Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNeun Welten › Vergessene Pfade

Neun Welten › Vergessene Pfade

10 titres - 45:42 min

  • NEBELUNG
  • 1/ Valg (6:09)
  • 2/ Walden (6:20)
  • 3/ Nebelland (5:18)
  • NORDWIND
  • 4/ Nahend Zauberwald (2:14)
  • 5/ Auf Kargem Fels (4:29)
  • 6/ Svartalfheim (2:56)
  • SONNWEND
  • 7/ Midsommer (5:04)
  • 8/ Tamtrollbach (4:38)
  • 9/ Jötunheim (4:40)
  • 10/ Heidenacht (Live) (3:54)

enregistrement

Klangchmiede Studio E

line up

Anja Hoevelmann (flûtes, clarinette), Aline Deinert (violon), Meinolf Müller (guitare acoustique, guimbarde), David Zaubitzer (violoncelle, guitare acoustique), Marten Winter (batterie, percussions), Tobias Schönemann, Markus Stock (choeurs sur Svartalfheim), Skoll Von Kallenheim (voix sur Heidenacht)

remarques

chronique

Styles
folk
Styles personnels
post-folk

Eblouissante en live, à l'image de nombre de formations post-rock - peut-être est-ce là la clé pour appréhender la musique fraîche, légère et dynamique de Neun Welten, ailleurs pointée comme manquant d'émotion et finalement peu marquante, et leur ambition de composer presque exclusivement de manière instrumentale. L'influence (revendiquée) de Godspeed You! Black Emperor est tout aussi perceptible sur Vergessene Pfade ("chemins oubliés"), premier effort CD du groupe, que sur la démo de 2004 dont les titres Valg et Nebelland sont repris; perceptible, en particulier, à travers l'utilisation de la batterie. Si l'on pense parfois retrouver une folk plus traditionnelle avec les arpèges de guitare entremêlés, précis et délicats, les structures progressives ne tardent jamais à réapparaître... d'ailleurs dans un mélange de plus en plus subtil, qui gagne définitivement quelque chose de plus que du post-rock joué à la flûte, au violon et à la guitare acoustique; les touches douces de clarinette et les très adroits passages d'un jeu de batterie classique à un autre, plus percussif et plus caractéristique de cette scène néofolk allemande, sur la pièce centrale Auf kargem Fels ne font que confirmer ce progrès. De manière presque exclusivement instrumentale, ai-je précisé plus haut; entre le titre précédemment cité et le très ensoleillé Midsommer se glisse en effet une toute petite pièce aux discrètes guitares, ravissante, construite autour du chant éthéré des demoiselles du groupe à qui les voix masculines des omniprésents Konstanz et Schwadorf répondent à leur tour. De quoi remettre en question cette volonté de se démarquer par la composition instrumentale pure ? La réponse ne devrait pas arriver avant le printemps 2009... Jusque là, il n'est pas à attendre de Neun Welten la force et l'impact que peuvent avoir des compositions plus traditionnellement folk ou néofolk, ou plus sombres. Et pourtant le post-folk des Allemands, s'il ne fonctionne pas de la même manière, ne laisse pas indifférent, loin de là : la luminosité de leurs odes à la nature, à qui l'on prête l'oreille avec plaisir, peut s'estomper rapidement, mais le crescendo de leurs entrelacs mélodiques souvent revient sans que l'on ne le remarque toujours, et continue à jouer discrètement et distraitement dans un coin de la tête. 4,5/6

note       Publiée le lundi 12 mai 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Vergessene Pfade".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Vergessene Pfade".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Vergessene Pfade".

novy_9 › jeudi 16 mai 2013 - 15:27  message privé !

Neo Folk de chambre teutonne sans grand intérêt ... du sous Empyrium, une pale copie de Tenhi ... c'est plat .... c'est mou on s'endort ...

Note donnée au disque :       
utumno › lundi 19 juillet 2010 - 18:45  message privé !

Ta chronique est très bien écrite, chapeau! Je te trouve un peu dur sur la musique, peut-être compares-tu trop cet album avec les autres de la scène néo folk? Je le trouve très paisible, meilleur que son successeur Destrunken, et je lui aurais accordé un 5/6 =)

Wotzenknecht › vendredi 15 mai 2009 - 21:01  message privé !
avatar

ça tourne vite en rond, mais ce qui tourne le fait de façon superbe et avec enchantement. L'ennui c'est que l'aspect instrumental fonctionne parfois parfaitement (le premier titre 'Valg' est sublime) parfois bien moins, notamment à cause du violon joué en phrasé qui semble juste se substituer à un chant, que l'on attend longuement...

Note donnée au disque :       
gregdu62 › mardi 19 août 2008 - 20:13  message privé !
Pour ma part cet album je le trouve très beau et agréable à écouter. J'attend avec impatience le prochain. En attendant celui ci passe régulièrement chez moi. Flute, violon, percussion,...admirables.
Note donnée au disque :       
pokemonslaughter › jeudi 31 juillet 2008 - 00:59  message privé !
avatar
tiens je n'avais même pas vu qu'il était chroniqué celui-là, je comptais le faire. Pas l'album de l'année dans le genre, mais il s'écoute bien. Parfois un peu niais, et trop classique dans l'approche (trop de rock joué en acoustique finalement), il détient tout de même quelques très bonnes pièces qui permettent de bien s'évader en forêt... 4/6 oui, tout à fait mérité.