vers la voix distordue de l'auteur du projet. On eût tellement aimé que Paris ressemble au Zagreb de Zagrob, mais il s'y trouve encore bien plus, ce brassage profondément européen des histoires et des cultures, des influences exotiques, mysticisme tragique et excès amoureux, cette beauté transcendante dans le désespoir - ou sont-ce la rouille et la poussière qui en dégradent la splendeur surannée ? - et le déchirement des guerres aux fronts qu'on dirait mouvants au gré de la marée, que l'on n'entend guère que par échos lointains et on-dits... Nostalgie, passé et présent; avenir, si l'on tourne son regard vers ce qui arrive de ces Balkans, absinthe, encore, une nuit étoilée comme un ciel de Van Gogh, un monstre de métal, une romance...

note       Publiée le jeudi 15 mai 2008

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Zagrob" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Zagrob".

notes

Note moyenne        7 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Zagrob".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Zagrob".

E. Jumbo Envoyez un message privé àE. Jumbo

Une musique étrange, insaisissable, un peu menaçante mais au final reposante. L'atmosphère est très particulière, assez 1900 en effet mais d'autres années 1900... La petite mélodie mécanique d' "Opium" est excellente.

Note donnée au disque :       
dariev stands Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

ah mais attention hein, Fade to grey, j'adore, c'est un des plus grands morceaux des années 80... C'te ligne de synthé, c'est un peu le Smoke on the water du goth. Après, je trouve que reprendre ce style-là (comme tant l'on fait) sans le côté dansant, limite Moroderien, ça fait un peu faute de goût. Mais je garde Zagrob en tête, cette chronique élégiaque ne saurait mentir...

Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

À vrai dire de Visage, je ne me rappelle que ça... Mais sans blague j'aimais bien celle-ci.

J'aime assez la version/adaptation/reprise par les filles du Konki Duet, aussi (pareil, hein, sans alibi de second degrés) :

http://www.deezer.com/listen-238028

Sinon, assez d'accord pour dire que la démo est assez différente du titre auquel tu t'es essayé, David.

Note donnée au disque :       
dariev stands Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

De Visage : http://www.youtube.com/watch?v=cznha2YTTh0

bon, vous m'avez convaincu de redonner une chance à ce groupe, mais plus tard, là faut que je me remette de mes émotions...

kama Envoyez un message privé àkama

Le titre soleil noir est a part sur leur disco je trouve, clairement le moins bon pour moi (et ambiance bien differente du reste). Leur nouvel album n'a rien d'original, mais cette démo chroniquée (sans le soleil noir) est magnifique, avec un bon feeling surréaliste qui me rapelle par moment certaines gravures de Max Ernst. Ou meme le blood axis/LJDLP. Par conte, c'est de qui Fade to Grey?