Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIndra › Bhuvaneshvari

Indra › Bhuvaneshvari

4 titres - 74:36 min

  • 1 One Billion Light Years 21:59
  • 2 Tiamat 32:11
  • 3 Alchemy of Life 10:26
  • 4 Profundis 10:00

line up

Indra: Virus Classic & KC, Korg Wavestation, Kurzweil K2000-SVX, VSTi: Albino 3, Blue, Discovery, Absynth 3, Moog Modular 2, Kontakt 2 & FX

remarques

Pour entendre des échantillons sonores et en savoir plus sur l’artiste, visitez son site web au : http://www.indramusic.ro/

chronique

Alors que Tripura Sundari était moulé dans un romantisme astral, Bhuvbaneshvari (Maîtresse du Monde et 4ième déesse du Mahavidya) assaille nos tympans avec des rythmes continus sur des séquences virevoltantes, changeantes et parfois névrotiques.
L’écho des prismes statiques résonne sous les souffles errant d’un synthé morose. Une lourde séquence courbée tourbillonne l’atmosphère d’un rythme frénétique, assorti d’une superbe séquence de percussions ventousées qui régularise un tempo qui ondule à l’ombre de synthé moulant. One Billion Light Years est un excellent titre de MÉ de style Berlin School. Le rythme y est vivant, frénétique et évolue sur des séquences multiples qui serpentent et s’entrecroisent dans un tourbillon harmonieux. Le synthé entoure les développements séquentiels d’une texture vaporeuse et mellotronnées de chœurs célestes. Titre aux évolutions nuancées, One Billion Light Years prend une tournure plus martelante, sur un synthé aux effluves Hindoues, vers la 12ième minute. Le beat est plus saccadé et roule sur des percussions crotales dans un techno modéré du Moyen Orient. Toujours, le synthé est coulant et offre une opacité harmonieuse qui se fractionne en plusieurs courants ondulants, ralentissant graduellement des séquences de plus en plus solitaires qui se laissent occirent par des strates enveloppantes et magnifiquement lyriques.
Tiamat nous plonge dans un univers cosmique aride où des minimalismes séquences tablas sautillent à contre courant sous des strates galactiques envahissantes qui emprisonnent une impulsion névrotique. Un étrange mouvement truffé de stries psychédélico-spatiales aux essences tribales extraterrestres qui accentue sa procession avec des séquences de plus en plus spasmodiques. Des séquences pressées d’éclater dans cette atmosphère spatiale et hétéroclite aux choeurs sombres et aux strates lugubrement enveloppantes, créant une harmonie hallucinatoire noire. L’éclatement est progressive et s’intensifie vers la 26ième minute sur des séquences houleuses dans une ambiance d’arcade galactique aux ondes zombiesques.
Une séquence de beaux arpèges limpides et harmonieux croise une séquence à la tonalité plus grave, moulant un beau ballet cosmique teinté d’un souple mouvement spiralé qui flotte dans un univers cristallin. Sur des séquences finement saccadées, Alchemy of Life évolue dans une sphère romanesque ceinturée d’un synthé enivrant aux ondulations virevoltantes et aux effluves vaporeusement métalliques. Le souffle lent et langoureux, Profundis se fond dans une sensualité cosmique sur de belles strates moulantes et une séquence timide qui effleure à peine un délicat mouvement en évolution hypnotique, pour se terrer dans une effusion séquencée aussi spatiale qu’astrale.
Bhuvbaneshvari est un surprenant opus qui mélange à la perfection les atmosphères nébuleuses et métalliques d’un cosmos en fusion sur des rythmes variés. Des rythmes en constantes permutations, qui évoluent avec une influence subtilement saupoudrée pour la culture Hindoue. Un superbe album.

note       Publiée le samedi 26 avril 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Bhuvaneshvari".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Bhuvaneshvari".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Bhuvaneshvari".

Phaedream › samedi 3 mai 2008 - 14:53  message privé !
avatar
C'est étrange. Le management est assez fiable. Voici une adresse email sure: armand@indramusic.ro....Explique que tu as des difficultés de communication :-) Bon W-E
Fryer › jeudi 1 mai 2008 - 18:03  message privé !
Et on fait comment pour acheter leur albums ? J'ai été sur le site rempli le questionnaire, reçu un mail, et après ? On fait quoi ? Si quelqu'un a la réponse, merci de me le dire ;)
Phaedream › dimanche 27 avril 2008 - 13:42  message privé !
avatar
Pour Indra, il y a 4 albums qui me semblent incontournables; The Call of Shiva 1 et 2, Tara ainsi que Signs. Trois CD plein de vie et de séquences déroutantes. Il y a des albums plus techno, comme The Challenge et Generation, ainsi que du pur ambiant tel Ocean of Silence et Sideral Music. Quand aux ambiences orientales, son dernier opus (Bhuvbaneshvari) en possèdent un peu et Tara de la collection Tantric Celebration. En tout cas, si Schulze vous a toujours attiré, Indra est une valeur sûre. Donne m'en des nouvelles, si possible...
Fryer › samedi 26 avril 2008 - 15:59  message privé !
Je suis en train d'écouter les différents morceaux, sur leur site, et c'est pas désagréable. Je suis un peu néophyte en Mé, alors, Phaedream, que me conseille comme album pour commencer la disco d'Indra. En gros c'est quoi le meilleur ? Ce qui m'attire ce sont les sonorité orientale en particulier ^^